Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Actualité Une Renaissance : L’art en Flandre et Champagne (Cluny)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Une Renaissance : L’art en Flandre et Champagne (Cluny)

Jusqu’au 15 juillet, le musée de Cluny propose une intéressante et toujours très belle exposition sur un art médiéval peu connu et traditionnellement appelé le « style 1200 ». Original et autonome, ni roman ni gothique, le style 1200 se développa à la charnière des XIIe et XIIIe siècles entre la Flandre et la Champagne.


 

Cet art septentrional, s’étendant de l’Angleterre à l’Empire germanique, provenant principalement du domaine du sacré, se présente comme un exceptionnel témoignage du dynamisme aussi bien culturel qu’économique de la période et de la zone géographique dans lesquelles il se développe ; un art caractéristique de cette Renaissance du XIIe siècle, parfois oubliée entre la Renaissance carolingienne du VIIIe et celle du XVIe siècle.

Le style 1200, une renaissance artistique et intellectuelle

Triptyque_dAlton_Towers_Londres_Victoria__Albert_MuseumLa Renaissance du XIIe siècle est souvent présentée comme une renaissance intellectuelle, politique et religieuse, mais elle fut également artistique. Entre le roman et le gothique se développa ainsi le style 1200 sans pour autant être un simple style de transition. S’inspirant de l’Antiquité passée au filtre de la Renaissance carolingienne et influencé par l’art byzantin (pensons à la croisade de 1204 et à la prise de Constantinople), cet art à part entière s’intéressa avant tout à la redécouverte de l’homme et de la nature tout en développant des liens stylistiques très fort. La présente exposition nous permet de découvrir à travers des œuvres variées (enluminures, manuscrits, sculptures, vitraux, émaux et autres pièce d’orfèvrerie) les différentes caractéristiques de ce style novateur : fluidité des formes, draperies souples, liberté de mouvement et sens du volume. Le style 1200 se distingue ainsi de l’art roman par une recherche du naturalisme lié à la culture antique et des lignes assouplies.

Néanmoins, ce style se différencie également par les thèmes qu’il aborde. En parallèle des réformes religieuses et des réflexions des théologiens, les représentations des figures iconographiques évoluèrent amenant la création de nouveaux thèmes. Les allégories et les personnifications en furent le premier exemple Elles concernent principalement l’eucharistie ou encore les sept vertus cardinales comme le montrent les médaillons de l’abbaye de Stavelot. Un autre thème assez novateur consista à mettre en parallèle sur une œuvre des scènes de l’Ancien Testament et du Nouveau Testament comme le présente le triptyque reliquaire d’Alton Towers. Pour autant, l’exposition ne se limite pas à nous présenter un art novateur sur le plan artistique et intellectuel, elle nous explique également son développement lié à l’essor urbain et commercial de cette période médiévale.

Un art sous le signe de l’échange commun

Une_Renaissance_afficheLe XIIe siècle vit un développement démographique particulièrement important. Les régions de Flandre et de Champagne furent très actives sur le plan économique. En effet, elles concentraient de grandes villes ayant de fortes activités artisanales et commerciales, pensons aux foires, aux soies et aux draperies. Ce contexte d’intenses échanges permit un épanouissement du style 1200 allant jusqu’à « s’internationaliser ». Dans un monde en mouvement s’ouvrant sur de nouveaux chantiers, la circulation des artistes fut particulièrement importante dans l’Europe septentrionale. De nombreux artistes quittèrent l’Angleterre pour le continent, faisant des étapes dans les différentes abbayes du nord du royaume de France et dans les terres de l’Empire germanique. Ces artistes travaillèrent d’abord principalement pour les cours ecclésiastiques mais également laïques alors que se développa le mécénat des princes. A ce titre, la Champagne joua un important rôle dans la création artistique en partie lié au mécénat des comptes. Il suffit de se référer à Chrétien de Troyes et à la culture courtoise par exemple.

Le style 1200 se développa ainsi dans une zone géographique privilégiée où le morcellement politique ne gêna nullement face aux vastes réseaux terrestres et maritimes dus aux échanges commerciaux. Par ailleurs, il conserva ses particularités propres : pas d’influence majeure d’une région sur une autre. Les liens artistiques furent très étroits impliquant des influences croisées et réciproques aboutissant à une culture visuelle commune que cela soit entre les Flandre, la Picardie, la Champagne ou encore la région mosane. Cet art apparait ainsi comme une véritable renaissance qui fut cependant de courtes durées. A partir des années 1230, le style 1200 évolue vers une nouvelle esthétique avec une exacerbation ou un affaiblissement de ses caractéristiques face au style gothique naissant.

Pour conclure

L’art médiéval apparait souvent réduit à la simple opposition de l’art roman et de l’art gothique. L’exposition Une Renaissance. L’art en Flandre et Champagne. 1150-1250. nous montre que bien au contraire, l’art médiéval fut bien plus subtil et divers que l’on veut le faire croire. Le style 1200 est en un très bel exemple.

 

Exposition : Une Renaissance. L’art en Flandre et Champagne, 1150-1250., jusqu’au 15 juillet 2013 au musée de Cluny.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire