Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Actualité Expo : Tumulte gaulois (Clermont-Ferrand)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Expo : Tumulte gaulois (Clermont-Ferrand)

Après l'exposition «Gaulois, une expo renversante» à la Cité des Sciences et de l'Industrie de Paris qui proposait un panorama des idées reçues confrontées aux découvertes archéologiques, le Musée d'art Roger-Quilliot et le Musée Bargoin à Clermont-Ferrand, présentent du 20 juin au 23 novembre 2014 l'exposition « Tumulte gaulois» reconnue d'intérêt national par le ministère de la Culture et de la Communication consacrée aux représentations des Gaulois dans les arts et dans les médias jusqu'à nos jours. 

Les Gaulois sont un sujet en vogue ces derniers temps. Les renouveaux historiographiques permis par les découvertes archéologiques sont accompagnés d'une réelle volonté de vulgarisation qui passe par les documentaires, les reconstitutions mais aussi par des expositions importantes.

Visuel-Tumulte-GauloisSi des parallèles sont possibles avec l'exposition parisienne, le volet beaux-arts et histoire des représentations est le cœur de cette exposition et est essentiellement présent dans le Musée d'art Roger-Quilliot. HPT vous recommande de commencer votre visite par cette partie de l'exposition. Le musée possédait déjà un bon nombre d'œuvres liées à ce thème mais a bénéficié, pour les besoins de l'exposition, de nombreux prêts d'institutions françaises (21 pièces issues des collections du musée et 66 pièces issues de prêts). L'exposition débute par une tapisserie d'époque Renaissance qui évoque la figure de l'Hercule gaulois (qui aurait été à l'origine du royaume de France) utilisée à des fins politiques par François Ier. Cette œuvre est mise en parallèle avec la copie du XVIIIe siècle du Gaulois blessé de Pierre Julien montrant une image plus romaine et plus classique du gaulois. La véritable redécouverte débute à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle avec la publication par James Macpherson des traductions des recueils de poèmes du barde Ossian (très probablement faux) qui comme le montre bien l'exposition est à l'origine d'une celtimanie qui s'empare de toute l'Europe par la suite. Ces textes seront une source importante pour les artistes romantiques. Chateaubriand aussi s'empare des Celtes et crée Velléda dans les Martyrs (1809) qui est, à son tour, très représentée par les artistes. Une borne vidéo montre également comment les compositeurs ont utilisé cette celtomanie avec l'extrait de l'opéra Norma (1831) mettant en scène des gaulois et des druides.

Au croisement de l'archéologie et de l'histoire de l'art

Siege-alesia-vercingetorix-jules-cesarAprès la partie romantique, l'exposition s'attarde plus longuement sur la mutation décisive de l'image des Gaulois durant la seconde moitié du XIXe siècle. Elle propose un grand nombre d'œuvres variées et les explications données permettent au visiteur de bien comprendre les origines de l'image que l'on a des Gaulois. La récupération politique de la figure de Jules César et de la guerre des Gaules par Napoléon III permet d'exhumer de nouvelles sources archéologiques qui contribuent à l'édification de cette nouvelle figure. Le chef arverne Vercingétorix devient une figure de résistance et de rebond national face à l'envahisseur (« Jeanne d'Arc et Vercingétorix » d'Émile Chatrousse, 1870). La diffusion de cette image prend vraiment son essor sous la IIIe République dans le contexte du revanchisme contre la Prusse. Les œuvres d'art sur les Gaulois se multiplient et certains artistes se spécialisent dans ce thème à l'instar d'Évariste-Vital Luminais. Les ouvrages destinés aux nouvelles écoles républicaines figent une image du gaulois encore ancrée présente dans l'inconscient collectif : celle du guerrier hirsute, moustachu courageux avec un casque ailé.

Le XXe siècle voit un recul de cette profusion iconographique malgré une résurgence sous le régime de Vichy à des fins de politiques. La réclame investit en revanche ce thème depuis la fin du XIXe siècle et le gaulois devient une figure du « made in France ». La seconde moitié du XXe siècle avec la fin du nationalisme ardent voit la disparition de cette iconographie et du fameux adage qui l'accompagnait « Nos ancêtres les Gaulois ». La bande dessinée Astérix a contribué à la perpétuation de ces images à des fins satiriques assumées par les auteurs (mais pas toujours perçues par le public). Une borne vidéo permet de découvrir des chansons, des films, un extrait du dessin animé Astérix et des publicités utilisant le thème gaulois. La dernière salle de l'exposition au Musée d'art Roger-Quilliot est consacrée aux représentations de Vercingétorix. Un documentaire de la série « C'est pas sorcier » est aussi projeté dans le musée mettant en scène les décalages entre les idées reçues et les découvertes récentes. Celui-ci inaugure en quelque sorte la deuxième partie de l'exposition dans le second musée clermontois.

corent3DLe Musée Bargoin est consacré au volet « réalités » de cette exposition. Plus courte et présentant de nombreux objets issus de fouilles récentes (comme celle de Corent) ou de copies (dont un certain nombre d'œuvres non européennes), la visite est ponctuée de bornes vidéos proposant un éclairage scientifique sur tel ou tel aspect du sujet. Les objets archéologiques sont mis en regard avec les œuvres d'art du XIXe siècle (essentiellement des peintures de bataille). Tout ceci permet de bien mesurer le décalage encore présent entre les représentations et la réalité. Enfin, des planches de bandes dessinées montrent comment les apports archéologiques sont pris en compte par certains auteurs et dessinateurs (ou non dans le cas de la série Murena) modifiant ainsi l'image du gaulois dans le grand public le rendant plus conforme à l'état actuel des recherches.

Malgré une deuxième partie plus courte (le manque de place contribue certainement à cela), cette exposition satisfera tous ceux qui s'intéressent aux Gaulois et à leurs représentations. Regroupant des œuvres éparses, elle permet un panorama très complet de la problématique sur le XIXe et le XXe siècle. Elle permet également de montrer comment l'histoire et les images peuvent être instrumentalisées et la persistance de ces représentations dans l'inconscient collectif. Le visiteur non originaire de la région pourra compléter sa visite en allant voir la statue monumentale de Vercingétorix sur la place de Jaude à Clermont-Ferrand voire le monument sur le plateau de Gergovie.

Exposition Tumulte gaulois - représentations & réalités. Du 20 juin au 23 novembre 2014, Musée Bargoin et Musée d'art Roger-Quilliot, Clermont-Ferrand.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire