Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Actualité Expo : Sévigné, épistolière du Grand Siècle (Grignan)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Expo : Sévigné, épistolière du Grand Siècle (Grignan)

Cette exposition retrace le parcours de madame de Sévigné entre Paris, Vitré en Bretagne et Grignan, mettant en lumière l'évolution de son écriture et sa place dans le monde des lettres, abordant la manière de vivre en Provence, se penchant sur le mythe sévignéen.

 

Elle présente une centaine de pièces illustrant le Grand Siècle : peintures, objets d'art, manuscrits, livres, gravures, issues des collections du château de Grignan, de musées nationaux, de collections privées et d'institutions culturelles. Le château de Grignan est à jamais associé à Mme de Sévigné, (femme de lettre devenue célèbre après la parution de sa correspondance) qui a souvent décrit le château où vivait sa fille Françoise-Marguerite mariée au comte de Grignan. Mettant en lumière l'évolution de son écriture, cette exposition retrace le parcours de Mme de Sévigné entre Paris, Vitré en Bretagne et Grignan.

Une femme d'esprit de son temps entre Paris et Vitré

expo sevigne grignanNée le 5 février 1626 à Paris, Marie de Rabutin-Chantal grandit au sein de deux familles aux éthiques différentes : les Rabutin, vieille famille Bourguignonne et les Coulanges, bourgeois parisiens récemment enrichis. Paris et Versailles permettront à la jeune femme d'assouvir son désir d'être de tous les plaisirs, intégrée dans les salons les plus renommés de Paris, côtoyant hommes et femmes du monde des arts et des lettres (Mme de la Fayette, Mme de Scudéry) qui apprécient sa conversation aisée, divertissante et naturelle, approchant le cardinal de Retz, le surintendant Nicolas Fouquet...

Elle épouse Henri de Sévigné en 1644 et sera veuve à 25 ans faisant de nombreux séjours à son château des Rochers à Vitré. Après le départ de sa fille pour Grignan en 1671, Mme de Sévigné se découvre ''mère douloureuse''. Elle entame alors une correspondance évoluant au fil des années, de l'art du badinage galant vers un échange épistolaire plus intime, s'affranchissant peu à peu des convenances rhétoriques. Sur un millier de lettres, 764 sont adressées à sa fille.

Encrier,écritoire, étui-cachet de poudre à sécher l'encre, étui à message, taille-plume, nécessaire à correspondance pour le voyage, paire de ciseaux à parchemin dévoilent le monde de l'épistolière. Pourtant, soucieuse de sa réputation elle n'écrit pas pour être lue par un public et ne met pas son nom en jeu sur le marché littéraire, aussi aucune correspondance ne sera publiée de son vivant. C'est grâce à son cousin Roger de Bussy-Rabutin et à sa petite fille Pauline de Simiane que l'on découvrira ses lettres.

Ecrivains, artistes, érudits se passionnent pour son œuvre littéraire voyageant à la recherche de ses traces faisant de Grignan un lieu de pèlerinage. Conservation, restauration du château, représentation iconographiques et objets dérivés, événements culturels , création de légendes et d'œuvres d'art, contribuent à transmettre l'héritage de la personnalité littéraire de Mme de Sévigné et à maintenir à Grignan sa présence toujours vivante.

Sévigné, épistolière du Grand Siècle. Du 25 mai au 22 octobre 2017, château de Grignan, Drôme.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire