Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Actualité Prostitution : de la tolérance à la prohibition (L'Histoire)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Prostitution : de la tolérance à la prohibition (L'Histoire)

Se donner les moyens de faire disparaître la prostitution en pénalisant les clients. Si le projet de la ministre des droits des femmes suscite une vaste polémique, la question n'est pas nouvelle. La bataille abolitionniste a commencé dans les années 1860.  Dans son numéro de janvier 2013, le mensuel L'Histoire revient largement sur l'histoire et les débats autour du "plus vieux métier du monde".

mag_histoire_janv2013
Condamnée par la loi et les prophètes, la prostitution, sous des formes parfois très variées, s'est perpétuée depuis la plus haute Antiquité. Elle a son histoire et ses légendes, sa littérature, sa peinture, sa filmographie. Des bordeaux médiévaux aux bordels modernes, des dames de petite vertu aux filles de noce, les splendeurs et les misères des courtisanes n'ont cessé d'inspirer les strophes des poètes et l'anathème des prédicants. Les Lumières et le grand espoir de bonheur, de progrès et de dignité pour tous ont fait pourtant basculer la question. Scandale moral, la prostitution devenait un scandale politique. La dernière lutte, témoin d'un esclavage honni.

De fait, les cohortes de filles de noce sont le fruit de la misère et de la détresse sociale. Derrière leur destin souvent pitoyable se profile l'ombre sinistre du proxénète sans pitié, le gouvernement au temps de la grande tolérance n'en étant qu'une version un peu bureaucratique. Il fallait donc abolir, prohiber. L'injonction est venue des féministes anglaises.

Oui mais... la question se complique. Jusqu'où va la liberté des femmes - et des hommes - qui se « vendent » (faudrait-il mieux dire « se louent ») ? Où est la différence - provoquait Simone de Beauvoir - avec le fait de vendre (louer ?) ses bras à l'usine ? Et comment traiter la misère sexuelle autrement que par la recommandation toujours réitérée de l'abstinence ? Le débat fut magnifiquement posé, dans les années 1880, par Yves Guyot. Il est loin d'être clos.

Prostitution : de la tolérance à la prohibition. Mensuel L'Histoire, janvier 2013. En kiosque et sur abonnement.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire