Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Actualité Collections L'Histoire : L'Allemagne

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Collections L'Histoire : L'Allemagne

« Au commencement était l'Empire : telle est l'origine de la différence entre l'histoire allemande et celle des grandes nations d'Europe occidentale », écrit le grand historien H. A. Winkler. Les collections du magazine L'Histoire propose dans leur livraison d'octobre 2014 un numéro consacré à l'Allemagne, de Luther à Merkel.

 

col histoire oct 2014Durant mille ans, les pays germaniques se fondent en effet dans un vaste ensemble politique, très vite dominé par une dynastie : les Habsbourg. Ce Saint Empire romain germanique, où l'on parle l'italien, l'allemand, le français ou le polonais, formait un puzzle complexe, longtemps considéré comme « une mons­truosité archaïque », au moment où les États centralisés faisaient leur apparition. Les historiens le considèrent aujourd'hui tout autrement. Plus que de division, ils parlent d'une diversité choisie, d'une coexistence culturelle et religieuse avec l'instauration de la Réforme par Luther. Le fédéralisme, si profondément ancré dans les pays germaniques, y trouverait ses racines. C'est Napoléon qui, en 1806, porte le coup fatal à l'Empire : le sentiment national des Allemands se forge, largement, dans la lutte antifrançaise.

Avec la révolution de 1848, le rêve de l'unité dans la liberté est à portée de main. Son échec, suivi de l'unification tardive de 1871 sous l'impulsion de Bismarck, dans un IIe Reich conservateur et militariste qui n'incorpore ni les Autrichiens ni les communautés germaniques dispersées en Europe, explique­rait le « chemin particulier » pris par l'Allemagne, ce « Sonderweg » qui aurait conduit à l'atrocité nazie. Cette interprétation est vivement remise en cause dans ce numéro. La République de Weimar née en 1918 sur les décombres de l'Empire n'était pas vouée à l'échec. Il a fallu le choc terrible de la crise de 1929 pour la faire sombrer. Reste à comprendre pourquoi l'Allemagne a pu engen­drer le nazisme et, avec lui, l'effondrement d'une civilisation.

Le pays sort anéanti de la guerre. Théâtre et symbole de la confrontation entre l'Est et l'Ouest, Berlin est coupée en deux par la guerre froide. De ce prodige d'absurdité, l'Allemagne va sortir par le haut. La réunification à marche forcée a engendré bien des frustrations. Mais le « miracle économique » et la mise en place de la Loi fondamentale de 1949, étendue à toute l'Allemagne en 1990, ont permis l'installation d'une démocratie parlementaire.

Aujourd'hui, l'identité allemande reste marquée par le traumatisme de la Shoah ; Hitler est la personnalité historique la plus présente dans les mémoires collectives. Mais, juste après, viennent Goethe et Schiller, Bach et Beethoven, Luther et Frédéric II, et puis Konrad Adenauer, Helmut Kohi et Willy Brandt. L'Allemagne regarde son passé en face - et peut retrouver une autre histoire, son histoire longue.

Allemagne, de Luther à MerkelLes collections de L'Histoire, octobre 2014, en kiosque et sur abonnemlent.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire