Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Actualité Dossiers d'archéologie : la peinture romaine

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Dossiers d'archéologie : la peinture romaine

À l'occasion de l'exposition au musée des Antiques de Toulouse «L'empire de la couleur. De Pompéi au sud des Gaules», ce numéro 366 des Dossiers d'Archéologie est consacré à la peinture romaine. Coordonnée par Alexandra Dardenay, maitre de conférences en histoire de l'art et archéologie romaine à l'université de Toulouse Jean-Jaurès, ce dossier propose un panorama assez complet sur la peinture romaine jusqu'au Haut Moyen Âge en Italie et en France principalement.


do nov2014Après un article introductif présentant la peinture murale et la nouveauté que peut constituer l'exposition toulousaine dans son approche comparative, la contribution d'Hélène Eristov permet de se repérer facilement entre les quatre styles pompéiens (typologie crée d'Augst Mau en 1882 et encore d'actualité). L'auteur met en lien ces quatre styles avec un texte de Vitruve traduit. Alexandra Dardenay replace la réflexion dans le cadre de la diffusion de cet art : si l'on parle de « styles pompéiens », il ne faut pas oublier que Rome est le moteur d'impulsion de ces nouveautés. La politique d'Auguste a des répercussions dans les choix artistiques de son temps. A contrario, l'auteur explique que les chantiers néroniens ne sont pas à l'origine du IVe style. La peinture se démocratise et le palais de Néron n'innove pas dans le style mais dans la fonctionnalité de ces peintures (l'alternance entre les salles recouvertes de peintures murales et celles revêtues de marbre). À cet ensemble après un article sur les tableaux de chevalet, l'on peut ajouter un autre article d'Hélène Eristov qui montre la permanence du premier style (200 av. J.-C.-80 av. J.-C.) en Campanie jusqu'au milieu du premier siècle de notre ère pour des raisons culturelles. Les premiers articles (y compris celui introductif) montrent bien cependant que nos connaissances sont très limitées au-delà du premier siècle de notre ère malgré un article de Mathilde Carrive qui tente de faire le point sur la question en Italie plus tard dans le numéro.

Après un article sur les stucs, les dossiers d'archéologie proposent des articles monographiques sur les décors iconographiques de la maison du Bicentenaire à Herculanum et la villa de Boscoreale. Puis vient une série d'articles sur l'autre volet majeur de l'exposition toulousaine : les décors iconographiques dans le sud de la Gaule essentiellement (un article est consacré à la stèle de Sens et au travail des ateliers). Quatre articles sont consacrés à des aspects plus ou moins synthétiques de la question sur une vingtaine de pages.
Certainement l'un des articles les plus originaux est celui de Virginie Czerniak consacré à l'évolution de la peinture de l'Antiquité au Moyen Âge. Ainsi l'Église Sainte-Marie-Antique à Rome propose des peintures du VIIe siècle rappelant les œuvres romaines du Ier siècle tandis que les peintures du royaume des Asturies ou de l'empire carolingien rappellent les créations du Ier style pompéien.

La dernière partie du dossier est consacrée, comme c'est la norme depuis un certain nombre de numéros, à l'historiographie et à la mise en valeur de cet héritage artistique. Julien Boislève consacre un article aux restitutions réalisées à la suite de fouilles. Par cet article, le néophyte découvre la toichographologie, une science de l'archéologie dédiée à « l'étude de la peinture murale et les stucs » et les difficultés de cette discipline. Enfin le dernier article est consacré à l'archéologie expérimentale dans le domaine des fresques antiques : des reconstituteurs, textes anciens à l'appui (celui de Vitruve en particulier qui est traduit dans la revue) réalisent une fresque à la romaine pour un musée et narrent les difficultés rencontrées pour des raisons techniques diverses et variées.
La fin de la revue est consacrée aux actualités archéologiques et propose deux articles synthétiques sur deux découvertes majeures : la tombe d'Amphipolis et les peintures rupestres de Gorham à Gibraltar ayant été faites par les hommes de Neandertal. Cinq expositions majeures en lien avec l'archéologie sont ensuite présentées avant les recensions de livres sélectionnés par la rédaction.

Les articles sont très accessibles malgré un glossaire au début qui pourrait effrayer plus d'un lecteur. L'iconographie est toujours aussi riche et les textes latins traduits et proposés éclairent la peinture romaine et le propos des auteurs. Une bonne synthèse bien que non exhaustive sur la peinture romaine en somme.

L'empire de la couleur, la peinture romaine, de Pompéi aux gaules. Dossiers d'archéologie, novembre-décembre 2014. En kiosque et sur abonnement.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire