Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Actualité Dossiers d'archéologie : La Mésopotamie

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Dossiers d'archéologie : La Mésopotamie

L'Histoire commence en Mésopotamie nous rappelle l'exposition actuelle du Louvre-Lens qui se termine le 23 janvier 2017. L'apparition de l'écriture est un moment clé dans l'historiographie qui scelle la fin de la préhistoire et le début du moment historique. Si l'archéologie permet de relativiser en partie l'importance des écrits pour retracer l'histoire, la Mésopotamie n'en reste pas moins le berceau de notre culture depuis la révolution néolithique. Moins connue que d'autres sujets, cette civilisation majeure du croissant fertile est l'objet du numéro 378 des Dossiers d'Archéologie publié par les Éditions Faton, en lien avec l'exposition.

 

l-histoire-commence-en-mesopotamie pdt 4579Les trois premiers articles introductifs proposent une présentation historique et géographique de la Mésopotamie ancienne ainsi que l'exposition du Louvre Lens. Le premier "À la découverte de la Mésopotamie" d'Ariane Thomas est remarquable par sa clarté et le panorama dressé sur cet espace. On note également la présence d'une page présentant une chronologie synthétique sur l'histoire de cette région, pays de l'argile. Cette zone, carrefour majeur située entre deux fleuves, se révèle au fil de ces articles comme un lieu fondateur dans l'histoire de l'humanité. Malgré des ressources minières plutôt rares, les hommes, par leur labeur et leur inventivité, ont fait de la Mésopotamie un foyer de civilisation.

La Mésopotamie est une civilisation urbaine. Un article de Philippe Quenet et avec la collaboration d'Hugo Naccaro fait le point sur ce sujet. Une véritable hiérarchie urbaine se met très tôt en place. Les grandes villes Uruk, Ur, Nippur, Ninive ou Babylone sont présentées brièvement. De nombreux articles ou encarts plus spécifiques font le point sur un aspect de la civilisation mésopotamienne comme la polychromie ou la justice. La contribution "Les nomades et semi-nomades" montre les relations complexes entre deux populations qui n'étaient pas si dissemblables, car beaucoup de nomades adoptaient un mode de vie mixte. Ces nomades étaient des chainons essentiels dans l'économie locale mais aussi au niveau politique (beaucoup de tribus ont donné naissance à des dynasties régnantes de royaumes). Mais ces populations proches évoluent et les liens se distendent petit à petit jusqu'à aboutir à une incompréhension grandissante : au VIIe siècle avant notre ère, les Assyriens sédentaires affrontent les nomades de toutes parts.

Une partie des dossiers est consacrée à la culture mésopotamienne. Cécile Michel propose une synthèse sur l'écriture cunéiforme et l'utilisation de celle-ci dans les différentes langues. La littérature mésopotamienne bénéficie d'un focus qui nous montre une facette originale de cette civilisation en nous présentant succinctement des textes humoristiques. Deux articles sont consacrés à l'expression plastique et littéraire de l'idéologie impériale : les nombreuses stèles, inscriptions ou plaques sur les portes mettent en œuvre la puissance, la férocité et le triomphe du souverain. Les victoires et les massacres décrits dans les textes et les représentations sans euphémisme étaient aussi un moyen pour l'empereur de rappeler qu'il remettait l'ordre envers les ennemis qui étaient qualifiés de "traites". La paix permettait la restauration de la tranquillité et de la prospérité sous l'égide impériale.

La dernière partie est consacrée à la religion mésopotamienne. Anne-Caroline Rendu Loisel propose un panorama complet sur le sujet en évoquant la nature des dieux, les serviteurs mais aussi la place des hommes face aux dieux. Ce dernier point est d'ailleurs développé davantage dans l'article suivant intitulé "L'homme de Mésopotamie et sa mise en ordre du monde" de Francis Joannès. À travers celui-ci se dévoilent ces hommes cherchant à maitriser leur environnement par la pratique, les croyances et la raison. Bien que soumis aux aléas, à la mort qui n'est pas complètement une fin, mais aussi aux dieux, l'homme, créature divine particulière, forge son destin grâce à son savoir supérieur dès l'origine. Une contribution est consacrée à l'héritage astronomique babylonien dans le monde hellénistique et une dernière au patrimoine et l'archéologie de la Mésopotamie aujourd'hui.

Richement illustré, le numéro est une excellente introduction sur le sujet. Outre les actualités, il est à noter un article très original sur l'archéologie fantastique et la zététique, un autre sur l'exposition de Saint-Dizier sur le royaume mérovingien d'Austrasie ainsi qu'un dernier sur l'exposition du musée départemental d'Arles Antique consacrée à Khâemouaset, fils de Ramsès II, surnommé le prince archéologue et qui permet de revenir sur les savoirs à l'époque du Nouvel Empire. Au final, les Editions Faton nous proposent un numéro synthétique et réussi sur ce berceau de la civilisation.

L'histoire commence en Mésopotamie. Dossiers d'archéologie n° 378, novembre-décembre 2016.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire