Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Actualité Éthiopie : Un patrimoine exceptionnel (Dossiers d'Archéologie)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Éthiopie : Un patrimoine exceptionnel (Dossiers d'Archéologie)

L'Éthiopie est un berceau de l'humanité : dans la vallée du Grand Rift africain et en particulier dans l'Afar, l'Australopithèque Afarensis (Lucy) et tant d'autres découvertes paléoanthropologiques ont bouleversé et bouleversent encore nos certitudes. Pour autant l'Éthiopie ne se limite pas à ce gisement archéologique exceptionnel : de l'Antiquité à nos jours cet espace a été un lieu de cultures, d'échanges et de civilisation majeur dans le monde.

Le numéro 379 des Dossiers d'Archéologie coordonnée par Jean-François Breton nous propose un panorama des découvertes archéologiques éthiopiennes, brossant ainsi un tableau par petites touches de cette histoire fragmentaire de la préhistoire à l'aube de l'époque moderne.

Dossier-ETHIOPIE-2017Le dossier débute par deux articles introductifs. Le premier de Jean-François Breton présente la pluralité, la richesse et la complexité de l'histoire. Celui-ci est agrémenté d'une carte et d'une chronologie. Le second de Jean-Renaud Boisserie présente l'histoire de l'archéologie éthiopienne. Trois articles sont consacrés à la préhistoire de ce lieu. Le premier intitulé « Les hominidés du rift afar » de Yonas Beyene fait la synthèse des recherches paléoanthropologiques éthiopiennes et de l'importance de cet espace pour nos connaissances actuelles. L'article sur la vallée de l'Omo fait l'objet d'une contribution présentant l'équipe de l'OGRE travaillant sur le site et insiste sur ce qui fait la richesse archéologique et scientifique de ce lieu. On aperçoit donc dans ce dossier l'intérêt des recherches menées mêlant histoire de l'environnement, histoire de l'évolution humaine et histoire de l'usage des techniques ; autant de croisements qui n'ont pas fini de modifier et d'enrichir nos connaissances. L'article « le rift éthiopien au temps des grottes de Chauvet et de Lascaux » montre les limites de nos connaissances sur la fin de la préhistoire dans cet espace.

Nous savons peu de choses sur l'histoire éthiopienne avant l'arrivée des Sabéens d'Arabie du Sud au VIIIe siècle de notre ère comme l'indique Jean-François Breton dans son article. Ces derniers modifient en profondeur l'espace politique et culturel éthiopien bien qu'il soit difficile de mesurer les contours de ceci, vu la faiblesse des informations disponibles sur la période antérieure. L'émergence d'Axoum entre le IIIe et IIe siècle avant notre ère marque une rupture importante. Ce royaume est mentionné dès le milieu du premier siècle dans le Périple de la mer Érythrée et qualifie la ville d'Axoum de métropole. À partir du IIe siècle le royaume s'étend jusqu'à devenir un véritable empire au IVe siècle christianisé. L'empire intervient même en Arabie du Sud au VIe siècle mais le contrôle est instable et est corolaire au déclin de cette entité jusqu'à sa disparition au VIIe siècle. Yohannes Gebreselassie propose un article dense et complet sur les problèmes de l'alphabet éthiopien dont l'origine reste discutée. Iwona Gajda présente le site axoumite de Wakarida tandis que Jean-François Breton et Yohannes Aytenew Ayele consacrent leur contribution à la ville antique et médiévale de Kwiha.

La troisième partie s'intéresse au Moyen Âge et au début de l'ère moderne éthiopien. Celle-ci est très bien organisée : un article introductif de Marie-Laure Derat brosse un tableau général, accompagné d'une carte claire, puis des contributions plus spécifiques sont consacrées à chacun des grands espaces et cultures de l'Éthiopie médiévale. On découvre une société très divisée, loin de l'image d'une Éthiopie chrétienne véhiculée notamment par la monarchie salomonienne à l'époque contemporaine (l'utilisation de l'archéologie à des fins politiques fait l'objet d'un article complet). Au nord, dans l'ancien royaume d'Axoum, demeurent des populations chrétiennes connues du grand public notamment grâce au site de Lalibela et aux églises rupestres ; les fouilles récentes de ces lieux présentées par Claire Bosc-Tiessé, permettent de mieux comprendre la création et la christianisation de cet espace. Sur les rives orientales dans le Tigray, proches des routes commerciales internationales, des sultanats musulmans déjà connus par les textes et des monuments funéraires se dévoilent un peu plus, grâce aux fouilles des villes et des lieux de cultes expliquées par Deresse Ayenachew. Enfin sur les hauts plateaux centraux, Bertrand Poissonnier nous présente une culture païenne originale appelée culture Shay, complètement occultée par les sources apparues ces dernières années par l'archéologie. L'article sur les fouilles des camps royaux montre les aléas et les heureuses découvertes de la recherche : si les progrès sur la connaissance des conditions matérielles des camps royaux se sont révélés décevants, des éléments permettent d'entrevoir les liens entre la disparition de la culture Shay, la christianisation et les camps royaux. Enfin un article est consacré à Gondar et en particulier à l'histoire du château du Ras Ghimb, de sa construction à sa restauration achevée en 2014 et complétée par la publication d'un « très beau petit guide » (p. 71).

Le dossier contient de nombreux encadrés sur les différents musées éthiopiens mais aussi sur des points plus précis comme l'équipe de l'OGRE (p. 22) ou la céramique et la chronologie du Tigray oriental p. 45. Les actualités bibliographiques mettent à l'honneur des publications de ces dernières années sur l'Éthiopie. On salue l'hommage à Louis Faton mais aussi la présentation de l'importance et du contenu des travaux et recherches d'Alain Testard. Une interview à plusieurs voix nous présente le projet Mosaïkon destiné à « venir en aide aux riches collections de mosaïques des pays méditerranéens » mis en place par la fondation Getty. Un article est consacré aux travaux menés sur le plus ancien objet fondu à la cire perdue retrouvé sur le site de Mehrgarh au Pakistan. Enfin les brèves nous présentent toujours quelques actualités de la recherche ou des expositions en cours.

Au final, ce dossier richement illustré propose une bonne introduction à l'histoire et à l'archéologie dans cet espace. Il permet également de découvrir des objets, des lieux ou des contextes peu connus du grand public. Tout au long du dossier, la richesse et la diversité de cet espace, dues à la fois à une pluralité culturelle et religieuse et à l'importance d'échanges dès l'Antiquité voire antérieurement, illustrent à merveille le fait que l'Afrique est bien une terre d'histoire, foisonnante bien que fragmentaire et qu'elle est loin d'avoir révélé tous ses secrets.

Éthiopie. Un patrimoine exceptionnel.Dossiers d'Archéologie n° 379, en kiosque et sur abonnement.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire