Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Actualité Moines et monastères au Moyen Age

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Moines et monastères au Moyen Age

Le monachisme est un trait majeur du christianisme médiéval et moderne. Apparu au IVe siècle en Occident, ce mouvement va essaimer et laisser des traces profondes historiques, géographiques ou culturelles notamment. Le Moyen-Age constitue l'apogée de ce mouvement. La réforme grégorienne, ce mouvement majeur du christianisme et du catholicisme, ne peut s'expliquer complètement sans l'évocation du rôle majeur de certaines abbayes. Le numéro 381 des Dossiers d'Archéologie propose de revenir sur ce sujet en adoptant un point de vue essentiellement archéologique.


moines-et-monasteres-au-moyen-Âge pdt 4698Le premier article de Philippe Racinet « La longue et curieuse histoire du monachisme » introduit ce numéro et les différents sujets traités. La question de la règle monastique est centrale : à l'origine, les expériences monastiques étaient très diverses sans véritable unité ou règle comme le montre Anne-Marie Helvétius. Les tentatives de tutelle et d'unification sont visibles dès le Ve siècle : le concile de Chalcédoine en 451 met les monastères sous le contrôle d'un évêque et réduit leur idéal de liberté. On passe d'une transmission des enseignements par un guide spirituel à une règle écrite par conséquent figée. Vers 600, la règle bénédictine apparait et se diffuse. En 816-817, Louis le Pieux réunit des conciles et tente ainsi d'imposer la seconde règle bénédictine. Cette volonté de réguler s'explique aussi par le pouvoir politique des monastères. Le monachisme « régulier » devient quasi exclusivement bénédictin. Cela n'empêchera pourtant pas des parcours hors des cadres habituels, à l'image d'Étienne de Muret : d'un idéal érémitique, son mouvement se sédentarise et devient de plus en plus cénobite avant de former l'Ordre de Grandmont. Les grandes familles aristocratiques favorisent dès le Haut-Moyen-Âge le développement des monastères. Les femmes ne sont pas étrangères à cet essor comme le montre la contribution d'Étienne Louis sur le monastère féminin de Hamage. Le rôle et la puissance économiques des ordres réguliers sont très tôt perceptibles. Bien que les monastères du Haut Moyen Âge soient encore mal connus, ils témoignent de par leur implantation géographique d'une certaine connexion avec le tissu économique illustré par la contribution de Sébastien Bully sur le diocèse de Besançon.

On a souvent l'image d'ordres successifs remplaçant l'ancien à l'image des clunisiens, des cisterciens ou des ordres mendiants. Or Philippe Racinet montre qu'il n'y a pas de problèmes de recrutement au XIIIe siècle pour les clunisiens. Des abbayes antiques comme celle de Marmoutier, traité dans ce numéro par Thomas Creissen et Elisabeth Lorans, traversent les siècles et les réformes et continuent d'être agrandies ou modifiées jusqu'au XVe siècle. Philippe Racinet offre une contribution sur l'essor de l'ordre clunisien. Cette dernière est très liée à un contexte géopolitique particulier (volonté des puissances aristocratiques et laïques et ecclésiastiques et les premières croisades). La règle se diffuse à travers les nouvelles fondations mais aussi l'adoption d'anciens monastères souhaitant se réformer. Le succès de la règle s'explique par le prestige de l'abbaye. On ne peut parler pour autant d'une congregatio cluniacensis au XIIe siècle : le sentiment clunisien n'apparait qu'à la fin du XVe siècle. Benoit Chauvin propose une contribution détaillée sur l'architecture cistercienne. Alban Gautier aborde l'alimentation monastique. Bien que codifiées par une règle, des adaptations sont visibles en fonction de la géographie (proche du littoral ou non). Les fouilles ont révélé une consommation par les moines de viande de porc et de volaille, mets aristocratiques notables, mais aussi de poissons et de mollusques en tirant profit de l'environnement proche. Daniel Prigent propose une contribution sur la construction de l'abbaye de Fontevraud. Damien Carraz aborde le cas méconnu des commanderies militaires. Ces dernières étaient plus petites, plus nombreuses sur le territoire et très liées aux réseaux économiques. Elles étaient composées d'une maison avec un lieu sacré occupée par une dizaine de frères et une familia. Ces lieux sont très vite clos. L'ensemble organisé autour d'une cour ressemble davantage aux maisons fortes. La chambre du commandeur attestée à de nombreuses reprises reflète le mode de vie aristocratique du dirigeant. La présence de tours est également l'expression du pouvoir seigneurial. Alain Rauwel conclut ce dossier en insistant sur l'inclusion des moines dans le monde, sur le caractère élitiste de ce groupe mais aussi sur les évolutions qu'ont connues les ordres monastiques après le XIIIe siècle. L'époque moderne transforme un certain nombre d'institutions en centre culturel et d'érudition majeur. L'idéal monastique d'égalité et de rupture avec le monde perdure jusqu'à nos jours et fascine de nombreuses personnes bien au-delà du poids actuel des vestiges de ce mouvement religieux.

Outre les actualités, la revue propose un article original sur les liens entre archéologie et art contemporain en lien avec l'exposition « Passé recomposé » au musée archéologique de l'Oise à voir jusqu'au 30 novembre 2017. Les tintinophiles découvriront les travaux en cours sur la momie de Rascar Capac qui nous révèlent déjà bien des informations. Rascar Capac serait décédé à la fin du XIVe siècle contrairement aux estimations antérieures des chercheurs. L'exposition Un Gaulois dans mon cartable au MuséoParc d'Alésia est aussi abordée par Ludivine Péchoux et traite de l'enseignement scolaire des Antiquités Nationales. Enfin, Rome accueille aux Musées du Vatican une exposition sur les reliques de Saint Césaire qui est l'occasion de revenir sur l'art de l'Antiquité tardive et de montrer le lien entre la « Gallula Roma » (Arles) et l' « Urbs » capitale (Rome).

Richement illustré et de qualité, ce nouveau numéro des Dossiers d'Archéologie répond à tous les critères de qualité habituels. Parfois techniques mais toujours accessibles, les articles riches et variés permettent de brosser un panorama diversifié et nuancé sur les mouvements monastiques : l'architecture, les règles monastiques, le rôle économique ou les aspects culturels sont abordés et enrichisse la réflexion. Au final, ce dossier satisfera tous ceux qui s'intéressent aux ordres monastiques sous l'angle archéologique.

Moines et monastères au moyen Age. Dossiers d'archéologie, mai-juin 2017.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire