Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Actualité Métronome : dernière (?) mise au point

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Métronome : dernière (?) mise au point

Le vœu du groupe Front de Gauche parisien, demandant à la municipalité de cesser la promotion du Métronome, a provoqué une polémique, et des réactions caricaturales, accusation de censure à l’appui. M. Deutsch, silencieux au début, a finalement réagi, mais de façon scandaleuse et mensongère, tentant de faire croire que la critique de son travail n’émanait que d’un seul étudiant en histoire, en mal de notoriété, et qui plus est « militant actif du Front de Gauche ».


 

Cette réaction montre son embarras, et surtout son manque d’honnêteté intellectuelle, loin de l’image de personnage sympathique qu’il essaye de donner.

Une critique isolée et partisane ?

Ce n’est pas un seul étudiant qui a déclenché cette polémique, et surtout émis des critiques sur le travail de M. Deutsch. Une demi-douzaine de personnes, au minimum, ont écrit des articles mettant en cause le sérieux du Métronome. Deux tribunes et un communiqué ont été diffusés par le Comité de Vigilance face aux Usages Publics de l’Histoire (CVUH), et Pierre Assouline a également affiché ses réserves dans L’Histoire. Par la suite, des sites comme rue89 ou Arrêts sur Images ont repris ces travaux dans des enquêtes fouillées.

En ce qui concerne histoire-pour-tous.fr, nous avons publié cinq articles, sur le documentaire et le livre. Les critiques émises sur son travail sont avant tout des critiques historiennes, et non une cabale politique, même si nous faisons ressortir ses orientations idéologiques, particulièrement connotées, tout comme ses références. Crier à la censure nostalgique de la Terreur permet à M. Deutsch et ses amis de ne pas répondre sur le fond, et au comédien de passer pour une victime.

La victime, c'est l'histoire

La victime, c’est bien l’histoire. En effet, M. Deutsch, sous prétexte d’être un passionné, s’affranchit de tout respect pour la méthode la plus basique de tout historien, y compris « amateur ». Car l’histoire n’est pas réservée aux élites, chacun peut se faire historien, mais cela ne permet pas pour autant de piétiner le cœur même de la discipline, à savoir le recul critique et le rapport aux sources. Dans Métronome (livre et version dite documentaire), au-delà des erreurs factuelles, M. Deutsch a une fâcheuse tendance à tordre des faits historiques pour qu’ils aillent dans son sens idéologique, voire à inventer. Cette méthode est bien résumée dans cette sortie sur France Inter (18 avril) : « L’idéologie ne doit pas être détruite au nom du fait scientifique […] si on peut tendre vers le fait scientifique, tant mieux, surtout si ça accrédite ma chapelle, et ce que je pense, mon éclairage de l’histoire ». M. Deutsch choisit une source, qui va dans son sens, et ne la recoupe ou ne l’analyse jamais avec recul. Des exemples ? Les sept siècles ajoutés à la création du Louvre (son unique référence est un historien du XVIIe siècle…), la soi-disant volonté des révolutionnaires de faire pourrir de l’intérieur les églises en y entreposant du salpêtre, les Communards bombardant la colonne de Juillet depuis Montmartre,…Le but est toujours le même : chanter les louanges de la France au temps des rois et des saints, en l’opposant à la période violente et chaotique de la Révolution. Ce n’est pas de l’histoire, mais du mythe, et qui n’a rien de « neutre » idéologiquement. Il est bon que le public le sache.

Métronome, de la vulgarisation ?

Le travail de M. Deutsch ferait œuvre de vulgarisation. La vulgarisation, c’est permettre l’accès au grand public aux plus récentes recherches scientifiques, pas à une historiographie du XIXe siècle ou uniquement réactionnaire, traitée sans aucun recul critique.

La municipalité de Paris et ceux qui considèrent que tout cela est anecdotique, seraient donc avisés de se poser la question du pourquoi de cette réponse mensongère de la part du comédien. Ils feraient bien, enfin, de lire le Métronome, avec distance, et les critiques historiennes qui en ont été faites, pour ainsi pouvoir juger sur pièces, au-delà de tout esprit partisan ou politicien.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire