Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Actualité Bernard Dargol, un GI français à Omaha Beach

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Bernard Dargol, un GI français à Omaha Beach

Vous allez dire « vous nous avez déjà raconté cette histoire, il y a eu une BD sur le sujet », mais non rien à voir avec la BD « Airborne 44 » qui traite aussi en effet de l’histoire d’un GI français. L’ouvrage de Caroline Jolivet retrace l’histoire vraie de son grand-père, réécrite avec les outils de l’histoire récente : les documents d’époque certes, mais aussi et surtout le témoignage direct capté par la caméra et retranscrit sur le papier. Un beau travail pour l’Histoire et la mémoire, épique et accessible à tous, pour que le souvenir reste.

 

Synopsis

L’histoire de Bernard Dargol est celle d’un jeune homme de famille juive envoyé faire un stage professionnel aux Etats-Unis tandis que la guerre éclate en Europe et que la France se retrouve sous le joug allemand contrainte d’appliquer les lois antisémites. Libre dans la cité New-Yorkaise Bernard Dargol hésite à rejoindre les forces armées de De Gaulle et choisira plutôt d’entrer au service de l’armée américaine. Sa nationalité, sa langue natale, intéressent fortement l’armée US et le voici qui intègre le Military Intelligence Service (MIS). Il sera du débarquement de Juin 1944 en Normandie, puis en Bretagne et jusque dans les Ardennes au sein des services de renseignements américains, avant de devenir agent du service de contre-espionnage (CIC) jusqu’à démobilisation en 1946.
GI

L’avis d’Histoire Pour Tous

Double intérêt de cet ouvrage, tout d’abord pour tout un chacun avec ce témoignage d’un acteur de la Libération, longtemps resté dans le silence pour épargner sa famille et tenter de reconstruire quelque chose de nouveau. Le silence, pour cacher sa douleur et ne pas en causer aux autres, Bernard Dargol l’a aussi vu à travers son cousin rescapé d’Auschwitz, et son grand-père rescapé de Drancy. Mais le silence fait peser le danger de l’oubli et c’est sûrement en partie pour cela que Bernard Dargol a fini par prendre la parole depuis le 40ème anniversaire du Jour-J. Depuis de nombreux journalistes l’ont interviewé, on donna son nom à une rue, mais il manquait encore un ouvrage faisant la synthèse de toute cette histoire atypique. C’est à sa petite fille qu’il se confia pour poser cette clef de voûte à l’édifice mémoriel qu’il nous lègue. Ce témoignage de 175 pages environ, bien illustré, facile à lire, est accessible à tous. Tellement accessible qu’il nous parait judicieux de l’utiliser dans le cycle scolaire des élèves pour qui la mémoire de la seconde guerre mondiale est une priorité. Un ouvrage de ce type se prête tout particulièrement à un travail en commun de l’équipe pédagogique entre le professeur de Français et le professeur d’Histoire – Géographie. Alors chers enseignants, à bons entendeurs…

Au-delà même de l’aspect mémoriel, et du mérite de Bernard Dargol, nous tenons aussi à souligner le travail de l’auteur de ce livre, sa petite-fille Caroline Jolivet. Outre l’intérêt personnel de garder mémoire d’une histoire familiale, Caroline Jolivet a pris la peine de publier après avoir utilisé tous les outils de ce qu’on appelle l’histoire récente, c'est-à-dire celle dont nous avons encore la chance de pouvoir interroger directement les témoins. Il semble que la quête d’informations fut longue, depuis un voyage à New-York jusqu’au choc de la sortie du film « Il faut sauver le soldat Ryan », autant d’éléments qui petit à petit permirent à son grand-père de prendre la parole et de raconter son histoire, une histoire que Caroline Jolivet capta à travers sa caméra, réalisant pas moins de 24 vidéos qu’elle associa par la suite à des images d’archives. Puis ce fut le temps de la retranscription sur le papier de ce témoignage, associé aux lettres qui avaient été conservées.

Au final un joli travail avec un rôle mémoriel certain qui pourrait faire de ce petit ouvrage un outil parfaitement adapté aux programmes du Lycée.

 

Jolivet Caroline, Bernard Dargol, un GI français à Omaha Beach, Editions Ouest France, 2012.

Retrouvez les interviews de Bernard Dargol sur : www.omaha1944.com

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire