Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Actualité Paroles de Diên Biên Phu

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Paroles de Diên Biên Phu

La bataille de Diên Biên Phu a marqué l'histoire militaire française, par ses conséquences désastreuses, par les conditions particulièrement dures que vécurent les soldats, et par quelques grandes actions et grands personnages qui lui sont intimement liées. Cet ouvrage de deux spécialistes de l'histoire militaire et de l'Asie, nous permet de nous replonger dans ces heures funestes de l'empire colonial français à travers des témoignages de vétérans de tout rang : officiers, sous-officiers et simples soldats.

 

 Diên Biên Phu, quand la France perd l'Indochine

Le 7 mai 1954 prenait fin la bataille de Diên Biên Phu, défaite héroïque de l'armée française, symbole de la guerre d'Indochine. Défaite, car stratégiquement c'est un véritable fiasco pour l'armée française qui a largement sous-estimé l'armement lourd du Vietminh, et sa capacité à le déployer autour de la position française. Défaite d'autant plus symbolique qu'elle accélère les négociations de paix qui aboutissent aux accords de Genève et à la victoire d'une armée anticolonialiste contre sa métropole. Mais défaite héroïque, car les soldats assaillis dans la cuvette de Diên Biên Phu firent preuve d'un courage et d'une abnégation hors norme. Défaite héroïque, aussi car empreinte de comportements chevaleresques irrationnels comme ces hommes volontaires pour se faire parachuter aux côtés de leurs camarades alors que la situation est désespérée... 

Les survivants témoignentParoles de Diên Biên Phu

Pierre Journoud et Hugues Tertrais nous présentent les témoignages de plusieurs dizaines de vétérans de Diên Biên Phu. Le premier est chercheur à l'IRSEM (Institut de Recherche Stratégique de l'École Militaire) et a déjà écrit De Gaulle et le Vietnam. Le second est professeur à Paris I et a entre autres écrit l'Atlas des guerres d'Indochine 1940-1990.
Les témoignages sont enchâssés dans un discours narrativisé et thématique, permettant ainsi de retrouver aisément un témoignage sur l'objet qui nous intéresse. L'ouvrage est ainsi découpé en sept grands chapitres :

- Chapitre I : Le lieu et l'idée
- Chapitre II : La préparation
- Chapitre III : Le combat
- Chapitre IV : L'après
- Chapitre V : L'adversaire
- Chapitre VI : L'héroïsme
- Chapitre VII : La mémoire

Comme on le voit, le livre ne traite pas simplement les témoignages des combats, la bataille apparait comme un objet d'étude traité dans sa globalité, sur le temps long (avant et après bataille) et incluant des concepts comme la mémoire ou la notion d'héroïsme.
Cet ouvrage conséquent, de plus de 400 pages, est complété par une chronologie de la bataille et de cartes, chose qu'il convient de noter car ce n'est pas toujours le cas dans les ouvrages d'histoire militaire. Ces cartes sont un véritable atout, elles permettent au lecteur de suivre l'action, de localiser les postes de défenses, les collines...

Un ouvrage de référence, complet, qui s'adresse à plusieurs types de public : l'amateur d'histoire militaire du XXe siècle, l'étudiant travaillant sur Diên Biên Phu ou sur la perception des soldats, et enfin l'historien qui trouvera là un bon recueil de textes sources.

« Le 7 mai, vers 16h, nous avions enterré les culasses des révolvers, et puis les Viets sont arrivés. Que ressent-on à ce moment précis ? Une profonde douleur. Ceux qui s'étaient battus l'avaient fait jusqu'aux limites de l'extrême. Ce combat se terminait par une image, que je revoie encore et que Schoendoerffer a bien traduite dans son film. On sort de son trou ; on marche, et on voit des foules de gens qui sortent de leurs trous encadrés par des Bo Doï avec leurs fusils. C'est bouleversant. Ça ne dure pas longtemps, bien sûr. Mais c'est une image qu'on garde comme une blessure qui ne cicatrise pas. On réalise que c'est fini et qu'on n'entend plus rien... »
Bernard Klotz, lieutenant de vaisseau.

JOURNOUD Pierre, TERTRAIS Hugues, Paroles de Diên Biên Phu, les survivants témoignent, Texto, 2012 (réédition).

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire