Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Actualité Le chevalier de Barbazan (H. Bontemps et L. Portier)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Le chevalier de Barbazan (H. Bontemps et L. Portier)

À travers leur roman, Le chevalier de Barbazan, De Tamerlan à Jeanne d'Arc... le secret !, les auteurs Henri Bontemps et Luc Portier ont souhaité conter l'histoire d'un « héros injustement oublié » alors qu'il joua un rôle essentiel dans l'histoire de France notamment durant la Guerre de Cents Ans. S'attachant au plus près aux faits historiques, les deux auteurs nous présentent ainsi de façon romancée la vie de celui que Charles VII surnomma « le chevalier sans reproche ». Mais fallait-il pour autant en faire un roman ?

 

L'histoire du chevalier de Barbazan

Le chevalier de BarbazanEnvoyé du roi de France auprès de l'Empereur byzantin Manuel II à Constantinople, Arnaud Guilhem de Barbazan a pour charge d'accompagner l'émissaire de l'Empereur auprès du terrible chef mongol Tamerlan afin de nouer une alliance. Ainsi débutent les aventures entre action et espionnage de ce redoutable combattant mais également fin lettré et diplomate.

Injustement oublié par l'Histoire de France selon Henri Bontemps et Luc Portier, ils ont ainsi cherché à ranimer le souvenir de cet homme, grand chambellan du roi et représentant par excellence de l'idéal chevaleresque. En effet, le chevalier de Barbazan fut un ardent défenseur de la royauté au point de recevoir l'honneur suprême comme Du Guesclin de se faire enterrer au côté des rois de France, dans leur nécropole, la basilique Saint-Denis. Faisant preuve d'une grande érudition, avec le souci de coller au plus près de la réalité historique – si l'on excepte le titre tape à l'œil – et avec un didactisme certain, les deux auteurs nous livrent ainsi le récit de sa vie, un récit tenant malheureusement plus du manuel d'histoire que du roman.

Un roman sans âme

À la lecture du présent ouvrage, se dégage le sentiment prononcé du respect de la véracité historique, mais un respect s'effectuant au détriment de l'écriture et de la mise en roman. Il en résulte un texte sans d'âme qui au final se lirait presque comme une bibliographie chronologique très scolaire. Jamais les auteurs ne prennent le temps de faire vivre leur héros dont les faits, pourtant véritablement passionnants, se déroulent à une vitesse extrême. Bien naturellement, comment raconter la vie si longue, si riche et si mouvementée d'Arnaud Guilhem de Barbazan en moins de trois cents pages ? Visuellement plat et dénué de saveur, le choix du roman s'avère ici être une gageure tant la narration ne permet pas au lecteur de s'investir et de vivre au rythme des aventures du chevalier. Un roman historique si bref était-il vraiment le meilleur choix pour évoquer la vie du chevalier de Barbazan ?

Henri Bontemps et Luc Portier, Le chevalier de Barbazan, De Tamerlan à Jeanne d'arc... le secret !, Éditions Regain de lecture, Orléans, 2014.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire