Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Actualité Métronome, L. Deutsch (France 5)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Métronome, L. Deutsch (France 5)

Gros succès en librairie, le Métronome (puis le Métronome illustré) de Lorànt Deutsch est aujourd’hui adapté pour la télévision, sur France 5, avant une sortie en DVD. Alors que ce guide sur le Paris historique a bénéficié d’une étonnante mansuétude de la part des medias, malgré nombre d’erreurs factuelles et une orientation idéologique pour le moins conservatrice, il sera intéressant de voir ce que donne son adaptation audiovisuelle par Fabrice Hourlier, dont le coût pour le service public s’élève à 1 million d’euros environ. Ce dimanche est diffusé le premier épisode, « 52 av. J-C – Ve siècle : de Camulogène à Clovis ».

Résumé du 1er épisode de Métronome

Dans cet épisode, Lorànt Deutsch raconte l’histoire de Lutèce/Paris de 52 av. J-C jusqu’à 511 et la mort de Clovis.

L’épisode débute par la conquête de Lucotecia (future Lutèce) par les Romains, avec entre autres la bataille de Grenelle, sur ce qui deviendra le Champ de Mars. Se déroulent ensuite les siècles et les points marquants, selon Deutsch : le paisible IIe siècle (et les arènes de Lutèce) ; le IIIe siècle plus troublé et le rôle de saint Denis dans la diffusion du christianisme ; le IVe siècle, le nom « Paris » et l’empereur Julien ; et enfin le Ve siècle avec l’arrivée des Francs et de Clovis.

Les reconstitutions numériques

La série est construite autour des interventions de Lorànt Deutsch, et de reconstitutions numériques, avec acteurs, des différents lieux et moment-clés de l’histoire de Paris. Le comédien déambule dans le Paris actuel, mais également dans un Paris passé, grâce à des fonds verts permettant d’incruster les monuments dans leur forme d’origine (ou estimée comme telle). Il y aurait beaucoup à dire sur ce sujet, comme dans la plupart des documentaires qui utilisent ces techniques, mais si globalement on peut apprécier la beauté des reconstitutions, on ne peut qu’être dubitatif sur leur fidélité historique. Les arènes de Lutèce, par exemple, font passer le Stade de France pour un champ de patates de Division d’Honneur…

Le problème est que c’est encore pire avec les scènes jouées. D’abord les costumes et les maquillages des comédiens : ils sont souvent assez ridicules, et surtout totalement anachroniques ! Ainsi, les Gaulois, vociférant face aux Romains, arborent leur fameuse moustache et des casques ailés comme dans les plus beaux clichés du XIXe siècle ! Quant à la colle bien visible de la barbe de saint Denis…

Les approximations historiques de Métronome

metronomeSans entrer dans un catalogue d’erreurs factuelles, de toute façon globalement moins choquantes ici que dans les autres épisodes, on peut s’interroger sur la rigueur de Lorànt Deutsch dans sa démarche (revendiquée) d’historien. En effet, tout dans sa volonté de prouver que l’histoire de Paris et, dans le prolongement celle de la France est dans une continuité historique, le comédien se permet quelques anachronismes et avis personnels parfois curieux. Par exemple, il voit dans la Tour Eiffel « un monument à la gloire des guerriers gaulois tombés à la bataille de Grenelle », alors que nous ne sommes même pas sûrs que le Champ de Mars soit effectivement le lieu de la bataille décisive…Il évoque des clichés historiographiques éculés comme « les invasions barbares », se fait très imprécis sur des points importants (l’origine de la devise « Fluctuat nec mergitur »,…), se permet des raccourcis gênants (la défaite gauloise aurait signifié, selon lui, « la mort d’une culture indépendante, de tout un mode de vie, de ses croyances et de ses légendes »,…). Quant aux Lutéciennes, « elles faisaient du shopping sur le forum »…La période de Julien empereur est en plein dans le « parisianocentrisme », puisque Lorànt Deutsch prête aux légionnaires de Julien la volonté de faire de Paris le centre de l’Empire : « Paris doit remplacer Rome, et Julien doit devenir le seul maître de tout l’Empire », ou encore : « Julien est devenu l’empereur, et Paris le cœur de l’Empire » ! Un « parisianocentrisme » que l’on retrouve dans l’évocation des arènes de Lutèce, amphithéâtre « le plus riche, le plus beau de toute la Gaule » pour Deutsch ! C’est peut-être oublier un peu vite Nîmes ou Lyon…Quant à Childéric qui monte au Valhalla…

Chefs, empereurs, rois et saints

A l’image du livre Métronome, la version audiovisuelle est clairement centrée sur les personnages et sur le christianisme. Le peuple est aussi évoqué, mais pas comme un facteur vraiment déterminant de l’histoire de la cité.

Les souverains d’abord, avec le gaulois Camulogène, puis les empereurs, dont Julien, un peu trop facilement montré comme un empereur romain presque « parisien ». Evidemment, Clovis, qui clôt l’épisode mais «  [ouvre] une nouvelle histoire qui se prolonge jusqu’à nous ». Une vision un peu étrange qui voudrait faire de la Ve République la descendante des rois mérovingiens...

Toutefois, les stars sont surtout les saints. Et la mise en scène, notamment la musique, nous le fait bien comprendre ! Comme dans tout le documentaire, jamais Lorànt Deutsch n’emploie le conditionnel, y compris quand il évoque le martyre ou les miracles des saints ! Ainsi, même s’il ne rentre pas dans le détail, le fait que saint Denis ait marché la tête sous le bras de Montmartre à l’abbaye qui porte son nom, ne semble pour lui faire aucun doute ! Tout comme les miracles de saint Martin, de saint Marcel, ou encore le rôle de sainte Geneviève (même si les Huns sont oubliés). Le ton, la musique, le vocabulaire (il emploie souvent le « nous », comme « notre saint » au sujet de Denis, ou pour Geneviève : « sa tombe toujours offerte à notre dévotion »…) montrent une véritable empathie et adhésion envers le christianisme et ses martyrs, ce qui peut surprendre dans un documentaire historique.

L’avis d’Histoire pour tous

Inutile de préciser que cet épisode, malgré de jolies images et quelques bonnes idées, ne nous a pas convaincu. Il se situe dans la droite ligne de l’ouvrage qui l’a inspiré. Que des producteurs aient voulu surfer sur le succès de Métronome, et faire un documentaire pour vendre des DVD, pourquoi pas ? Mais que le service public et de grands medias aient adhéré aussi aveuglément au projet pose question.

 

Critique de l'épisode 2.

Critique des épisodes 3 et 4.

 

Lire aussi Pour en finir avec Lorànt Deutsch et le Métronome.

 

Métronome, réalisé par Fabrice Hourlier et commenté par Lorànt Deutsch. Diffusion sur France 5 à 16h45, les 8, 15, 22 et 29 avril 2012. Disponible en double-DVD à partir du 18 avril. Voir le site de France 5 sur le Métronome.

Merci à Goliards pour son aide. Lire son article ici.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire