Rechercher dans le site
Catégories
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil BD Histoire Souvenirs de la grande armée - BD

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Souvenirs de la grande armée - BD

souvenirsgrandearmee1« Mon amie, il y’a eu hier une grande bataille, la victoire m’est restée mais j’ai perdu bien du monde ; la perte de l’ennemi, plus considérable encore, ne me console pas. » Napoléon Ier, 9 février 1807. Au soir de la sanglante bataille git le soldat Godart… Deux cents ans après son descendant Michel Dufranne créé le personnage « Marcel Godart » commençant son épopée là où le vrai Godart l’avait terminé. Les bicentenaires napoléoniens semblent influencer le milieu de la BD qui commence à exploiter cette période riche, tant en contexte épique qu’en fans, et donc en potentiels acheteurs.

Des ces « Souvenirs de la Grande Armée » le lecteur est invité à suivre les aventures d’un soldat du 2ème Chasseurs à cheval : « Moi, Marcel Godart, dit « Le Belge », je prend la plume, ce jour, pour honorer la mémoire de mes compagnons d’armes du 2ème Chasseurs à cheval qui offrirent leur vie à la Grande Armée. Mes premiers hauts faits remontent à une froide soirée polonaise de janvier 1807. Comme je parle flamand, Bouvier et mes officiers étaient convaincus que je comprenais les Autrichiens. Dès lors, ils me désignaient souvent pour des missions « spéciales ». »

Résumé

Le tome I «  1807- Il faut venger Austerlitz ! » nous plonge dans la pénible campagne de Pologne où la disette, la boue et l’hostilité de la population sont le quotidien de nos Chasseurs. La tension monte, entre les régiments mais aussi en leur sein et en pleine nuit le drame éclate : le cheval du vieux briscard que l’on surnomme « J’y étais» est retrouvé gisant dans la rue, baignant dans son sang. La même nuit le sous-lieutenant Beaumont disparait mystérieusement… Suspicions, psychoses, chacun interprète les faits à sa façon : mauvais coup des fantassins, mauvais œil… Marcel Godart, accompagné de son turbulent ami, est chargé de tirer l’affaire au clair.

Le tome II « 1808- Les Enfants de la Veuve » commence par un levé de soleil qui transperce lentement les dernières brumes embaumant une fermette polonaise. Un calme plat tranché par les cris rageurs des duellistes… La scène se passe en 1808, les 2ème Chasseurs est toujours stationné dans le Duché de Varsovie mais n’a plus guère d’ennemis à combattre, les soldats s’ennuient… Entre les diners maçonniques et les batifolages avec les fermières chacun passe le temps à sa manière. Mais rapidement les événements se bousculent : nouvelle attaque envers ce vieux « J’y étais » et surtout de mystérieux loups-garous qui s’attaquent aux villageois…

Le tome III « 1809 – Voir Vienne ou mourir ! » voit notre groupe de héros mis à mal lors de la bataille de Reising et de la poursuite qui en suit. En ce jour funeste « J’y était » est fauché par une salve meurtrière après avoir arraché un étendard à l’ennemi. « Mâtin », brave parmi les braves au combat, a la mâchoire fracassée par une balle. « Le Belge », grièvement blessé le lendemain, se retrouve dans un hôpital de fortune où il retrouve la femme de son vieil ami mort la veille.

40 ans après, en 1849, le vieil homme qu’est devenu Serge Godart entreprend avec ses enfants un long voyage pour revenir sur les lieux de ce drame humain. Là, il doit faire face à ses vieux démons et en finir avec une sombre et mystérieuse histoire qui le hante depuis son passage à l’hôpital…

 

 

souvenirsgrandearmee2Notre avis

Voilà de quoi ravir les amateurs du Premier Empire ! Cette BD mêle à merveille l’intrigue policière et la vie de campagne ! Planches après planches les passionnés se remémorerons les écrits de Coignet, de Blaze et des autres… Ils apprécieront le soin apporté à retranscrire cette ambiance de vie de corps : rivalités entre corps, relations entre vétérans et « jean-jean », le tout baigné dans le jargon militaire du temps (avec un lexique en fin de BD). Cette ambiance prenante et pleine de rebondissements repose sur trois personnages charismatiques : Marcel Godart,  la tête pensante, chargé de résoudre les énigmes, « J’y étais » le briscard orgueilleux et quelques peu mystérieux, « Mâtin » fidèle ami de Marcel, coureur de jupons et grand querelleur devant l’Eternel. Réussissant une symbiose intéressante entre la description historique et l’intrigue policière cette BD peut toucher un large public. Sur le même principe dessins et couleurs sont suffisamment précis pour nos plonger dans l’ambiance, sans pour autant tomber dans la planche uniformologique.

Le rendu de l'action, les couleurs, le dessin, redent de façon exceptionnelle une ambiance tantôt joyeuse, pesante, haletante... C'est une BD qui joue avec les sentiments du lecteur, un véritable chef d'oeuvre !

Tout aussi agréable à lire qu’à regarder cette série offre qui plus est un petit dossier à la fin de chaque épisode pour permettre au néophyte de réviser un peu le contexte historique.

Michel Dufranne, qui a fait des études de psychologie, nous offre une saga sombre et subtile : profondément humaine…

Souvenirs de la Grande Armée

souvenirsgrandearmee3Editions : Delcourt

Scénario : Michel Dufranne

Dessins : Alexis Alexander

Couleurs : Jean-Paul Fernandez

-         Tome I : « 1807 – Il faut venger Austerlitz ! » (2007)

-         Tome II : «  1808 – Les Enfants de la Veuve. » (2008)

-         Tome III: "1809 - Voir Vienne ou mourir !" (2010)

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire