Rechercher dans le site
Catégories
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil BD Histoire Napoléon Bonaparte - BD

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Napoléon Bonaparte - BD

nbbdQuinze mai 1779, un jeune garçon de la noblesse corse, dans sa dixième année, entre à l’Ecole royale militaire de Brienne, en Champagne…Tandis que se lève doucement sur le monde le vent des révoltes, l’enfant devient un jeune homme, loin de ce que l’on imagine, de ce que l’on écrira…Il va, il aime dans ce premier volet ; élève officier du Roy, sous-lieutenant, puis capitaine de la Convention, jusqu’au 5 nivôse de l’an II… Toulon. Pas de « on dit », pas de fausses rumeurs, enfin un authentique Napolione di Buonaparte : de l’histoire, de l’aventure, de l’action, de l’émotion… Et la Révolution.

 

Résumé

Le jeune Bonaparte commence sa carrière à Autun où il apprend le Français, puis à Brienne, où ce maigre enfant de petite noblesse, qui plus est d’une région que très récemment française, se voit raillé, moqué, par ces arrogants camarades issus des meilleures familles françaises. A la fois solitaire et ouvert le jeune Bonaparte s’entoure de quelques amis fidèles et se fait remarquer par ses professeurs, pour sa capacité d’apprentissage, ses facilités en Histoire et surtout son excellence en mathématiques. Premièrement destiné à la Marine, les événements font que Bonaparte sera dirigé vers l’Artillerie, avec un an d’avance il rejoint l’Ecole militaire de Paris et en sort lieutenant en second au régiment de la Fère.

Une nouvelle commence pour cet officier romantique, pris entre ses activités militaires et sa dévorante passion de l’écriture et de  la lecture : Rousseau, Voltaire, Plutarque… Les Grands hommes sont ses compagnons de rêves, les débats des Lumières l’enthousiasment… A tel point que quand la Révolution éclate le jeune officier l’accueil à bras ouvert : que d’espoirs ! Les débats avec ses compagnons du régiment de la Fère sont virulent, certains prêchent l’émigration, lui soutient ces projets de société égalitaire, tous sont offusqués et désarçonnés par la mort du roi.

Mais Napoléon à d’autres projets, si la France proclame la liberté et l’égalité alors oui il doit avoir un rôle à jouer : en Corse ! Retrouvant son île natale de permissions en permissions Napoléon s’intègre dans la vie politique et militaire de l’île de beauté. Il côtoie Paoli, participe à une expédition en Sardaigne… Il en est certain, la Corse peut devenir autonome, mais elle ne doit pas s’opposer à la France, creuset des idées nouvelles. Mais qui dirige la Corse ? Les Bonaparte ? Non, Paoli. Et ce dernier n’a que peu d’estime pour ce jeune officier, fils d’un homme qui a collaboré avec l’occupant français. Pour Paoli l’indépendance viendra d’une alliance avec l’Angleterre. Napoléon rejette cette idée, la Corse doit se forger dans la Révolution et non contre la Révolution, la soumission à la perfide Albion lui apparaît comme une abomination. Le frère de Napoléon, Lucien, dénonce les manigances paolistes, la lettre est interceptée, les paolistes chassent les Bonaparte de Corse, la maison familiale est brûlée. Dès lors Napoléon n’a plus qu’une patrie, la France, et c’est là qu’il s’illustrera, à Toulon, face aux Anglais.

planche2

Notre avis

Faire une bande dessinée purement historique est un exercice difficile, chaque planche, chaque dessin n’est pas lui-même, ne serait-ce que par les expressions du visage, une interprétation. Mais l’Histoire n’appartient pas qu’aux universitaires et il faut se réjouir de voir d’autres intervenants s’emparer du sujet pour le vulgariser. Et il faut d’autant plus s’en réjouir quand cette vulgarisation est honnête, comme c’est le cas ici.

Les BD sur le Premier Empire de ces derniers temps ont eu tendance le plus souvent à mêler des intrigues imaginaires à un contexte historique, ce n’est pas le cas ici. Cette BD nous propose de suivre la vie du jeune Bonaparte, de tableau en tableau, reliés entre eux par l’inspiration de l’auteur, et à ce titre on peut dire que Pascal Davoz a fait, dans le milieu de la BD, le même exercice que Max Gallo quand il sorti sa biographie de Napoléon en quatre volumes.

Nous parlons de tableaux car en effet cette BD passe en revue les moments clefs de la vie du jeune homme : les railleries à l’école, les premiers amours, le conflit avec Paoli, la découverte de la sexualité et les premiers faits d’armes. Le premier problème est de savoir comment relier ces tableaux entre eux, en inventant des dialogues, pour donner une fluidité à cette biographie. Le second problème est de garder l’attention du lecteur, notamment dans la première partie de la BD, la scolarité et la vie de garnison du jeune corse, où la monotonie est de règle. Se languissant Bonaparte songea au suicide (ce qui au passage n’est pas mentionné), et il faut tout l’art de Pascal Davoz pour que le lecteur n’en vienne pas aux mêmes extrémités…

Car l’auteur s’en sort avec brio ! Sacrifiant l’austérité de l’historicité l’auteur a utilisé l’humour avec habilité. Ainsi, le sourire aux lèvres, le lecteur se laisse guider de pages en pages jusqu’au siège de Toulon où le feu de l’action prend le relai.

C’est un excellent choix, la BD ne pouvant prétendre à une totale exactitude historique il est judicieux de lui conserver son aspect ludique et divertissant.

Pour ce qui est de l’historicité des événements présentés, le travail est dans l’ensemble rigoureux. Pascal Davoz a fait l’effort de confronter les sources pour démêler autant que possible le vrai du faux et nous présenter une vie de Napoléon aussi plausible que possible. On s’étonne cependant que le fameux souper de Beaucaire soit présenté avant tout comme un fait historique et qu’il ne soit fait mention qu’en note de bas de page du récit qu’en fit Bonaparte pour prouver ses convictions jacobines. Il n’est d’ailleurs que très peu fait mention des œuvres littéraires du jeune homme (sauf l’Histoire de la Corse mentionnée dans une bulle il est vrai).

D’un point de vue purement technique le dessin de Jean Torton est réaliste mais manque, à notre goût, de détails. Ce manque de détails dans le dessin rend d’autant plus étrange l’inclusion dans les planches de « copié-collés » de tableaux originaux dans les décors intérieurs.

Enfin, au vue de la masse d’informations nécessaires pour comprendre parfaitement la période il n’aurait peut-être pas été vain d’introduire en fin de BD un petit corpus historique donnant au néophyte les bases nécessaires sur l’histoire de la Corse, et de la première coalition notamment.

En conclusion cette BD, malgré quelques défauts, doit ravir les passionnés du grand homme et offrir au plus grand nombre la possibilité de découvrir de façon plaisante ce personnage marquant. En effet, si les prochains opus continuent sur cette voie cette saga devrait avoir sa place dans toutes les bibliothèques de collèges et de lycées. Ainsi, l’élève intéressé pourra se délecter de cette biographie ludique et ainsi, peut-être, pallier partiellement l’omission coupable de ce personnage capital de l’histoire de France dans les programmes scolaires.

Alors saluons le travail de Pascal Davoz et attendons les prochains volumes !

planche1

 

Editions : Casterman

Collection : Jacques Martin

Scénario : Pascal Devoz

Dessin : Jean Torton

- Tome I (03/ 2010)

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire