Rechercher dans le site
Catégories
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil BD Histoire Le secret de la bête du Gévaudan - BD

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Le secret de la bête du Gévaudan - BD

Gevaudan

Jadis dans tout le Sud-est du Massif-Central on ententait crisser les dents à l’annonce de la légende de la Beste du Gévaudan. C’est en 1764 que la Beste est apparue sur ces terres, semant la mort et l’effroi. Officiellement on recense plus de 200 victimes (morts et blessés), en majorité des femmes et des enfants. Les meilleurs chasseurs du royaume vont-être envoyés pour terrasser ce monstre que l’on dit envoyé par le Diable.

De façon originale Jean-Claude Bourret nous présente dans une BD les résultats de 20 ans d’enquête.

Le fruit de 20 ans d'enquête

Jean-Claude Bourret, dont les ancêtres originaires du Gévaudan auraient vu la Beste, a mené 20 ans d’enquête sur ce sujet passionnant et à décidé de présenter le résultat de ses travaux sous forme de bande dessinée. Journaliste et écrivain, le choix de la BD comme support n’allait pas de soi, mais il permet il est vrai de vulgariser et de présenter au plus grand nombre cette histoire autour de laquelle beaucoup fantasment encore.

C’est donc avec précision que J-C Bourret nous fait revivre cet événement depuis la première attaque en Juillet 1764, jusqu’à la « mort » de la Beste l’année suivante tuée par Antoine de Beauterne, premier porte-arquebuse du roi.

Le retour de la Beste sera l’occasion d’un second et dernier tome.

Notre avis

Le choix de la BD offre de un grand potentiel ludique, or J-C Bourret a tendance à nous proposer une simple exposition chronologique des faits, défaut fréquent dans le milieu de la bande dessinée historique. Dès lors les attaques, les messes et les battues s’enchaînent, inexorablement, avec à chaque fois des scènes similaires, des commentaires semblables… On a très vite l’impression de tourner en rond, il manque un petit quelque chose pour tenir le lecteur en haleine. Cela aurait pu être les dessins, dont on aurait espéré qu’ils créent cette ambiance angoissante et pesante que l’on attend presque en lisant l’histoire de la bête du Gévaudan. Or là encore il n’en est rien, les dessins bien que jolis sont sommes toute assez peu beste
détaillés, relativement naïfs et n’aident guère à recréer cette ambiance, exception faite de quelques planches où la bête est en embuscade dans un bois, la nuit, et où seul l’œil rougeoyant scintille.

Il est vrai qu’il est toujours difficile dans une BD historique de savoir à quel degré il est possible de romancer, surtout quand comme ici l’auteur s’enorgueillit (peut-être un peu hâtivement quand aucune source n’est citée) d’offrir au lecteur la véritable histoire. Cependant, nul doute que pour une démonstration historique la BD n’est pas le bon support. La BD est là au mieux pour apporter des bases sur un sujet, il n’est pas forcément préjudiciable de romancer un peu certains passages pour arriver à ses fins. Ainsi il aurait certainement été très intéressant de donner plus de profondeur (par le dessin et le scénario) à certains personnages comme Antoine de Bauterne (qui a tué officiellement la bête), le seigneur d’Enneval (qui le précéda) et surtout Mr Duhamel, capitaine des dragons, le premier chargé de traquer l’animal.

En suivant l’enquête de l’un de ses personnage, appelé à trier toutes les informations qui lui arrivaient sur l’animal (du loup de forte taille au loup-garou), le lecteur se sentirait certainement plus impliqué dans l’histoire qu’en regardant se succéder les attaques d’un (ou plusieurs) loup(s) bien identifié(s) dès la quatrième planche.

Cela dit, cette BD à l’avantage de présenter à tous, et surtout aux jeunes, l’histoire de la bête du Gévaudan telle qu’on peut la reconstituer de nos jours et sans se laisser aller sur les chemins du fantastique ou de l’improbable, comme ce fut le cas dans différentes interprétations cinématographiques.

Alors n’hurlons pas au loup, cette BD peut se tailler une place honorable dans le milieu de la BD historique, et peut-être qu’après cette première expérience J-C Bourret nous offrira un second tome encore meilleur, plus saisissant !

Le secret de la bête du Gévaudan

Auteur : Jean-Claude Bourret

Dessinateur : Julien Grycan

Editeur : Editions du Signe

Date de parution : Mai 2010

Les autres articles sur ce thème


A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire