Rechercher dans le site
Catégories
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil BD Histoire Orion : les oracles (BD)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Orion : les oracles (BD)

Orion_couvertureNé de l'imagination fertile de Jacques Martin, Orion, jeune citoyen de l'Attique, qui apparaît pour la première fois en septembre 1990, a failli être son premier héros. Si « Alix l'a emporté », l'auteur expliquera avoir hésité en 1948, pour le journal Tintin, entre son héros gallo-romain du temps de César et un Athénien du temps de Périclès... Pourtant, l'amoureux des civilisations anciennes avait une nette préférence pour la Grèce classique, autant berceau de notre civilisation que période tourmentée...

 

Quand il crée le personnage d'Orion, l'auteur d'origine strasbourgeoise est âgé de 69 ans. Cette série contient tous les codes «martiniens » : un contexte historique documenté, un récit d'aventures, un graphisme théâtral, des reconstitutions réalistes, des couleurs harmonieuses.

Le Lac sacré est le premier épisode de la série, et le dernier album intégralement réalisé par Jacques Martin atteint ensuite d'une affection oculaire. Christophe Simon achèvera les deux tomes suivants, Le Styx en 1996 puis Le Pharaon en 1998, avant de glisser sur la série Alix. Au moins quatre autres synopsis (Le Roi des Rois, Syracwa, L'Espion de Carthage et Le Messager d'Athènes) étaient pourtant prêts.

Les Oracles, un nouveau départ prometteur pour Orion

Orion représente l'idéal de Jacques Martin. La tête bien faite dans un corps parfait, cet idéaliste est assoiffé de justice et de liberté. Formé à l'architecture, la sculpture et la philosophie, il incarne l'éducation classique. Ce jeune patriote charismatique manie parfaitement le glaive et un arc transformable en fouet. Orion est aussi un héros amoureux d'une jeune esclave Spartiate, Hilona, qu'il délivre de son joug avant d'être trahi par Périclès pour de sombres raisons d'Etat. Jacques Martin, disparu le 21 janvier 2010, ne verra pas l'œuvre terminée.

Fin du Ve siècle avant J-C. La cité d'Athènes est assiégée par l'armée de Sparte que Périclès redoute d'affronter sur la terre ferme. Pour conforter sa stratégie - s'abriter derrière l'enceinte et attaquer par voie maritime -, il envoie son épouse Aspasie recueillir l'avis des dieux. Mais la mission secrète est surprise par des opposants, en cheville avec l'ennemi. Alors qu'il partait s'engager dans la flotte alliée d'Athènes sur l'île de Corcyre, Orion rencontre Panaïotis, un adolescent qui lui parle du Nécromantion, un lieu sacré où il est possible d'entrer en contact avec les morts. Ils décident d'y aller ensemble, mais ignorent qu'ils vont se retrouver au cœur d'un complot où se joue le sort d'Athènes... Intrigue à suspense autant que jeu de piste à énigmes, cet épisode ancré dans la réalité historique et la mythologie grecque permet aussi de suivre le parcours initiatique du nouveau compagnon d'Orion. Marc Jailloux a su trouver une suite astucieuse aux aventures de ce héros qu'il met en images dans un style fidèle à Jacques Martin. Avec des planches aux détails soignés, il rend hommage à son auteur fétiche, tout en modernisant la narration et la mise en couleurs.

Marc Jailloux, dans la continuité de Jacques Martin

Orion_plancheNé en 1973 près de Bordeaux, Marc Jailloux s'éveille à la bande dessinée en découvrant les classiques franco-belges. Grâce à son club de dessin de Cestas, il rencontre, au festival d'Angoulême, Jacques Martin qui lui dédicace Le Dernier Spartiate en 1987. Après un baccalauréat en arts plastiques, il intègre l'École du Louvre à Paris en 1991. Il se spécialise à l'École des Gobelins en story-board. Il débute professionnellement en 1994 dans le dessin animé avant d'être embauché chez l'un des principaux éditeurs de jeux vidéo. Pour autant, l'envie de faire de la BD reste intacte. Il publie deux albums dans une veine fantastique, Le Château de Monsieur Sangsue chez Pointe noire en 2002, puis Necrolympia sur un scénario de Stéphane Beauverger chez Panini en 2005. Mais le vrai déclic intervient lors d'une nouvelle rencontre avec Jacques Martin à Paris en avril 2005 et la découverte de ses planches originales dans le cadre d'une vente aux enchères. Voilà ce qu'il veut faire !

Marc Jailloux saisit alors l'opportunité d'intégrer l'atelier de Gilles Chaillet. L'ancien collaborateur de Jacques Martin le prend comme assistant pour le tome 4 de La Dernière Prophétie, puis le diptyque Vinci. Parallèlement, Marc Jailloux, féru de Grèce antique autant qu'« enfant d'Alix », se lance dans l'écriture d'une nouvelle aventure d'Orion. En 2008, il présente son projet, accueilli avec enthousiasme par le comité éditorial. Le maître lui-même encourage le jeune auteur. Plus de vingt ans après sa naissance, Orion revient avec un quatrième épisode en janvier 2011.

Orion : Les oracles, de Marc Jailloux, d'après Jacques Martin. Casterman, janvier 2011.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire