Rechercher dans le site
Catégories
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil BD Histoire Pour un peu de bonheur - BD

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Pour un peu de bonheur - BD

yvpxX_POUR_UN_PEU_DE_BONHEUR_T1Ces derniers temps la bande dessinée a pris pour habitude de traiter de la Grande Guerre et des blessés de guerres, avec des titres comme « Vies tranchées » ou « L’ambulance 13 ». Cette dernière parution nous invite sur fond d’enquête policière à suivre le retour à la vie civile d’une de ces gueules cassées qui doit faire face au regard des autres, aux souffrances du corps et de l’âme, mais aussi aux difficultés à retrouver sa place au sein même de sa famille après plusieurs années d’absence. Une interprétation profonde et émouvante sur la souffrance humaine dont les séquelles physique ne sont souvent que la partie immergée de l’iceberg.

coup-de-coeur

 

Synopsis

Durant la guerre de 14, sept amis d’un petit village des Pyrénées sont appelés sur le front pour repousser l’envahisseur allemand. Six ans plus tard, en 1919, seul Félix Castelan est de retour, la face à moitié cachée par un masque pour dissimuler son visage meurtri. A son retour il retrouve des voisins partagés entre la compassion et l’indifférence, le dégout du mutilé et le respect du poilu. Difficile également de réintégrer cet environnement villageois qui est resté loin du conflit quand on a connu la promiscuité, la cohésion et les abominations des tranchées. Plus difficile encore est le retour au sein du foyer, entre un fils apeuré qui a peu connu son père et une femme adultère rongée par le remord et gênée par le nouveau visage de son époux. Après avoir plus ou moins accepté son nouveau statut de mutilé Félix cherche à se réintégrer socialement, pardonnant les comportements maladroits et offensants de ceux qui l’entourent, n’en tenant pas rigueur des erreurs des autres et faisant lui-même son possible pour retisser le lien social et affectif, en particulier avec sa femme et son fils.

Dans un même temps dans le petit village un tireur isolé abat régulièrement des animaux domestiques et du bétail. Exaspérées, les autorités ont fait appel à un inspecteur parisien, Henri Nivoix, qui a lui perdu un bras dans les tranchées. Tout en menant son enquête Henri Novoix voit, sûrement mieux que n’importe qui, la douleur intrinsèque qui habite Félix et qui le ronge.

pour_un_peu_de_bonheur_1
Cahier documentaire

La bande dessinée est accompagnée par un cahier documentaire de huit pages réalisé par le capitaine Xavier Tabbagh, conservateur du musée du Service de santé des armées. Ce cahier traite des gueules cassées et de la chirurgie maxillo-faciale pendant la Grande Guerre avec des textes simples et accessibles et de nombreuses illustrations issues de la BD, du musée ou des photos d’archives (dans le mesure de ce qu’il est possible de montrer pour une BD tout public). Ce cahier documentaire, qui rappel celui qui avait été réalisé pour « L’ambulance 13 » est un formidable outil pour permettre au lecteur de faire la transition entre la bande dessinée, romancée par nature, et l’aspect réellement historique de la gestion des blessés au visage, de leur prise en charge médicale (et des progrès fulgurant de la chirurgie en ce domaine pendant la guerre) et dans une certaine mesure de leurs difficultés à retrouver une place dans la société d’après guerre. On y évoque également l’organisation associative des gueules cassées autour du colonel Yves Picot (d’où l’origine du Loto…). Tout pousse à réfléchir sur le rôle social de ce type de chirurgie, qui n’est pas qu’une réparation des chairs mais aussi une reconstruction identitaire, même partielle.

Par cet outil de transition qu’est le cahier documentaire le lecteur passe ainsi facilement de la fiction à la réalité historique, avec la possibilité de poursuivre ses recherches via les quelques pistes bibliographiques citées.

Notre avis

Les éditions Grand Angle nous avaient déjà habitué à de la BD de qualité sur la Grande Guerre avec « L’Ambulance 13 ». Le scénariste, Galandon, nous avait déjà agréablement surpris dans « Les innocents coupables ». C’est donc confiant que nous ouvrions « Pour un peu de bonheur » et c’est satisfait, et touché à la fois, que nous le refermions.

Le scénario est fort, bien mené, touchant. Il peut se lire, et doit se lire, à plusieurs niveaux : en regardant le cas concret du retour des gueules cassées, mais aussi en réfléchissant plus largement sur le regard porté au handicap et sur l’acception tant par l’environnement proche que par l’intéressé lui-même de ce handicap.

Dans le premier tome, si l’enquête policière est la trame de l’histoire, le fond n’en reste pas moins cette intériorisation du handicap, cette quête de l’acceptation par Félix et son entourage. C’est également un formidable objet de réflexion sur le malheur, la désillusion, la tolérance, l’acceptation, la persévérance et l’amour sous ses diverses formes.
pour_un_peu_de_bonheur_2.jpeg

Le dessin et la mise en couleur par Dan complètent magistralement le scénario de Galandon, réalisant une symbiose immersive pour le lecteur. Le dessin est détaillé, réaliste, tant dans le décors que dans les personnages, et plus particulièrement au niveau des visages. Car c’est bien sur les visages que l’on lit la curiosité, la peur, la tristesse, le tourment… Et Dan sait à merveille rendre les expressions de ses personnages, tant est si bien que dans de nombreuses vignettes les attitudes parlent d’elles-même.

« Pour un peu de bonheur » est donc une excellente bande dessinée qui touchera chacun d’entre nous. Il ne s’agit pas d’une histoire militaire, ni même d’un simple tableau historique, mais bien d’une histoire profondément intemporelle sur la souffrance humaine et les forces qui poussent à persévérer.

Pour finir nous continueront à saluer l’initiative du cahier documentaire réalisé avec le concours du musée du Service de santé aux armées. C’est une chose remarquable que de prendre ainsi la peine d’informer le lecteur et de le rediriger vers la part historique de la BD. Cette porte ouverte sur le réel est d’ailleurs à notre avis ce qui caractérise le plus la BD à proprement parler historique. On regrettera juste que ce cahier ne soit réservé qu’à la première édition, il serait bon de ne pas en priver les lecteurs futurs.

 

Scénario : Galandon

Dessin & Couleurs : A. Dan

Editions : Grand Angle

- Félix (mars 2012)

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire