Rechercher dans le site
Catégories
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil BD Histoire Josse Beauregard – BD

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Josse Beauregard – BD

Josse_BeauregardThomas Mosdi nous invite à suivre les aventures de Josse Beauregard, l’odyssée d’un officier de la marine napoléonienne capturé par l’ennemi juré de la France : l’Angleterre. De la semi-liberté des cautionnements aux ignobles prisons et jusqu’aux funestes pontons le système carcéral britannique va chercher à broyer cet homme fier et frondeur, têtu et charmeur, qui ne compte rien lâcher et se flatte de ne jamais faire de compromis. Un dessin et une mise en couleur convaincante au service d’un scénario entrainant !

 

De Charybde en Scylla

 

Ce premier tome des aventures de Josse Beauregard nous plonge au début du XIXe siècle, non pas au cœur des grandes batailles du Premier Empire, mais au fond des prisons anglaises où s’est retrouvé le personnage principal. L’histoire commence en effet par cet officier de marine, Josse Beauregard, agenouillé sur un ponton anglais et prêt à être exécuté. Vivant ses derniers instants sur cette prison flottante qui fait horreur à tout esprit muni d’un brin d’humanité, Josse se remémore les péripéties qui l’ont menées à cette funeste destination. Capturé en 1806 par la Royal Navy lors d’une expédition vers les Indes, Josse se retrouve rapidement prisonnier de guerre en Angleterre. Quoi qu’on en dise, cette première partie de la captivité s’avère plutôt conciliante. Bénéficiant d’une semi-liberté les officiers de marine gaspillent joyeusement leur temps dans leur cautionnement de Thames. Logés chez l’habitant, ils profitent de cette période de repos imposé, occasion s’il en est de profiter des avances de jeunes Anglaises à la jambe légère… Mais c’est également l’occasion de tensions avec une partie des locaux, qu’ils soient ouvriers des manufactures ou membres de la gentry. Et le coureur de jupons qu’est Josse, fier et têtu, a tout pour se faire rapidement une petite liste d’ennemis devant qui il n’accepte pas de baisser l’échine. De bastonnades et recours en justice, Josse se rend rapidement compte de l’injustice anglaise et son entêtement entraine une rapide dégradation de ses conditions de détention. Celui qui courait les rues se retrouve enfermé dans une des plus lugubres prisons anglaises, où le climat est aussi inhospitalier que le gouverneur.
Josse_3

Notre avis

La première chose qui choque dans ce tome est le décalage entre la couverture et l’histoire racontée. La couverture nous montre un marin chemise ouverte, pistolet à la main, les cheveux dans le vent, accroché à une échelle de corde et surplombant une scène d’abordage. On croirait un super héros, libre s’il en est. Or l’histoire de Josse Beauregard, dans ce premier tome, semble tout à fait l’inverse. Alors certes on a un marin qui joue de ses attraits, mais on a surtout l’histoire d’un prisonnier de guerre en Angleterre qui au final ne met le pied sur un bateau que dans les premières planches introductives. Le dessin change également entre cette couverture à la Marvel (on exagère un peu…) et les traits de Josse Beauregard beaucoup plus réalistes dès la première page (bravo à Majo). Décalage donc, entre la couverture et l’histoire, mais au bénéfice de l’histoire : il valait mieux que ce soit en ce sens !

Ainsi après la bande dessinée « Ils étaient Dix », où nous suivions des soldats de Napoléon prisonniers des Russes, cette nouvelle série nous invite à découvrir les prisons anglaises. À première vue, au pays de la monarchie parlementaire et des tasses de thé on aurait pu s’attendre à des conditions de détentions plutôt souples, en tout cas plus « civilisées » que celles de son allié russe. Faux espoirs… Les prisonniers de l’Empire français furent ignoblement traités par la « Perfide Albion », ce que ne manquèrent pas de rapporter les divers mémorialistes de l’époque. À ce propos Elzéar Blaze racontait qu’en Angleterre les prisonniers eurent à souffrir « des rigueurs du gouvernement, mais les particuliers eux-mêmes les traitaient en ennemis ; la haine de nation à nation était devenue une haine d’homme à homme ». Les pontons furent certainement la clef de voûte de la barbarie du système carcéral anglais avec des prisons faites de navires réformés où les prisonniers étaient entassés dans les cales, incapables de se mettre debout, dans des conditions d’hygiène déplorables qui assuraient une mortalité importante.

josse4

L’histoire racontée dans ce premier tome a clairement deux phases distinctes, l’une plus lumineuse et joyeuse pendant que Josse n’est mêlé qu’à des querelles de cautionnement. Beaucoup plus sombre et pesante quand il se retrouve dans la prison de Dartmoor. Sur ce point, notons que la mise en couleur suit parfaitement ce changement d’ambiance dans l’histoire et qu’Aurore Folny réussit avec brio à nous faire passer d’un environnement quasi chaleureux (fait d’amitiés et d’amourettes) , à un paysage froid et sombre où l’humidité du fog semble se dégager à chaque page…

josse5

Au niveau de l’uniformologie et de l’équipement on note quelques erreurs, notamment l’uniforme de Josse qui ne semble par correspondre à celui d’un officier de la marine impériale (la fleur de lys sur le col est d’autant plus malvenue). Au niveau des détails historiques il semble aussi que les mâts soient de trop sur les pontons, ces derniers n’en possédant généralement pas. Toutefois, au niveau des décors, intérieurs comme extérieurs, et de la reconstitution de l’univers civil britannique la qualité du dessin et les détails permettent une totale immersion !

Enfin, et comme nous le demandons à tous les éditeurs (et certains le font à présent systématiquement), un petit dossier historique sur le traitement des prisonniers de guerre par l’Angleterre aurait été parfait pour faire le lien entre la fiction et l’Histoire.

Josse_2
Au final donc, malgré quelques réserves à émettre sur l’uniformologie, les aventures de Josse Beauregard se révèlent passionnantes, bien plus encore que ne le laissait entendre la couverture ! Une aventure pleine de rebondissements, des personnages au caractère marqué, un dessin et une mise en couleur des plus convaincants et un scénario original, loin des sentiers battus du Premier Empire, et qui mêle à ce contexte fort une ambiance proche de celle de « Colditz » et des autres récits d’évasion. Une bonne BD, à offrir ou à s’offrir à l’approche des fêtes de fin d’année.

 

- De Charybde en Scylla

 

Scénario : Thomas Mosdi

Dessin : Majo

Couleurs : Aurore Folny

Editions : Glénat

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire