Rechercher dans le site
Catégories
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil BD Histoire Saga L’Envolée Sauvage : Le Lapin d’Alice - BD

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Saga L’Envolée Sauvage : Le Lapin d’Alice - BD

Le_lapin_dAliceAvec « Le Lapin d’Alice », Galandon et Hamo entament le second cycle de la série « L’Envolée Sauvage » consacrée aux destins de jeunes enfants juifs durant la Seconde Guerre mondiale. Ce troisième opus nous invite à suivre Ada et Lucja, deux jeunes sœurs séparées de leurs parents après la rafle du Vel d’hiv’ en juillet 1942.


 

Dans cette vie clandestine où elles ne sont jamais en sécurité, les fillettes continuent à se créer un monde où se côtoient la réalité tangible et leur imagination féconde imprégnée de contes pour enfants. C’est cette façon atypique d’aborder ces heures sombres qui rend ce scénario si original et si poignant.

Synopsis

En 1942, Ada et Lucja, deux jeunes sœurs de confession juive, se retrouvent raflées avec leur famille par les policiers et miliciens français. Parquées dans le vélodrome d’hiver (le Vel d'hiv'), elles ne doivent leur évasion qu’à l’intervention de leur tante, impliquée dans les réseaux de résistance. La séparation d’avec leurs parents est en soi un événement traumatisant auquel s’ajoute le chamboulement complet que leur imposent leurs sauveurs pour échapper à l’implacable chasse aux Juifs lancée par l’occupant allemand, avec le soutien d’une partie de la population. Les deux jeunes enfants doivent se reconstruire une identité, ne garder aucun signe extérieur de leur confession, prendre des noms chrétiens, apprendre les bases des rites catholiques, se créer une nouvelle identité et se faire oublier dans une famille d’accueil à la campagne. C’est beaucoup, surtout pour la plus jeune Lucja (renommée Alice) qui n’a que cinq ans. La fillette, toujours accompagnée de sa peluche « Monsieur Lapin », ne saisit qu’une partie de la réalité du monde qui l’entoure, dans un mélange de perspicacité mâture, d’immersion et d’auto-identification totale dans le monde des contes pour enfants. De qui faut-il avoir le plus peur : des soldats allemands ou de la vieille rebouteuse qui les héberge et qui a tous les airs d’une sorcière ne cherchant qu’à les engraisser pour les manger ? Le
envole_sauvage2b
danger ne vient pas forcément d’où on le croit, et tandis que les nouvelles venues s’intègrent à la vie du village, dans une ambiance qui n’est pas sans rappeler celle de « La guerre des boutons », collaborateurs et résistants se mènent une guerre secrète dont dépendra leur sort…

Notre avis

Les scénarios de Galandon deviennent un gage de qualité dans le milieu de la BD (voir : Les Innocents coupables, Pour un peu de bonheur, La lignée…), et l’Envolée Sauvage vient confirmer cet état de fait. Le thème de la rafle du Vel d'hiv' et de la traque des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale n’a certes rien d’original en soi. En effet c’est une thématique largement exploitée ces dernières années, notamment dans le cinéma avec par exemple « La Rafle » de Roselyne Bosch. Toutefois, Galandon parvient à innover en présentant la situation à travers le prisme de ces gamines, à travers leur regard insouciant, inconscient, mélangeant en permanence le monde réel et le monde du conte. En découle une situation tragi-comique où le comportement des enfants amuse autant qu’il inquiète. Notons également que le dessin et la mise en couleur de Hamo soutiennent pleinement cette ambiance avec un style en parfaite osmose avec la façon d’aborder le sujet (le style puise dans un univers enfantin où il ne faut rechercher les minutieux détails, dans l’armement notamment). Il en ressort une bande dessinée entrainante, forte en émotions, jouant énormément sur la corde de l’affectif en rendant très rapidement les deux héroïnes très attachantes. Le cœur du lecteur ne peut que vibrer à leur fuite éperdue, à l’épée de Damoclès qui pèse sans cesse sur elles…

 

D’un point de vue historique on pourrait regretter l’absence de dossier en fin de BD, comme le font souvent les éditions Grand Angle. En effet, il aurait été possible d’évoquer la rafle du Vel d'hiv', les réseaux mis en place clandestinement pour cacher les Juifs, ou encore plus généralement l’origine de l’antisémitisme du XXème siècle. Toutefois, la BD parle d’elle-même sur le contexte historique avec des détails bien exploités comme les sorties cinéma de l’époque (« La fille du puisatier », un des rares films tournés pendant l’invasion allemande de 1940).envole_sauvageb

Pour conclure, l’Envolée Sauvage est une BD haletante, originale par sa façon d’aborder un sujet que l’on croit bien connaitre, une BD qui ne peut pas vous laisser indifférent…

 

« L’Envolée Sauvage »

- La Dame blanche

- Les Autours des palombes

- Le Lapin d’Alice

Scénario : Laurent Galandon

Dessin & Couleurs : Hamo

Editions : Grand Angle

 

Voir aussi la bande annonce de cette BD

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire