Rechercher dans le site
Catégories
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil BD Histoire Lady Spitfire : Der Henker – BD

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Lady Spitfire : Der Henker – BD

Lady_spitfire1940 : en pleine Bataille d’Angleterre, Laure, seule femme pilote de l’escadron 1B et la Royal Air Force en général, va devoir affronter un impitoyable As de la Luftwaffe allemande : « Der Henker » (« Le Bourreau »). Cet impitoyable chasseur, pilotant un prototype de Messerschmitt repeint en rouge, abat un à un les meilleurs pilotes de la RAF. Face à cette hécatombe, l’état major britannique envisage un plan de redéploiement des pilotes qui condamnera le 1B. Pour Laure et son unité, il n’y a plus qu’une solution : abattre ce prédateur des airs ! Une bande dessinée riche en action qui saura tenir le lecteur en haleine !

 

Synopsis

Août 1940, la France est occupée et dans le ciel la Bataille d’Angleterre. Forte de sa supériorité numérique, la Luftwaffe allemande déploie ses formations de bombardiers, escortés de chasseurs, pour écraser les défenses britanniques avant l’invasion. Face aux forces aériennes de l’Axe, la Royal Air Force se dresse comme le dernier rempart ! Disposant d’effectifs moindres, la RAF joue sur l’excellence de ses avions, un système de détection radar performant, et l’expérience de ses pilotes. Mais un as allemand vient faire régner la terreur dans le ciel. Celui que l’on surnomme « Der Henker » (« Le Bourreau ») est le fils d’un industriel allemand, volant sur un prototype de Messerschmitt dont il a fait peindre le nez en rouge, ce qui n’est pas sans rappeler l’As allemand de la Première Guerre mondiale Manfred von Richthofen, alias « Le Baron rouge ». Ce pilote de Messerschmitt s’est lancé dans une grande chasse aux meilleurs pilotes de la RAF, il en abat une dizaine en quelques jours et s’attaque tout particulièrement aux squadron leader. Ne se contentant pas d’abattre les appareils, Der Henker prend à chaque fois le temps de finir le sale boulot, assassinant les pilotes à terre ou en parachute. La RAF doit agir vite pour réorganiser ses escadrons ainsi décapités : si l’As allemand n’est pas abattu, l’escadron 1B, composé de nombreux vétérans, sera dispersé dans un autre escadron dans le cadre d’un vaste programme de redéploiement des pilotes.

Lady3.jpeg

Au sein de l’escadron 1B se trouve un pilote atypique : Laure Chevalier, alias Charlie. Fille d’un As de la Première Guerre mondiale, la jeune femme quelque peu casse-cou a quitté la France pour rejoindre l’Angleterre et prendre part à la lutte aérienne. Le chef d’escadron Julian Hunt, quelque peu excentrique, va accepter de l’intégrer à son unité, faisant d’elle la première femme à piloter un Spitfire dans la RAF ! Mais aujourd’hui Hunt est mort sous les balles du diable rouge et le 1B n’a plus que deux options : soit il parvient à abattre l’As allemand, soit c’est l’existence même de l’escadron qui est remis en cause par le plan de redéploiement des pilotes.

Notre avis

Nous n’avons pas là spécifiquement affaire à une BD d’Histoire, le but n’est pas du tout de raconter l’histoire de la Bataille d’Angleterre de 1940 / 1941. La bataille n’est que le contexte d’une fiction, opposant des personnages totalement fictifs, que ce soit Lady Spitfire ou Der Henker. Le cadre historique est cependant très bien représenté, notamment dans les appareils dessinés par Maza. Les fans d’aviation retrouveront avec plaisir Spitfire, Hurricane, Messerschmitt, Stukas, Heinkel 111, Bloch MB-210 français récupéré par l’occupant… Le matériel est là, le contexte historique aussi, il n’avait plus qu’à broder un scénario convaincant autour, tâche qui revenait à Sébastier Latour.

Côté scénario, l’As ennemi qui décime les rangs alliés et qu’il faut rapidement abattre et un grand classique des fictions sur la guerre aérienne. Le chasseur implacable qui n’hésite pas à faire peindre son appareil en rouge ne surprend pas non plus outre mesure tant la légende du Baron rouge est vive. Le sadisme de Der Henker quant à lui n’est pas sans rappeler le scénario de « Fly Boy ». Toutefois, « Lady Spitfire » se démarque largement de ces références en donnant le premier rôle à une femme. C’est bien entendu la grande particularité de la série, la figure féminine n’est pas cantonnée aux pinups des carlingues et aux conquêtes des aviateurs, pour une fois une lady monte dans le cockpit ce qui ne déplaira pas au public masculin et élargira peut-être le public féminin.

Lady4.jpeg

Une base scénaristique originale donc, qui s’appuie ensuite sur un rythme assez soutenu. En effet, les aventures de « Lady Spitfire » sont tout sauf monotones ! D'abord, pris au dépourvu par l’aviation allemande tant que la station radar est hors service, puis cherchant par tous les moyens à attirer et à coincer Der Henker, l’escadron 1B est toujours sur la brèche ! En dehors de quelques pauses bien exploitées pour étoffer la personnalité des personnages et déclamer un peu de Shakespeare, l’histoire est riche en batailles aériennes ! Le lecteur se retrouve donc souvent dans les nuages avec un vrombissement de moteur pour toile de fond et les ordres du squadron leader dans les oreilles. D’attaques de bombardiers en duels avec les chasseurs, jamais on ne s’ennuie, on retient son souffle dès que les appareils se frôlent ou que l’ennemi apparait dans le viseur. Ce dynamisme est accentué par le dessin de Maza et la mise en couleur de Pierre Schelle, on remarque que régulièrement la vue est axée sur l’appareil avec un arrière plan fondu qui rend très bien l’effet de vitesse. C’est d’ailleurs la grande force de cette BD, d’arriver à imposer un rythme soutenu tant par le scénario que par le dessin. Le lecteur est pris dans le feu de l’action, comme dans une mission de la RAF il n’est pas question pour lui de faire une pause en route et il ne se repose qu’après la cinquante-sixième et dernière page ! Pour conclure, nous sommes en présence d’une BD haletante que les amateurs d’aviation et/ou de la Seconde Guerre mondiale ne manqueront pas de se procurer. On note également que si l’histoire est bien la suite du tome « La fille de l’air », le scénario de « Der Henker » forme une histoire complète à lui seul et peut parfaitement se lire individuellement.

 

Lady

« Lady Spitfire »

- La fille de l’air

- Der Henker

 

Scénario : Sébastien Latour

Dessin : Maza

Couleur : Pierre Schelle

Illustration de couverture : Manchu

Éditions : Delcourt

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire