Rechercher dans le site
Catégories
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil BD Histoire Le Pilote à l’Edelweiss : « Sidonie » - BD

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Le Pilote à l’Edelweiss : « Sidonie » - BD

pilote_dAprès Valentine, c’est Sidonie qui va nous en apprendre un peu plus sur les frères Castillac… Pilote au sein de la mythique escadrille des cigognes Henri se retrouve confronté au redoutable pilote à l’Edelweiss qui le provoque en duel au-dessus du bois aux Vierges. Le temps s’écoule jusqu’au jour du rendez-vous comme un étau qui se resserre inexorablement sur le pilote qui se résigne à demander à son frère de régler cette difficile affaire à sa place. Entre un scénario passionnant et un graphisme d’exception, « Le Pilote à l’Edelweiss » s’impose comme une référence !coup-de-coeur

 

Synopsis

Dans le premier tome nous découvrions les deux frères jumeaux Henri et Alphonse Castillac, tout deux engagés dans cette nouvelle arme déployée durant la Grande Guerre : l’aviation ! Henri est un bon pilote, vantard, fêtard, grand trousseur de jupons qui passe ses permissions avec ses camarades entre le champagne et les filles faciles, entre les Folies Bergères et les autres cabarets de la capitale. Alphonse est lui un homme plus introverti, plus stable et fidèle, excellent pilote, mais radié de l’aviation (pour des raisons que nous découvrons dans ce second tome) il sert à présent dans l’autre nouvelle arme de cette guerre : les chars.

Tandis qu’Alphonse sert dans un St-Chamond dans la boue des tranchées, Henri écume le ciel avec son Spad tricolore et croise le chemin d’un as allemand ayant peint une fleur blanche, une Edelweiss, sur son Fokker. Lors de leur dernière rencontre Henri n’a dû sa survie qu’à sa folle audace, mais l’as allemand fait leur affrontement une affaire d’honneur : il invite Henri à un duel
PILOTE_A
aérien. Cette fois Henri ne pourra espérer s’échapper, il sera seul face à cet as. Plus la date fatidique approche et plus la pression monte, Henri se renferme comme s’il avait la conviction de ne pas être à la hauteur. C’est alors qu’il fait le choix de demander à son frère de le remplacer dans ce périlleux duel au nom d’une dette qu’il avait envers lui. Après avoir échangé leurs uniformes, Henri va potasser les manuels sur les chars pour prendre la place d’Alphonse tandis que ce dernier va régler sa dette aux commandes d’un tout nouveau Spad-canon.

Notre avis

« Le pilote à l’Edelweiss » est à n’en pas douter LA bande dessinée de référence sur l’aviation durant la Première Guerre mondiale, mais aussi une des meilleures sur ce conflit en général.

D’un point de vue scénaristique, Yann nous invite à suivre l’histoire des deux frères au sein de l’escadrille des cigognes. C’est déjà en soi un choix judicieux, car la mythique escadrille française n’avait guère fait l’objet d’une fiction, contrairement à l’escadrille Lafayette des Américains ou au cirque volant de Richthofen pour les Allemands (avec des adaptations au cinéma, mais aussi des BD). De plus, la fiction s’intègre parfaitement à l’Histoire et l’on retrouve sans soucis que ce soit avec certains pilotes des Cigognes comme le Japonais Kiyotaké Shigeno, mais aussi et surtout par l’exactitude au niveau des décors et du matériel.

De ce point de vue les dessins et la mise en couleur de Romain Hugault sont tout bonnement exceptionnels ! Il avait déjà fait ses preuves avec la série « Le Grand Duc » sur la Seconde Guerre mondiale, et nous restons dans l’excellence et le souci du détail : tranchées, équipement et armement des Poilus (au passage c’est une des rares BD a montrer plusieurs types de baïonnettes Rosalie, avec ou sans quillon) ou du fantassin allemand, foyer des aviateurs avec le gramophone et les divers trophées, la place de l’Étoile ou les usines de fabrication d’avions : tout semble authentique, tout regorge de détails !

PILOTE_C

On se complaît à admirer quelques scènes originales comme un soldat français faisant de l’artisanat de tranchées, quelques détails comme l’Arc de Triomphe en partie protégé pour éviter les dégradations lors des bombardements allemands, ou quelques effets particulièrement réussis comme les gouttes d’eau sur les pare-brises. Le plus impressionnant est bien entendu la modélisation des avions avec une diversité d’appareils (Spad XII, Spad-canon, Fokker dr.1, bombardiers Gotha…), mais surtout un grand niveau de détail jusque dans le cockpit et le reflet du rétroviseur. On remarque une grande maitrise des effets d’ombre et de lumière, de reflet et de brillance qui rendent particulièrement l’effet du soleil sur les lunettes d’un pilote, la douille d’un obus ou plus généralement toute partie métallique d’un appareil.

Extrêmement réalistes et détaillées les planches de Romain Hugault sont vous l’aurez compris bluffantes et parmi les plus belles (les plus belles ?) de la bande dessinée historique. On y voit l’alliance rare d’un talent artistique certain et d’une parfaite connaissance documentaire du sujet abordé. Qui plus est, ce dessinateur lui-même pilote nous offre systématiquement quelques demoiselles bien pourvues pour le plus grand plaisir des yeux de ses lecteurs… Il est vrai qu’il a déjà à son actif plusieurs ouvrages consacrés aux pinups, il aurait été dommage de ne pas utiliser ce savoir-faire dans « Le pilote à l’Edelweiss » …

PILOTE_BNous arrêterons ici les éloges sur l’aspect graphique pour rappeler en conclusion que tout ce décorum ne prend vie que grâce à un scénario dynamique mêlant à la fois la proximité immédiate de la mort de cette période sanglante, le panache de l’action propre aux combats aériens, et la passion de l’amour notamment avec le personnage de Valentine, la fiancée d’Alphonse. À notre goût il ne manquerait qu’un dossier documentaire consacré à quelques appareils ou l’escadrille des cigognes pour que cette BD atteigne la perfection en offrant une passerelle directe entre la fiction et l’Histoire. Il n’empêche qu’une fois encore la collection Cockpit place la barre très haute !

 

 

Le Pilote à l’Edelweiss

- Valentine (et en version luxe)

- Sidonie (et en version luxe)

Scénario : Yann

Dessin & Couleurs : Romain Hugault

Editions : Paquet

 

La bande-annonce de la BD :

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire