Rechercher dans le site
Catégories
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil BD Histoire Napoléon Bonaparte. T.2 - BD

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Napoléon Bonaparte. T.2 - BD

Napo_5Après trois longues années d’attente, le second tome de la biographie de Napoléon en bande dessinée vient de sortir ! Nous retrouvons Napoléon le 1er mars 1794, juste après sa victoire de Toulon, et nous le suivons à Paris, en Italie et en Égypte jusqu’à son départ d’Orient le 23 août 1799. Un tome dense qui devrait s’adresser en premier lieu à nos collégiens et lycéens bassement sous-éduqués en histoire napoléonienne.

 

Napoléon, le retour

En mai 2010 nous vous présentions le premier tome d’une biographie en BD de Napoléon Bonaparte, chez Casterman, dans la collection « Jacques Martin présente ». L’auteur Jacques Martin, connu entre autres pour sa BD « Alix », était décédé cette même année… Toutefois, son nom reste associé à ce second tome qui vient de paraitre, mais de facto est plus l’œuvre de Jean Torton et de Pascal Davoz.

Dans ce second tome, nous retrouvons Napoleone Di Buonaparte après son brillant succès à Toulon contre les forces anglaises. Nous le suivons lors de la répression qu’il organise contre les émeutes royalistes parisiennes (qui lui valent le nom de général Vendémiaire) lors de laquelle il fait connaissance avec son futur beau-frère Joachim Murat, puis nous le voyons faire la connaissance de Joséphine de Beauharnais , partir pour la campagne d’Italie, revenir en général victorieux avant de partir dans l’aventure exotique que fut l’expédition d’Égypte, de la prise d’Alexandrie jusqu’à son retour en France pour porter secours à la République menacée.

Napo_1

Notre avis

Après trois ans d’attente, nous retrouvons finalement un second tome de facture plutôt similaire au premier, avec les mêmes qualités, mais aussi peut-être les mêmes défauts. Commençons par les choses qui fâchent, afin de finir sur ce qui fait la qualité de cette BD. Ce qui choque au premier abord c’est la couverture… En premier plan se trouve un soldat français au pied des pyramides avec sur les épaules une capote… Plutôt frileux le biffin… Mais soit, passons. Plus dommageable est le sabre-briquet mis en évidence sur ce soldat, il s’agit d’un sabre-briquet An XI, typique du Premier Empire, mais qui n’existait pas encore lors des campagnes d’Italie et d’Égypte traitées dans ce tome. Il aurait fallu le représenter avec un sabre-briquet modèle 1767 dont la poignée laiton est bien différente. Un simple détail ? Peut-être, néanmoins les spécialistes de la période le noteront, d’autant plus que l’éditeur vante « le souci d’exactitude documentaire » de la série. Cette erreur se retrouve également dans la BD, mais généralement le niveau de détail n’est pas suffisant pour s’attarder sur les éléments d’équipement et d’armement. Cela ne veut pas pour autant dire qu’il n’y a pas de bonne recherche documentaire ! Car en dehors de cette histoire de sabre d’infanterie l’ambiance générale est tout de même à l’extatique historique ! On note toujours, comme dans le premier opus, des incrustations numériques finement détaillées de tableaux ou d’éléments de décors (Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen…) qui certes favorisent l’embellissement des vignettes, mais qui hélas soulignent également le manque de détails du dessin par effet de contraste.

Côté fond, Casterman nous prépare à l’excellence en nous annonçant « ni « on dit », ni rumeurs, ni contre vérités : enfin un authentique Napoleone Di Buonaparte » : la réalité est un peu plus complexe. On ne note pas en effet de réelles contre-vérités dans cette biographie de Napoléon, et c’est déjà une très bonne chose. Toutefois, quelques éléments peuvent être remis en cause. Par exemple si Napoléon a bien un temps eu les cheveux (mal) poudrés, le résultat ne devait guère ressembler à la coupe très élaborée et aristocratique qui lui est donnée ici. Plus généralement, la critique de fond qui pourrait être apporté à cette BD porte sur les impératifs de synthétisation engendrés par le choix de la fourchette chronologique qui aboutit à faire entrer deux campagnes militaires majeures en 48 pages. Du coup, on regrette surtout des non dits, des bulles parfois artificielles et une trame peut être trop napoléocentrée. En effet, il y a des oublis qui peuvent avoir leur importance dans la vie de Napoléon : politiquement c’est par exemple l’envoi d’Augereau à Paris pour le coup d’État de Fructidor ; sentimentalement c’est l’adultère de Joséphine pendant la campagne d’Italie (le lieutenant Charles et juste évoqué et il est impossible de l’identifier comme l’amant de Joséphine à la seule lecture de la BD) et le clash au retour de campagne de Napoléon qui aurait pu aboutir au divorce si la créole n’avait pas su se montrer persuasive. Notons également que ces « oublis » ne sont pas condamnables comme des prises de position, en faveur de la légende dorée de Napoléon par exemple, en effet les éléments polémiques (comme les massacres de Jaffa) sont parfaitement traités. Les bulles un peu artificielles ne sont pas une particularité à cette BD, c’est un problème récurent à la BD en général et la BD historique en particulier, cela aboutit néanmoins à voir Bonaparte résumer rapidement aux autorités égyptiennes ce qu’il faut retenir de l’expédition d’Égypte de façon un peu scolaire : « mes soldats feront des adductions d’eau, des fours à pain, des hôpitaux, des imprimeries… Nos savants feront des fouilles archéologiques… ». Le côté très napoléocentré se justifie me direz-vous, puisqu’il s’agit d’une biographie ! Toutefois, une petite place à d’autres grandes figures qu’il satellisait aurait sûrement participé à une meilleure reconstitution du contexte : par exemple, en ce qui concerne la campagne d’Égypte pensons à Desaix (dont les opérations en Haute Égypte sont passées sous silence) et à quelques savants comme Vivant Denon ou Comté. Mais la densité d’événements à faire entrer dans un format somme toute réduit ne permet pas d’entrer dans le détail.

Napo_2

 

Par contre, si on considère que ce découpage insérant les campagnes d’Italie et d’Égypte dans un même tome était obligatoire, alors on peut dire qu’on aboutit à une synthétisation honnête reprenant quand même les éléments les plus marquants de cette période de la vie de Napoléon : Vendémiaire, la rencontre de Joséphine, la prise de commandement à l’armée d’Italie, les victoires sur les Sardes et les Autrichiens (Montenotte, Millésimo, Dego, Mondovi, Lodi, Arcole, Rivoli…), la négociation de la paix de Leoben, la préparation de la campagne d’Égypte, la prise de l’ile de Malte, d’Alexandrie, la bataille de Chebreiss et celle des Pyramides, la prise du Caire, la défaite navale d’Aboukir, la révolte de la capitale, la campagne en Syrie, la prise de Jaffa et les massacres qui s’en suivirent, la visite aux pestiférés, l’échec devant Saint-Jean-D’acre, l’entrée du mamelouk Roustam Raza au service de Bonaparte, la victoire terrestre d’Aboukir, le départ de Napoléon… À noter également à l’honneur de cette bande dessinée une réelle capacité à renouveler l’iconographie de la jeunesse de Napoléon, loin des images d’Épinal ! C’est notamment visible dans la représentation du 13 Vendémiaire où les sectionnaires sont représentés comme une troupe en uniforme et bien équipée, et non comme une populace (telle que représentées parfois dans la filmographie). On note également, comme dans le premier tome, un sens de l’humour efficace qui permet de faire passer aisément une BD très dense. Un point important qui, nous l’espérons, permettra la diffusion de ccette BD auprès du jeune public à qui elle se destine : collégiens et lycéens pour qui Napoléon ne représente plus que 1h de cours dans toute une scolarité !...

Napo_3

 

 

« Napoléon Bonaparte »

- Tome 1

- Tome 2

 

Collection : Jacques Martin

Scénario : Pascal Devoz

Dessin : Jean Torton

Editions : Casterman

 

 

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire