Rechercher dans le site
Catégories
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil BD Histoire Les Pieds-Nickelés s’en vont en guerre - BD

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Les Pieds-Nickelés s’en vont en guerre - BD

PiedsEn 1914 le journal L'Epatant annonçait que ses trois lascars subversifs appelés « Pieds-Nickelés » s'engageaient sous les drapeaux pour jouer de malicieux sales coups aux Allemands. À la veille du centenaire de la Grande Guerre, la Librairie Vuibert nous propose une réédition colorisée des aventures des trois loustics, une réédition préfacée par l'historien Jean Tulard qui replace cette BD dans le contexte général de la mobilisation des personnages de fiction dans le cadre d'une culture de guerre. Une belle façon de se replonger dans l'histoire de la Grande Guerre à travers cette BD qui a un double intérêt : un comique qui n'a pas pris une ride et un rôle documentaire certain dans le cadre de l'histoire culturelle.

 

Qui sont les Pieds-Nickelés ?

Pour les plus jeunes, il est opportun de présenter ces vieilles figures du comique français. Les Pieds-Nickelés sont des héros de bande dessinée qui font leur apparition le 4 juin 1908 dans le journal pour enfant L'Epatant, il s'agit d'un trio comique composé de Ribouldingue le gros barbu, Filochard le borgne nerveux et Croquignol le grand maigre au long nez. Trois petits malfrats filous et hâbleurs qui au cours de leurs multiples aventures tentent de trousser le « gogo » (on dirait aujourd'hui le bourgeois bohême) et ne cesse de se frotter aux représentants de l'autorité en place... Ce côté irrévérencieux s'accompagne d'un dessin plutôt grossier et d'un ton argotique.

Mais avec la Première Guerre mondiale le ton change, les Français sont mobilisés et les personnages de bande dessinée sont eux aussi mis à contribution. Si la conventionnelle Bécassine s'implique dans le conflit, il n'allait pas de soi que nos trois lascars furent aussi de la partie ! Car leur père le dessinateur Forton était plutôt antimilitariste... Mais il subit la pression de ses éditeurs, les frères Offenstadt, juifs d'origine allemande accusés par certains d'espionnage et de démoralisation de l'opinion... Il est urgent pour les éditeurs de donner des gages, et c'est pourquoi les si subversifs Pieds-Nickelés vont soutenir l'effort de guerre. Le 10 décembre 1914, L'Epatant annonce :

« Nos trois sympathiques Pieds-Nickelés, Ribouldingue, Filochard et Croquignol, ne connaissant que leur devoir de Français, se sont engagés dans l'armée des combattants sans attendre leur ordre de mobilisation et les Boches apprennent à leurs dépens ce que vaut un loustic parisien. Patience, amis lecteurs, bientôt vous rirez et applaudirez à la lecture de leurs exploits ».

C'est chose faite dès janvier 1915, les Pieds-Nickelés se sont trouvés dans le Boche un nouvel ennemi, sot et balourd, qui leur permet de mettre en place coups fumants de plus en plus improbables et spectaculaires ! Le but est avant tout de faire rire le poilu et l'arrière sur le dos de l'ennemi. Les trois voyous deviennent des symboles de la malice française, mais aussi de sa générosité (ils versent par exemple aux veuves ce qu'ils ont subtilisé aux Boches). Cachés dans des meules de foin, camouflés en arbres dans des troncs creux, capturant les Allemands comme des grives avec des pièges à grille, s'emparant d'un officier ennemi en le pliant dans sa tente... Les rois de la débrouille, de l'ingéniosité et de système D mènent une guerre impitoyablement drôle aux mangeurs de choucroute !

pieds5

1914 – 2014

En 1914 on nous annonçait le va t'en guerre des Pieds-Nickelés, cent ans plus tard Jean Tulard participe à leur retour sur le devant de la scène. Nous connaissons bien Tulard pour sa passion du cinéma, ainsi bien entendu que pour son expertise sur l'Histoire du Premier Empire, mais il frappe là où on ne l'attend pas forcément en ouvrant les portes des librairies du XXIe siècle à Ribouldingue, Filochard et Croquignol !À l'occasion du centenaire de la Grande Guerre, la Librairie Vuibert réédite les aventures des Pieds-Nickelés sous les drapeaux dans un intégral de 85 pages colorisées pour l'occasion par Benjamin Strickler qui pour le coup leur redonne un sacré coup de jeune.

L'objectif bien entendu est double. Premièrement, les aventures des trois loustics n'ont rien perdu de leur comique et les petits comme les grands sont invités à (re-)découvrir cet humour malicieux et franchouillard du siècle dernier ! Deuxièmement, « Les Pieds-Nickelés s'en vont en guerre » est également un témoignage de la Grande Guerre et de la mobilisation des éditeurs et du milieu de la littérature jeunesse dans le cadre d'une guerre qui se veut réellement totale. Les Pieds-Nickelés entrent pleinement à ce titre dans ce qu'on appelle communément la culture de guerre. À ce titre la préface de Jean Tulard est précieuse et donne toute sa dimension à la BD. L'historien replace judicieusement cette BD dans son contexte, celui d'une mobilisation des personnages de fiction dans le cadre de la guerre, aux côtés de Bécassine, d'Arsène Lupin qui démasque une espionne allemande... Ou encore au cinéma Charlot qui prend lui aussi l'uniforme...

pieds4
À l'aube du centenaire, l'initiative de Jean Tulard est donc judicieuse. La reprise de l'œuvre de Louis Forton est une façon originale, et très intéressante à l'heure de l'histoire culturelle, d'aborder la guerre de 14-18. À l'approche des fêtes de fin d'années, il est à parier que les trois lascars arrivent à se frayer un chemin par les cheminées jusque sous les sapins...

 

« Les Pieds-Nickelé s'en vont en guerre »

Scénario & Dessin : Louis Forton
Couleurs : Benjamin Strickler
Préface : Jean Tulard
Éditions : Librairie Vuibert

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire