Rechercher dans le site
Catégories
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil BD Histoire Cathelineau – BD

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Cathelineau – BD

Cathelineau 7En ce 220ème anniversaire du début des guerres de Vendée, la bande dessinée historique met à l'honneur le premier généralissime de l'armée catholique et royale : Jacques Cathelineau ! Simple roturier, homme pieu devenu chef de file de la révolte contre les sévices républicains, Jacques Cathelineau est un de ces météores qui se consument pour éclairer les hommes. La retranscription de sa vie en BD rend, enfin, son histoire accessible au plus grand nombre.coup-de-coeur

Synopsis

Le 13 mars 1793, dans une Vendée déjà malmenée par la constitution civile du clergé, des représentants de la jeune République viennent lever des troupes pour combattre les armées coalisées sur le Rhin. Mais les Vendéens qui ont peu apprécié qu'on leur enlève leurs prêtres et qu'on saccage leurs lieux de culte refusent d'aller se faire tuer pour la cause de leurs malheurs, d'autant plus que les Patriotes sont exemptés car généralement membre de la Garde Nationale. A Saint-Florent les militaires chargés de la conscription sont mal menés, les paysans ne porteront pas l'uniforme bleu. Un peu partout dans la région les mêmes scènes se reproduisent... Et scellent l'acte premier des guerres de Vendée... Car la répression féroce de la République est devenue inéluctable, pour les insurgés il devient urgent de battre le fer tant qu'il est chaud, de marcher sus aux garnisons républicaines environnantes, de s'armer, de s'emparer des stocks de poudre et des canons. A leur tête les gars de Saint-Florent mettent Jacques Cathelineau, un homme pieu, colporteur de profession, qui les éclairera par son bon sens et son esprit de justice. D'autres petites troupes se forment, autour de roturiers comme Jean Perdriau ou Jean-Nicolas Stofflet, et de nobles comme d'Elbée ou Bonchamps. De Jallais à Nantes, Jacques Cathelineau devenu généralissime de l'Armée catholique et royale part en guerre contre l'intolérance républicaine, pour Dieu, la France et le Roi.

 Cathelineau 1b

Une bande dessinée d'actualité

En cette année 2013 la bande dessinée « Cathelineau » est d'une bouillante actualité, jamais elle n'aurait pu être autant au goût du jour depuis le bicentenaire du début des guerres de Vendée en 1993. En effet, cette année nous célébrons les 220 ans de l'insurrection catholique et royale et de la mort de Cathelineau le 14 juillet.
Mais l'actualité n'est pas que commémorative, elle est également politique. Effectivement, l'année 2013 a été marqué par une forte contestation politico-sociale, portée par des millions de Français muent par une certaines idée de la famille et généralement des convictions religieuses affirmées. Cette France catholique qui se leva en Province contre un diktat politique orchestré à Paris a parfois réutilisé à son compte la mémoire et les symboles des guerres de Vendée. A ce titre, la parution de cette bande dessinée sous forme de feuilleton dans l'hebdomadaire « Famille Chrétienne » ne doit certainement pas grand-chose au hasard et Cathelineau semble être un des nouveaux modèles donnés à cette jeunesse que l'on appelle parfois la « génération mai 2013 ». 

Cathelineau 3bNotre avis

Voici un thème peu courant dans le milieu de la BD ! En effet, rares sont les bandes dessinées consacrées aux guerres de Vendée, depuis celle de Reynald Seicher (militant de la reconnaissance du génocide vendéen) et la saga « Dampierre » lancée par Yves Swolf, rien n'avait été fait. Seul Lorànt Deutsch nous promet un prochain opus de sa série « Histoires de France » consacré à Mr de Charrette. Mais en dehors de ces rares titres, rien, malgré la grandeur et le tragique de cette insurrection qui avait de quoi enflammer l'imagination des scénaristes.
La BD « Cathelineau » aborde donc un épisode historique sous exploité par le neuvième art. La scénariste vendéenne, Coline Dupuy, nous propose une bande dessinée historique somme toute classique dans sa forme : retracer aussi fidèlement que possible l'histoire publique du « Saint de l'Anjou » et combler les manques, faire les transitions, avec des éléments romancés indispensable à tout récit rapporté en bande dessinée. Après tout, Victor Hugo lui-même n'écrivait-il pas que « La Vendée ne peut être complètement expliquée que si la légende complète l'histoire ; il faut l'histoire pour l'ensemble et la légende pour le détail » ?

En ce qui concerne le fond, Coline Dupuy s'est appuyée sur les travaux de Louis-Marie Clénet et de Jean Silve de Ventavon ce qui fait que la trame historique est bien retranscrite : chronologies des batailles, personnages, scènes clefs (comme le Pater de d'Elbée à Chemillé, la prise de la Marie-Jeanne pièce d'artillerie fétiche...)... Bien entendu, tous ces événements sont synthétisés pour pouvoir tenir en 54 planches, mais l'ensemble reste cohérent et cette BD devrait satisfaire les amateurs de la période, autant qu'elle devrait permettre une première approche pour les néophytes. Cette biographie aurait néanmoins gagnée pédagogiquement à être accompagnée d'un dossier permettant d'évoquer Cathelineau d'un point de vue purement historique, ou plus généralement sur les guerres de Vendée si l'on craignait une forme de redondance. Néanmoins d'un point de vue scénaristique, cette vie de Cathelineau racontée par l'abbé Cantiteau est une réussite, une œuvre originale, inédit à notre connaissance, portant en lumière une des figures les plus nobles et les plus attachantes de l'Histoire de France.

Venons-en à présent à l'aspect graphique. Le dessin fut confié à Régis Parenteau-Denoël et la mise en couleur à Anna. Le dessin est réaliste, riche bien que peu détaillé. La représentation de Cathelineau n'est pas sans poser de problème vu qu'il n'existe aucune représentation de lui faite de son vivant. Comme on s'y attendait Cathelineau est représenté ici tel que représenté par le peintre Girodet pendant la Restauration (voir la présentation du tableau). Toutefois Girodet, qui peint une œuvre politique et symbolique, ne repris que partiellement les informations que lui avait fournies le comte de Pradel, directeur général du ministère de la Maison du Roi. Ainsi, quelques inventions du peintre se retrouvent ici, comme le port de la cape ou des gants. De même, Cathelineau n'est jamais représenté avec un mouchoir noué sur la tête « à la vendéenne », bien qu'il en porta selon le comte de Pradel. Par contre, notons que le dessinateur, n'a pas fait comme Girodet l'erreur de représenter Cathelineau avec un chapeau. Pour le reste la représentation vestimentaire du chef des insurgés est assez fidèle à la description qui en fut donnée : « Vêtu en paysan, grande veste ave grandes poches et culotte gris bleu pâle, gilet croisé de laine blanche, une ceinture de toile blanche dans laquelle était placée une paire de pistolets ; un sabre à la hussarde ; un sacré cœur cousu sur l'habit, sur le cœur ; le Sacré-Cœur est un morceau de drap blanc carré sur lequel est un cœur rouge et une croix noire par-dessus ; un chapelet passé dans plusieurs boutonnières». Mais bien entendu, Cathelineau étant un personnage peu connu du grand public, et souvent essentiellement par le tableau de Girodet, il est justifiable artistiquement que celui-ci soit en grande partie repris pour représenter ce héros méconnu.Cathelineau 4b

Enfin, notons le sens du cadrage et de l'émotionnel qui permettent à Régis Parenteau-Denoël de faire monter l'intensité dramatique de cette épopée lors de quelques scènes poignantes comme la prière des femmes et enfants dans l'église des Pin-en-Mauges au tout début de la révolte.


Pour conclure, nous pouvons dire que Cathelineau est une BD historique somme toute classique par sa forme, mais qui sort des sentiers battus quant à son sujet. Une œuvre de vulgarisation saluable rendant accessible à tous l'histoire d'une grande figure des guerres de Vendée et plus généralement de l'Histoire de France. L'histoire tragique d'un homme pieu pour qui les mots Foi, Fidélité, Espérance et Sacrifice eurent toujours un sens, même quand ses adversaires ne répondaient que par la violence et l'ignominie.

 

Cathelineau

Scénario : Coline Dupuy
Dessin : Régis Parenteau-Denoël
Couleurs : Anna
Editions : Artège

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire