Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Les grandes batailles La bataille de Wagram (6 juillet 1809)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

La bataille de Wagram (6 juillet 1809)

napoleon_wagramLa bataille de Wagram, en Autriche, est la dernière grande victoire de Napoléon Ier, remportée sur les armées autrichiennes le 6 juillet 1809 au nord-est de Vienne. Cette bataille marqua la fin de la campagne d'Autriche et permit à Napoléon de réduire la cinquième coalition européenne contre la France depuis 1792. La Grande Armée, qui avait repris Vienne le 12 mai, avait été durement éprouvée à Essling, à quelques dizaines de kilomètres, les 21 et 22 mai : elle avait dû reculer, se rapprochant de Vienne à l'île Lobau.

 

La bataille de Wagram, la dernière grande victoire de Napoléon

Retirée du conflit depuis le traité de Presbourg de 1805, l'Autriche reprend les hostilités contre Napoléon Ier et réorganise son armée. L'empereur des français reprend Vienne le 13 mai 1809, mais est tenu en échec à la bataille d'Essling le 22 alors qu'il tente de passer le Danube.  Les hostilités reprennent le 4 mai : les Français disposaient de 188 000 hommes et de 488 pièces d'artillerie ; les maréchaux Oudinot, Davout, Masséna et Bernadotte, entre autres, constituaient l'état-major. Face à eux, commandés par l'archiduc Charles, les Autrichiens alignaient 132 000 hommes et 446 pièces d'artillerie. L'enjeu était la maîtrise du Danube et de son franchissement. À plusieurs reprises, les troupes françaises faillirent être débordées, et l'intelligence militaire de Napoléon, qui utilisa de façon massive son artillerie, trouva là l'occasion de se manifester dans toute son étendue, par exemple, lorsqu'il reprit une position où Bernadotte et ses Saxons avaient été laminés par les Autrichiens.

Cependant, à l'issue de cette bataille, l'affaiblissement relatif des armées françaises était patent : trop cosmopolite pour être homogène, souffrant des retards de certains généraux et des incertitudes de troupes de conscrits à peine formés, la Grande Armée n'avait dû cette victoire incomplète qu'au seul génie de Napoléon. L'armée autrichienne restait suffisamment menaçante pour que le traité de Vienne, qui mit fin à la guerre le 14 octobre 1809, fût relativement modéré : 75 millions de francs d'indemnités et la cession de l'Illyrie à la France et d'une partie de la Galicie à la Russie. Le remariage de Napoléon avec Marie-Louise de Habsbourg fut une autre conséquence de cette victoire ambiguë.

Bibliographie

- Wagram, 5-6 juillet 1809 : une victoire chèrement acquise deFrédéric Naulet. Napoléon Ier Editions, 2008.

- Wagram (5 et 6 juillet 1809) : Le canon tonne sur les bords du Danube de Frédéric Naulet. Economica 2009.

- Dictionnaire des batailles de Napoléon : 1796-1815 de Alain Pigeard. Tallandier, 2004.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire