Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Biographies Tacite, historien romain (55-120 ap. J-C)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Tacite, historien romain (55-120 ap. J-C)

taciteParmi les auteurs latins de l’Antiquité, Tacite est probablement l’un des plus célèbres. Pourtant, sa vie est peu connue. Il naît vers 55 ap. J-C, en Gaule, et exerce des fonctions relativement importantes dans l’Empire, jusqu’à devenir sénateur. Tacite s’inscrit ainsi dans la lignée d’un Salluste, sénateur historien du Ier siècle av. J-C. L’œuvre de Tacite est précieuse, tant comme source pour l’histoire romaine, que pour sa prose remarquable. Il meurt vers 120 ap. J-C, sous le règne d’Hadrien.


 

 

Tacite, un sénateur

Les origines de Tacite sont assez peu connues, si ce n’est par son œuvre et le témoignage de Pline le Jeune, mais son gentilice est répandu. P. Cornelius Tacitus naît vers 58 ap. J-C ; l’empereur est à ce moment Néron. Tacite est issu d’une famille patricienne, les Cornelii, qui a exercé des fonctions importantes à Rome. Son cognomen, en revanche, est plus rare. Les historiens pensent ainsi que Tacite pourrait être le fils d’un procurateur homonyme de Gaule Belgique, même si le futur historien est né en Narbonnaise.

Son origine équestre ne fait en tout cas aucun doute. Par son mariage avec la fille du sénateur gallo-romain C. Iulius Agricola, il peut commencer sa carrière sous le règne de Vespasien, à l’âge de vingt ans. Il est ainsi questeur sous Titus (81), édile ou tribun de la plèbe (84-85) puis préteur en 88, sous Domitien.

Après avoir passé plusieurs années hors de Rome, et ainsi échappé à la fin agitée du règne de Domitien, il devient consul suffect sous son éphémère successeur, Nerva, en 97. Enfin, il est proconsul en Asie en 112-113 (Trajan est empereur), et meurt quelques années plus tard, au début du règne d’Hadrien.

L’œuvre de Tacite

Son parcours personnel amène Tacite à adopter un discours que l’on peut qualifier de « pro-Sénat », qui se retrouve évidemment dans son œuvre. Celle-ci est constituée essentiellement pendant la période de crise de l’Empire, à la fin du règne de Domitien (96).

Tacite publie donc une Vie d’Agricola (son beau-père) en 98, la Germanie sans doute la même année, et un Dialogue des Orateurs. Au début du règne de Trajan, l’historien s’interroge sur les dérives monarchiques qui ont marqué les périodes précédentes, et il publie ses Histoires, qui couvrent la période allant de 69 à la fin des Flaviens. Il s’appuie pour ses sources sur Pline l’Ancien, entre autres.

A partir de 110, il s’attèle à sa grande œuvre, les Annales, une critique pessimiste du principat à travers l’étude des Julio-Claudiens à partir de Tibère (14-37), qui nous est parvenue de façon lacunaire.

Son succès et sa postérité immédiate sont à relativiser, malgré les efforts de son ami Pline le Jeune. A part la douteuse Histoire Auguste au IVe siècle, il en est fait très peu mention comme source par ses successeurs historiens.

Tacite est finalement redécouvert à la Renaissance par Juste Lipse (1547-1606), et son pessimisme, ainsi que sa réflexion sur le principat, inspirée par les stoïciens, lui offrent un succès croissant. Il est aujourd’hui une source incontournable pour l’histoire romaine, salué également pour sa prose remarquable, célébrée jusqu’à Racine.

 

A lire

-          P. Grimal, Tacite, Fayard, 1990.

-          X. Darcos, Tacite, ses vérités sont les nôtres, Plon, 2007.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire