Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Biographies Abraham Lincoln (1809-1865) - Biographie

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Abraham Lincoln (1809-1865) - Biographie

456px-Abraham_Lincoln_head_on_shoulders_photo_portraitHomme politique américain et seizième président des Etats-Unis de 1861 à 1865, Abraham Lincoln est le premier représentant du parti républicain à être élu à ce poste. Profondément religieux et abolitionniste convaincu, bien que modéré, son élection déclenchera la guerre de Sécession : les États esclavagistes du Sud quitteront l'Union. Sous son mandat, l’esclavage sera aboli, et le Nord sortira victorieux du conflit à l'issue d'une mobilisation humaine et industrielle sans précédent.  Il meurt assassiné en 1865, au moment où la guerre se termine, et ne verra pas la réunification complète du pays.

 

Premiers engagements politiques

Abraham Lincoln est né le 12 février 1809 dans le Kentucky. Il est issu d’une famille modeste de cultivateurs, très religieux, qui émigre en 1816 dans l’Indiana, notamment pour se soustraire à la concurrence que représentent les exploitations agricoles utilisant des esclaves (le Kentucky autorise l’esclavage, alors que l’Indiana l’interdit). Les Lincoln déménageront à nouveau en 1830, cette fois pour s’installer plus à l’ouest, dans l’Illinois.

Lecteur avide et largement autodidacte, Abraham Lincoln se lance très tôt en politique, se présentant aux élections de 1832 pour entrer au sein de l’assemblée d’État de l’Illinois. Il n’y parvient pas, mais ses talents d'orateur s’y affirment déjà. La même année, il sert dans la milice lors de la guerre livrée au chef indien Black Hawk, mais n’aura pas l’occasion de participer directement aux combats.

Il retente sa chance aux élections de 1834, parvenant cette fois à se faire élire ; il sera reconduit encore à trois reprises, servant jusqu’en 1842. Durant cette période, il affirme son affiliation politique : le parti whig, principale force d’opposition au parti démocrate au niveau national. C’est presque tout naturellement, compte tenu de ses antécédents familiaux et de ses convictions religieuses, qu’il se dit dès 1837 opposé à l’esclavage. Toutefois, soucieux de ménager son électorat, c’est toujours avec beaucoup de précautions oratoires qu’il exprime son opinion sur un sujet déjà « délicat ».

C’est encore en autodidacte qu’il deviendra avocat en 1837, se construisant en quelques années la réputation d’être l’un des meilleurs de son État. Il attire suffisamment l’attention sur lui pour démarrer une carrière politique à l’échelle nationale : en 1846, il est élu à la Chambre des représentants. Son mandat de deux ans ne sera toutefois pas reconduit, essentiellement à cause de son opposition à la guerre contre le Mexique (1846-48).

La lutte contre l'esclavage

À l’issue de son mandat de représentant, Lincoln se voit offrir le poste de gouverneur de l’Oregon, qu’il préfère décliner pour se consacrer à son cabinet d’avocat. Il revient en politique en 1854, après le vote de la loi Kansas-Nebraska. Considérée par beaucoup comme une concession inacceptable à l’institution de l’esclavage, cette loi déclenchera la création du parti républicain, que Lincoln rejoindra l’année suivante.

C’est lors de l’élection sénatoriale de 1858 qu’il s’affirmera comme l’un de ses principaux leaders. Durant la campagne, il affronte le démocrate Stephen Douglas, l’auteur de la loi Kansas-Nebraska et chantre de la doctrine de « souveraineté populaire », principe voulant que les habitants d’un futur État de l’Union choisissent eux-mêmes s’ils accepteront ou non l’esclavage sur leur sol. Lincoln, pour sa part, développera une rhétorique modérée mais ferme, axée sur l’arrêt de l’extension de l’esclavage plutôt que sur son abolition pure et simple.

478px-Abraham_Lincoln_by_Alexander_Helser_1860-crop

Il sera battu de justesse, mais son discours séduit les électeurs indécis du Nord et contribue à la montée en puissance du parti républicain. Ce dernier, après l’échec de John Frémont et de son programme radical aux présidentielles de 1856, choisit d’opter pour une ligne plus modérée, et désigne Abraham Lincoln comme candidat à la présidence pour les élections de 1860.

Durant la campagne, Lincoln répète avec son éloquence habituelle qu’il n’a nulle intention d’abolir l’esclavage durant son mandat, mais seulement d’en interdire l’extension. Il emporte ainsi l’adhésion des électeurs nordistes, d’autant plus facilement que face à lui, les démocrates sont divisés. C’est ainsi qu’il est élu président des Etats-Unis, le 6 novembre 1860.

Mais les plus virulents partisans de l’esclavage interprètent son élection comme le signe d’une prochaine abolition de cette institution. Ils parviennent à rallier autour d’eux l’opinion publique des États du Sud, et la poussent vers ce qu’ils estiment la seule solution permettant à l’esclavage de se maintenir, la sécession. La Caroline du Sud est le premier État à se séparer de l’Union, le 20 décembre 1860. Comme Lincoln l’avait prophétisé dans un célèbre discours de 1858, la nation est à présent divisée.

Quatre mois de tractations politiques resteront sans effet, et la prise de fonction de Lincoln, le 4 mars 1861, n’y changera rien. Les Etats du Sud se groupèrent pour former leur propre nation, les États Confédérés d’Amérique, et entreprirent d’affirmer leur souveraineté sur leur territoire. La crise autour du fort Sumter, installation de Caroline du Sud occupée par des soldats nordistes, allait faire plonger le pays dans la guerre civile après le bombardement du fort par les Sudistes (12 avril 1861).

Un président dans la tourmente

Lincoln dut alors se résigner à diriger l’effort de guerre nordiste pour rétablir l’intégrité de l’Union. La corruption et les défaites militaires rendirent les premiers mois difficiles, mais l’Union acquit un avantage stratégique en s’assurant le contrôle des « États-frontière » entre le Nord et le Sud, et le président sut peu à peu s’entourer d’administrateurs efficaces et zélés. Malgré cela, l’année 1862 fut difficile et si le général Grant remporta des victoires importantes dans l’Ouest du pays, il n’en fut pas de même sur la côte Est et Washington fut même menacée, jusqu’à la bataille d’Antietam (17 septembre 1862).

Cette victoire défensive des armées de l’Union, remportée sur le sol nordiste, fut un jalon politique décisif pour Lincoln. Elle lui permit de montrer à ses concitoyens que le Nord, loin d’être l’agresseur dans ce conflit, devait au contraire se défendre vigoureusement pour éviter de se voir imposer l’esclavage, et qu’il était de son devoir de détruire cette institution. Le 22 septembre 1862, il fit publier une proclamation d’émancipation, déclarant tous les esclaves du pays libres à compter du 1er janvier 1863. En transformant les buts de guerre de l’Union en une lutte à mort contre l’esclavage, Lincoln ressouda derrière son administration une partie de l’opinion publique jusque-là vacillante.

760px-Lincoln_secondÀ partir de 1863, la mobilisation industrielle et humaine du Nord commença à lui donner l’avantage sur le champ de bataille. Les succès militaires, toutefois, n’empêchèrent pas la lassitude de s’installer dans le Nord, face à l’ampleur des sacrifices à consentir. En plus de la conduite de la guerre, Lincoln dut disputer la campagne présidentielle de 1864. Face à lui, George McClellan promettait la paix à ses concitoyens, quitte à négocier avec les Confédérés. Le président pressa donc ses généraux de sortir de l’enlisement et d’obtenir des victoires décisives, ce qu’ils firent non sans mal, et au prix de beaucoup de vies humaines.

Finalement réélu le 8 novembre 1864, Lincoln n’avait plus qu’à mener à son terme une guerre qui touchait de toute manière à sa fin, tant les armées sudistes étaient parvenues à bout de leurs forces. De fait, Richmond, la capitale confédérée, fut prise le 3 avril 1865. L’heure serait bientôt à la reconstruction… Mais Abraham Lincoln ne put qu’entrevoir la victoire finale, laissant son œuvre inachevée : il fut mortellement blessé d’une balle dans la tête dans sa loge du théâtre Ford, le 14 avril 1865, par John Wilkes Booth, acteur et sympathisant sudiste.

Lincoln est encore aujourd’hui une figure majeure de la mémoire collective états-unienne, tant par ses opinions éclairées autant qu’inflexibles sur l’esclavage, que par son gouvernement en temps de guerre. C’est sans doute le président américain sur lequel on a le plus écrit, sur tous les aspects de sa vie, y compris les plus privés. L’article du Wikipedia anglophone, principale source de cette succincte biographie, en est la démonstration, avec son abondante bibliographie et ses nombreux articles connexes.

Bibliographie

- Lincoln de Stephen B Oates. Fayard, 1984.

- Abraham Lincoln : L'homme qui sauva les Etats-Unis de Bernard Vincent, L'Archipel, 2009.

Pour aller plus loin

- Le site mémorial d'Abraham Lincoln