Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Biographies Frédéric Mistral (1830-1914) - Biographie

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Frédéric Mistral (1830-1914) - Biographie

MistralFrédéric Mistral qui porte le nom de ce vent frais soufflant dans le sud de la France, a été le père de l'œuvre incontournable Mireille, mais aussi lexicographe, ethnographe, poète, grand défenseur de la langue et de la culture provençale, prix Nobel de littérature, ayant pour devise « Lou Soulèu me fai canta » (le Soleil me fait chanter) et dont est célébré en 2014 le centenaire de sa mort.

 La vie de Frédéric Mistral

Frédéric Mistral est né à Maillane le 8 septembre 1830, au Mas du Juge, dans une famille de paysans aisés. Il passe son enfance au grand air, habitué aux travaux de la terre, puis fait ses études de droit à Aix en Provence et Avignon, obtenant son diplôme en 1851.

Il prend rapidement plusieurs résolutions et pense « premièrement de relever, de raviver en Provence le sentiment d'appartenance que je voyais s'annihiler sous l'éducation fausse et contre-nature de toutes les écoles ; secondement, de provoquer cette résurrection par la restauration de la langue naturelle et historique du pays, à laquelle les écoles font toutes une guerre à mort, troisièmement, de rendre la vogue au provençal par l'influx et la flamme de la divine poésie ».

Il commence par constituer en 1854 « le Félibrige » une sorte d'Académie avec six poètes, afin de défendre et sauvegarder « tout ço que counstituïs l'èime naciounau » (tout ce qui constitue l'âme nationale) ; puis s'attèle à la rédaction de « Lou Tresor dóu felibrige » son grand dictionnaire sur la langue d'Oc tout en composant son plus grand poème « Mirèio ». Mariée en 1876 avec Marie Louise Aimée Rivière, il obtient le prix Nobel de Littérature en 1904 pour l'ensemble de son œuvre et consacre une partie des gains obtenus à la fondation du Musée Arlaten.

Le 26 mars 1914, il s'éteint chez lui à Maillane à l'âge de 84 ans. Sa maison devenue « Museon Frederi Mistral » est classée monument historique en 1930.

Le lexicographe

Mistral et DaudetDans son dictionnaire « Lou Tresor dóu felibrige » achevé en 1886, il a réussi à regrouper les dialectes de tous les pays d'Oc avec 80 000 entrées, présentant tout le vocabulaire du parler de la langue d'Oc moderne. Ce travail a suscité l'admiration du monde culturel et est encore en usage aujourd'hui.

Le poète

Aimant à chanter sa Provence, il finit de rédiger « Mirèio » (Mireille) en 1859 après huit années de travail. Ce poème de 6123 vers reste d'une jeunesse éternelle, tenant de l'idylle et de l'épopée où les deux principaux intéressés Vincent et Mireille peuvent être considérés comme Roméo et Juliette ou Paul et Virginie. Cette œuvre mondialement célèbre retrace la vie quotidienne des Provençaux, leurs travaux, leur cadre de vie, leurs fêtes, leurs traditions. L'hommage a été grand : Charles Gounod en fera un opéra, Lamartine lui consacrera son 40è entretien.

Parmi ses plus beaux poèmes, on note « Lou pouèmo dóu Rose » (le Poème du Rhône) en 1897 dans lequel il révèle la vie des bateliers, et « La Coupo Santo » (la Coupe Sainte), reprise en chœur par toutes les assemblées lors des manifestations taurines. Ainsi, en 1904, il reçoit le prix Nobel de Littérature pour l'ensemble de son œuvre notamment ses poésies lyriques comme « Lis Isclo d'or »(les îles d'or) et pour son « Lou Tresor dóu Felibrige ». Il est le seul français à obtenir un prix Nobel pour une œuvre écrite en langue régionale, partant du principe que traduire ses poèmes en français est une offense. Pourtant on lui reprochera la traduction de « Mirèio » en français, qui est devenu un texte lourd et désuet.

Et pourtant aujourd'hui, Mistral est traduit dans une trentaine de langues, et la langue d'Oc est enseignée dans 180 universités dans le monde. Frédéric Mistral va consacrer une partie de l'argent reçu (100 000 francs or) au financement du Musée Arlaten.

L'ethnographe

Défenseur des traditions et de la culture du pays provençal, il créé un musée où sont présentés les objets, les textes, les témoignages de la vie quotidienne provençale du XIX è siècle à nos jours. Le « Museon Arlaten » devient le véritable sanctuaire de la civilisation provençale.

Le défenseur des traditions

Mistral petit journalFrédéric Mistral ne se contente pas de maintenir la langue d'Oc. Il s'attache aussi aux coutumes, à la façon de vivre des gens de son pays, à la protection de la nature, à la sauvegarde du patrimoine architectural et environnemental et fonde le « Félibrige », qui peut être considéré comme le premier grand mouvement de revendication régionaliste. Afin de défendre les traditions et le costume, Mistral crée à Arles en 1903 la « Fèsto vierginenco » (la fête des Vierges) regroupant 400 jeunes filles, reprise chaque année grâce au « Coumitat Vierginien » aux Saintes Maries de la Mer. La même année en octobre, Raymond Poincaré qui est Président de la République et en tournée officielle dans la région, fait arrêter son train pour rendre visite au poète et l'inviter à déjeuner dans son wagon.

En 1895, lorsque la municipalité d'Avignon vote presque à l'unanimité la démolition des remparts de la ville, il défend ardemment le patrimoine et s'insurge dans son journal l'Aioli «cela prouve la déformation complète qui s'est peu à peu accomplie dans les cerveaux, à force de les gaver d'une éducation banale, antiprovinciale et antiartistique, qui depuis si longtemps abêtit la nation. Et cela démontre aussi la déchéance où est tombée la génération qui passe »... Avignon a gardé ses remparts.

Une commémoration nationale

L'année 2014 sera l'occasion de célébrer la mémoire de ce grand poète pour son œuvre reconnue de manière nationale et internationale, grâce aux manifestations soutenues par le ministère de la Culture et de la Communication. Frédéric Mistral n'avait qu'un but dans la vie : éclairer l'avenir. Il aurait été heureux le 28 janvier 2014 lorsque la proposition de loi constitutionnelle visant à ratifier la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires a été adoptée à l'Assemblée nationale, à une large majorité !

Bibliographie

- Frédéric Mistral illustre et méconnu, de Gérard Baudin. HC Editions, 2010.

Mes origines, mémoires et récits, de F. Mistral. Aubéron, 2000.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire