Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Chronologies Chronologie de la Rome antique : Vers la naissance de l’Empire

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Chronologie de la Rome antique : Vers la naissance de l’Empire

assassinat_cesar_ides_marsEn 44 av. J.-C., la République romaine est en crise : elle a traversé plusieurs guerres civiles dans les dernières décennies (entre Marius et Sylla en 88-87 et 82-81 av. J.-C., contre Sertorius en Espagne en 82-72 av. J.-C., conjuration de Catilina en 63-62 av. J.-C.). La dernière d’entre elles, entre César et Pompée, ne s’est terminée qu’en 48 av. J.-C. avec la défaite de ce dernier. Fait dictateur pour 10 ans en 46 av. J.-C., puis à vie en février 44 av. J.-C., César s’apprête à se lancer dans une campagne contre les Parthes, coriaces ennemis de Rome installés en bordure des territoires romains en Asie Mineure. Son assassinat, le 15 mars 44 av. J.-C. va déclencher une nouvelle guerre civile qui finira par sceller le sort de la République et amener l’avènement de l’Empire.

Chronologie

15 mars 44 av. J.-C. : Jules César, accusé de vouloir rétablir la royauté, est assassiné pendant une séance du Sénat par des conjurés menés par Brutus et Cassius. Brutus a été placé par les autres conjurés à leur tête, car son nom est le même que celui de l’homme qui avait autrefois chassé le dernier roi de Rome, lui donnant ainsi un grand pouvoir symbolique.

16 mars 44 av. J.-C. : Le Sénat vote l’amnistie pour les assassins de César, sur proposition de Marc Antoine, seul consul restant et ami de César, qui cherche une réconciliation avec les conjurés.

20 mars 44 av. J.-C. : La recherche de conciliation de Marc Antoine ne dure pas longtemps. Aux funérailles de César, il galvanise la foule par ses discours, lisant le testament de César (qui lègue une grande partie de ses propriétés au peuple de Rome) et pointant les déchirures dans la toge du mort, là ou les couteaux ont frappé.  La foule attaque les maisons des conjurés, qui quittent Rome.

Fin 44 av. J.-C. : Marc Antoine se fait attribuer par le Sénat le gouvernement de la province de Gaule Cisalpine, jusque là administrée par un des conjurés, Decimius Brutus (qui n’est pas la même personne que le Brutus mentionné plus haut). Celui-ci refuse de céder.

Début 43 av. J.-C. : Marc Antoine assiège Decimius Brutus à Mutina. Cicéron, qui déteste Marc Antoine, décide alors de s’appuyer sur l’héritier de César, le jeune Octave (il a alors 18 ans) contre lui. Marc Antoine est déclaré ennemi de l’Etat, Octave se voit confier des légions et marche sur Mutina avec les deux consuls de l’année, Hirtius et Pansa.

Avril 43 av. J.-C. : Marc Antoine est battu dans deux batailles successives, mais les deux consuls sont tués, laissant Octave seul maître à bord. Le Sénat tente de confier les légions à Decimius Brutus, mais Octave refuse à la fois d’abandonner son commandement et de lancer d’autres opéragtions contre Marc Antoine.

Juillet 43 av. J.-C. : Octave envoie une ambassade composée de centurions à Rome, exigeant d’être fait consul et la mise en accusation des responsables de la mort de César. Le Sénat refuse.

Aout 43 av. J.-C. : Octave, avec huit légions, marche sur Rome sans rencontrer d’opposition, se fait élire consul au mépris des règles (l’âge minimum pour la fonction est supposé être de 41 ans) et fait distribuer le trésor de l’Etat à ses troupes. De son côté, Marc Antoine forme une alliance avec Lépide, lui aussi ancien ami de César.

Octobre 43 av. J.-C. : entrevue de Bologne. Marc Antoine et Octave se réconcilient et forment, avec Lépide, le second triumvirat (le premier était composé de César, Pompée et Crassus, et avait duré de 60 à 53 av. J.-C.).

27 novembre  43 av. J.-C. : Officialisation du triumvirat par le biais de la lex Titia. Partage de l’Occident entre les triumvirs, l’Orient étant aux mains des anciens conjurés Brutus et Cassius. Début des proscriptions, qui visent les opposants et de riches personnalités. Ces mesures désignent des individus comme ennemis de l’Etat, autorisant tout citoyen romain à les attaquer et confisquant leurs biens au profit de l’Etat. Cicéron compte parmi les victimes, 300 au total.

42 av. J.-C. : les triumvirs partent en guerre contre les anciens conjurés.

Octobre 42 av. J.-C. : bataille de Philippes. Brutus et Cassius sont défaits et meurent, les triumvirs remportent la bataille et la guerre. Nouveau partage du monde entre les triumvirs : Lépide reçoit l’Afrique, Octave l’Occident, Marc Antoine l’Orient. L’Italie n’est allouée à aucun triumvir en particulier.

Septembre 40 av. J.-C. : suite à des tensions entre Marc Antoine et Octave (ce dernier vient de mener une guerre contre le frère et l’épouse de Marc Antoine), l’entrevue de Brindes est organisée. La rupture est évitée et le partage du monde confirmé.

Octobre 40 av. J.-C. : pour renforcer les liens entre Octave et Marc Antoine, ce dernier épouse la sœur d’Octave, Octavie.

37 av. J.-C. : renouvellement du triumvirat pour 5 ans.

36 av. J.-C. : après plusieurs années de guerre, Sextus Pompée, fils du Pompée vaincu par César et qui occupait depuis 44 la Sicile, est vaincu par Octave et son lieutenant, Agrippa, lors de la bataille de Nauloque. Lépide, qui a commis l’erreur de vouloir s’approprier des légions d’Octave, est expulsé de force du triumvirat par ce dernier et le force à se retirer dans une de ses propriétés. Octave se retrouve sans opposition en Occident.

35 av. J.-C. : Octave refuse d’envoyer des renforts à Marc Antoine, qui prépare une campagne contre les Parthes. Malgré l’échec de celle-ci, Marc Antoine célèbre un triomphe à Alexandrie, bafouant ainsi l’usage qui veut que les triomphes aient lieu à Rome uniquement. Octave, utilisant ce fait ainsi que le renvoi de sa sœur Octavie par Marc Antoine, commence des opérations de propagande visant à décrire ce dernier comme étant devenu un jouet entre les mains de Cléopatre, reine d’Egypte.

33 av. J.-C. : fin du triumvirat. Octave ne cherche pas à le renouveler, officialisant sa rupture avec Marc Antoine.

Février 32 av. J.-C. : sans pouvoir légal depuis la fin du triumvirat et menacé d’être mis en accusation, Octave convoque le Sénat e, entouré de soldats, expose ses griefs contre Marc Antoine, l’accusant d’accorder des titre et d’offrir des territoires à ses proches et à Cléopatre. 300 sénateurs et les deux consuls s’enfuient vers Ephèse.

Juillet 32 av. J.-C. : Octave, qui est parvenu à se procurer illégalement le testament de Marc Antoine (en forçant les Vestales qui en avaient la garde à le lui remettre), dévoile publiquement que ce dernier a prévu de faire hériter les enfants qu’il a eu avec Cléopatre de territoires romains et de se faire enterrer à Alexandrie. Marc Antoine voit ses pouvoirs révoqués par le Sénat, qui déclare la guerre.

Début 31 av. J.-C. : Octave et son lieutenant Agrippa parviennent à débarquer en Grèce et à couper les lignes d’approvisionnement de Marc Antoine. De nombreux soldats de Marc Antoine désertent et rejoignent Octave.

2 septembre 31 av. J.-C. : bataille d’Actium. Marc Antoine et Cleopatre, battus, s’enfuient, poursuivis par Octave.

3 septembre 31 av. J.-C. : la flotte de Marc Antoine se rend à Octave, suivie par ses légions une semaine plus tard.

Fin 31 av. J.-C. : Octave doit revenir à Rome pour combattre une tentative de coup d’état. Marc Antoine et Cleopatre ne parviennent pas à utiliser ce répit pour retourner le cours de la guerre.

Juillet 30 av. J.-C. : Octave envahit l’Egypte. Cléopatre essaye de négocier avec Octave pour conserver son trône.

1er aout 30 av. J.-C. : Alexandrie tombe aux mains d’Octave. Marc Antoine se suicide.

Aout 30 av. J.-C. : Cléopatre se suicide à son tour lorsqu’elle réalise qu’Octave compte l’utiliser pour son triomphe. Césarion, le fils que César avait eu avec Cléopatre, est assassiné sur ordre d’Octave, mais les enfants de Marc Antoine sont épargnés. L’Egypte devient une province romaine avec un statut particulier : elle gouvernée par un chevalier et non par un sénateur, et les sénateurs ont l’interdiction d’y pénétrer sans autorisation.

13 – 14 – 15 aout 29 av. J.-C. : Octave célèbre un triple triomphe, pour ses victoires en Illyrie, à Actium et en Egypte.

18 aout 29 av. J.-C. : Octave dédie un temple au Divin Jules, c’est-à-dire à son père adoptif, César, divinisé après sa mort, à l’endroit ou avaient eu lieu ses funérailles. Il rappelle ainsi qu’il est le fils d’un divinisé.

28 av. J.-C. : Octave organise un recensement, qui dénombre un peu plus de 4 millions de citoyens et réorganise le Sénat en réduisant le nombre de sénateurs (ceux-ci s’étaient multipliés pendant les guerres civiles). Octave devient princeps senatus, premier du Sénat, ce qui lui permet de donner son avis en premier lors des délibérations, et donc d’orienter les votes suivants.

13 janvier 27 av. J.-C. : Octave remet officiellement tous ses pouvoirs et le gouvernement des provinces au Sénat, qui refuse et le supplie de rester. La sincérité de la manœuvre d’Octave est toujours discutée (souhaitait-il réellement remettre ses pouvoirs ou cherchait-il seulement à paniquer des sénateurs se retrouvant soudainement avec la responsabilité d’un immense territoire et plus personne pour éviter un recommencement des guerres civiles ?).  Octave reçoit l’imperium, qui lui permet  de gouverner les provinces contenant des légions, les autres provinces étant administrées par le Sénat.

16 janvier 27 av. J.-C. : d’Octave reçoit du Sénat le titre d’Augustus, qui confère à celui qu’on appellera désormais Auguste une autorité morale supérieure, l’auctoritas.

27 – 23 av. J.-C. : tout en ne briguant et obtenant que les charges de consul chaque année, Auguste renforce progressivement son pouvoir en s’attribuant des prérogatives sans chercher à obtenir la fonction correspondante, évitant ainsi, en façade, un cumul de fonctions qui romprait la légalité qu’il clame avoir restaurée.

23 av. J.-C. : Auguste renonce au consulat. Il ne l’occupera plus que deux fois, en 5 et 2 av. J.-C. Il n’occupe ainsi plus aucune charge officielle, se contentant des pouvoirs qu’il a déjà agrégés et de ceux qu’il agrégera encore par la suite.

1er juillet 23 av. J.-C. : Poursuivant son habitude d’obtenir une prérogative sans la charge associée, Auguste se voit attribuer la puissance tribunicienne, prérogative des tribuns de la plèbe (qu’Auguste ne peut être de toute façon, cette magistrature étant réservée aux plébéiens et interdite au patriciens), qui lui permet d’opposer un veto aux lois, de convoquer le Sénat et d’y proposer des lois, et lui confère l’inviolabilité (il est interdit de lui faire le moindre mal ou d’ignorer son veto). Cette puissance tribunicienne sera renouvelée chaque année.

12 av. J.-C. : la mort de Lépide, l’ancien triumvir, libère la charge de Grand Pontife, titre le plus élevé dans la religion romaine, accordé à vie. Auguste en devient le nouveau bénéficiaire.

2 av. J.-C. : Auguste reçoit le titre honorifique de père de la patrie, octroyé par le Sénat et le peuple.

13 ap. J.-C. : Tibère est associé au pouvoir par Auguste et reçoit les mêmes pouvoirs que lui. Ce choix a lieu suite à une longue succession de décès chez les choix initiaux d’Auguste, qui voit mourir tous ceux auxquels il avait pensé pour lui succéder.

14 ap. J.-C. : Mort d’Auguste. Il est divinisé par le Sénat, comme son père adoptif avant lui. Tibère prend sa succession sans grandes difficultés et reçoit un serment de fidélité de la part de l’armée, du Sénat et du peuple.

La mort d’Auguste et l’accession au pouvoir de Tibère marquent le début de la dynastie des Julio-Claudiens, qui s’éteindra avec Néron et sera suivie par celle des Flaviens, des Antonins, puis des Sévères. SI l’Empire évolue avec le temps, tous les empereurs successifs se réfèrent à la figure fondatrice, celle d’Auguste, et le régime repose pour des siècles sur les bases posées par ce dernier, les trois piliers qui ont pu être croisés dans cette chronologie : Auctoritas, Imperium, puissance tribunicienne. La République a vécu, l’Empire (également appelé Principat, l’empereur portant le titre de Princeps) lui succède : il survivra jusqu’en 476 en Occident, en 1453 en Orient.

Bibliographie

- D. Briquel, G. Brizzi, J.-M. Roddaz, F. Hinard, Histoire romaine, tome 1 : des origines à Auguste, Fayard, 2000.

- M. Le Glay, J.-L. Voisin, Y. Le Bohec, Histoire romaine, PUF, 7è édition corrigée, 2002.

- P. Le Roux, Le Haut-Empire romain en Occident, d'Auguste aux Sévères, Points Histoire, nouvelle Histoire de l'antiquité, 1998.

Sur le même sujet

- Rome, série télévisée, saisons 1 et 2, retrace la période présentée dans cette chronologie jusqu'au triomphe d'Octave après sa victoire sur Marc Antoine.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire