Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Chronologies Chronologie des croisades

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Chronologie des croisades

CroisadesLa tradition académique définit huit croisades principales, dans une période allant de 1095 à 1291. Nous savons que c’est un peu plus complexe, qu’il y a eu non seulement d’autres expéditions, mais aussi que les rapports (pas uniquement guerriers) n’ont pas cessé entre croisés et musulmans entre ces grandes croisades « officielles ». Cette chronologie tentera donc de resituer les croisades dans leur contexte, sans évidemment minimiser l’importance de ces grands pèlerinages guerriers. De même, nous inclurons les dates importantes du côté musulman, car c’est en connaissant les deux revers de la médaille que nous pouvons comprendre les croisades dans leur complexité.


 

Chronologie des croisades

1071 : la défaite de l’empereur Romain IV Diogène à Manzikert face aux Seldjoukides d’Alp Arslan confirme la domination de ces derniers sur la région, et leur mise sous tutelle du califat abbasside. Cependant, ils ont pour rivaux les Turcomans en Anatolie, mais surtout le califat fatimide du Caire. Si l’Empire byzantin est donc fortement affaibli, les musulmans ne sont pas pour autant unis. La bataille de Manzikert frappe néanmoins en Occident, et est parfois évoquée comme l’un des prétextes à l’appel d’Urbain II.

1076 : l’assemblée de Worms est généralement considérée comme le début de la Querelle des Investitures, c’est-à-dire le point d’orgue de la lutte entre l’empereur germanique et le pape. Ce dernier cherche son indépendance politique, et donc une légitimité. Ce qui est fondamental dans le futur contexte des croisades.

1085 : c’est d’abord la prise de Tolède par Alphonse VI de Castille, première date-clé de la Reconquista, considérée souvent comme une « croisade » en Occident. Puis, la mort du grand pape Grégoire VII, qui aggrave le conflit entre la papauté et l’Empire.

1086 : la réponse almoravide à la Reconquista, à la bataille de Zallaqa. Les Espagnols doivent stopper leur progression.

1087 : le pillage de Mahdiya par une coalition regroupant Génois, Pisans et Normands de Sicile est parfois vu comme un avant-goût de la Première croisade. En effet, les combattants ont bénéficié d’une indulgence de la part du pape Victor III…

1092 : la mort du sultan seldjoukide Malik Shah signe la fin de l’expansion turque. Le pouvoir est divisé entre émirs concurrents, alors que les Fatimides se font plus pressants, et que l’Empire byzantin se stabilise avec l’avènement d’Alexis Comnène.

La Première croisade

1095 : élu pape dans la tourmente en 1088, conquérant de Rome en 1093, Urbain II est à Clermont pour asseoir sa légitimité, dans un pays dont il a excommunié le roi, Philippe Ier. Le 27 novembre, il lance un appel à libérer le Saint-Sépulcre et à venir en aide aux chrétiens d’Orient ; il promet le Salut aux pèlerins. C’est le début de la Première croisade, même si le terme n’est pas employé. Une partie, la croisade dite « populaire », choisit la route de l’Europe centrale ; l’autre, la croisade des barons, passe par le Sud. Leur objectif commun : Constantinople. Avant Jérusalem…

1097 : après s’être illustrée par des pillages et des massacres de Juifs, la croisade populaire est vite transportée par les Byzantins de l’autre côté du Bosphore, où elle est massacrée par les Turcs. Les barons parviennent à leur tour à Constantinople, et des négociations tendues commencent avec Alexis Comnène. Arrivés en Anatolie, les Croisés connaissent leurs premières victoires.

1098 : les Fatimides reprennent Jérusalem aux Seldjoukides. Au Nord, les Croisés fondent le comté d’Edesse et prennent Antioche avec difficulté. Ils ne la rendent pas aux Byzantins comme c’était prévu, provoquant la colère du basileus.

1099 : la croisade atteint son but, Jérusalem. La ville est prise le 15 juillet et « purifiée » dans le sang. Godefroi de Bouillon est élu « avoué du Saint-Sépulcre », mais beaucoup de barons et de pèlerins rentrent en Occident. Commence la difficile construction des Etats latins : le royaume de Jérusalem, la principauté d’Antioche et les comtés de Tripoli et d’Edesse.

1100-1118 : règne du premier roi de Jérusalem, Baudouin Ier. Il conquiert des places importantes, comme Acre (1104) ou Beyrouth (1110), tout en tenant en respect les contre-attaques turques et fatimides. En 1115, il fait construire le fameux château de Montréal. Parallèlement, le roi doit gérer des rivalités internes aux autres Etats latins…

1105 : à Harran, les Latins connaissent leur première défaite d’importance face à l’atabeg de Mossoul, Mawdud.

1118-1131 : règne de Baudouin II de Jérusalem. Il tente de continuer l’œuvre de son prédécesseur, mais connaît des difficultés, étant même fait prisonnier en 1123.

1119 : la bataille de l’Ager Sanguinis est une terrible déroute pour les Croisés. C’est le début des problèmes pour le comté d’Edesse.

1127-1144 : le sultan Mahmud fait un certain Zankî (ou Zengi) son atabeg en 1127. Ce nouvel homme fort cherche d’abord à mater les émirs, comme celui de Damas ; puis, il se tourne contre les Francs. Zankî harcèle le comté d’Edesse, profitant des problèmes des Latins avec l’Empire byzantin, qui réclame la restitution d’Antioche. Les troupes turques prennent Edesse facilement en 1144 : c’est la fin du premier Etat latin.

1145-1146 : le pape Eugène III appelle à la croisade (1145), chargeant Bernard de Clairvaux de sa prédication. Mais les volontaires ne se bousculent pas…Il faut attendre l’année suivante pour que le roi de France Louis VII s’engage, tout en persuadant l’empereur Conrad III de l’accompagner.

La Deuxième croisade

1147-1149 : les difficultés ne cessent pas durant toute l’expédition. Les tensions sont toujours vives avec les Byzantins, qui sont en plus occupés face aux Normands de Sicile. Pour ne rien arranger, les croisés arrivent au sein d’un royaume de Jérusalem miné par les rivalités, et sous l’influence de la reine Mélisende, Baudouin III étant trop jeune pour régner. S’ajoutent à cela les rumeurs d’infidélité d’Aliénor d’Aquitaine, femme de Louis VII ! Mal conseillés, les deux souverains croisés échouent devant Damas. Conrad III décide de rentrer en Occident à l’automne 1148, et Louis VII l’imite au printemps 1149.

1146-1163 : la mort de Zankî (assassiné en 1146) ne ranime pas les divisions au sein de cette dynastie. Lui succède son fils Nûr al-Dîn, qui continue son combat contre les émirs, et le jihad contre les Francs. En 1149, il bat lourdement Raymond de Poitiers, menaçant fortement la principauté d’Antioche ; en 1154, il soumet la Syrie. Il connaît toutefois quelques difficultés (perte d’Ascalon en 1153, défaite d’Harim en 1157, ou échec devant le Krak en 1163). Nûr al-Dîn décide ensuite de se tourner vers les rivaux fatimides…

1163-1174 : règne d’Amaury Ier de Jérusalem. Son obsession : l’Egypte. Il tente de l’envahir à plusieurs reprises, mais échoue. Il meurt lors de sa dernière tentative, alors que le royaume de Jérusalem est menacé au Nord par Nûr al-Dîn, et au Sud par Saladin.

1164-1174 : Nûr al-Dîn charge Shirkûh de prendre l’Egypte ; il est accompagné par son neveu Saladin. Celui-ci devient vizir en 1169, et se présente de plus en plus comme un rival de Nûr al-Dîn. Quand celui-ci meurt en 1174, Saladin est déterminé à unir les musulmans pour faire le jihad et reconquérir Jérusalem.

1174-1185 : règne de Baudouin IV de Jérusalem. Le roi lépreux tente courageusement de résister à la menace Saladin, qu’il bat à Montgisard (1177). S’il réussit à relativement gérer le cas Renaud de Châtillon, il ne peut rien faire contre les ambitieux qui l’entourent, à commencer par sa soeur Sibylle et son mari Guy de Lusignan, qui mettent la main sur la couronne après sa mort et le court règne de son neveu.

1174-1187 : Saladin passe ces années à parallèlement combattre les Francs et mater ses rivaux zankîdes. Il parvient au milieu des années 1180 à unifier les musulmans derrière sa bannière, avec le soutien du calife de Bagdad (il a lui-même déposé le calife fatimide), et lance le jihad pour Jérusalem. Profitant des divisions au sein du royaume latin, il bat les croisés à Hattîn (juillet 1187), où il fait prisonnier le roi Guy de Lusignan. Le 2 octobre 1187, il entre victorieusement dans Jérusalem.

1183-88 : l’empereur germanique Frédéric Barberousse assoit son pouvoir avec la paix de Constance (1183). L’Empire pacifié, il décide de prendre la Croix à la diète de Mayence, en 1188.

1186-89 : en Occident, la lutte fait rage au sein de la dynastie Plantagenêt, entre le roi Henri et son fils Richard. Ce dernier est soutenu par le roi de France, Philippe II Auguste. En juillet 1189, Richard Cœur de Lion monte sur le trône d’Angleterre et décide d’honorer le vœu de croisade de son père.

La Troisième croisade

1187-1192 : le pape Grégoire VIII, puis son successeur Etienne III, appellent à la croisade après le choc de la nouvelle de la reconquête de Jérusalem par Saladin. Philippe Auguste et Richard Cœur de Lion partent ensemble, mais leur rivalité explose lors de leur escale en Sicile en 1190. La même année, en mars, Frédéric Barberousse se noie dans les Dardanelles. En 1191, après avoir mis la main sur Chypre, Richard Cœur de Lion prend Acre avec le roi de France ; en septembre, il bat Saladin à Arsouf. Entretemps, Philippe Auguste est rentré dans son royaume.  L’année 1192 voit la lutte continuer entre le souverain anglais, qui hésite toujours à attaquer Jérusalem, et un Saladin vieillissant. Après avoir signé une trêve avec le sultan, Richard rentre en Occident où son frère Jean et Philippe ont bien profité de son absence…

1193 : mort de Saladin. L’empire ayyûbide entre dans une grande période de divisions.

La Quatrième croisade

1198-1204 : le pape Innocent III n’a aucunement l’intention de respecter les accords signés entre Richard Cœur de Lion et Saladin, et il appelle à nouveau à la croisade. Cependant, celle-ci a du mal à se monter et les croisés doivent demander l’aide de Venise. Sous l’influence du doge Dandolo, la croisade est alors détournée, d’abord sur Zara (1202), puis sur Constantinople, à nouveau en proie aux divisions. La « deuxième Rome » est prise et pillée le 13 avril 1204, l’Empire byzantin est disloqué, le divorce entre catholiques et orthodoxe consommé.

1204-1211 : en Terre sainte, la situation est contrastée. Chaque camp est divisé. Du côté latin, les Ordres militaires poussent à ne pas respecter les trêves et chaque prétexte est bon pour attaquer des places ennemies. Côté musulman, les successeurs de Saladin se déchirent, fragilisant l’empire créé par le sultan au moment où, à l’Est, un danger gronde…

1206-1227 : conquêtes des Mongols de Gengis Khan en Asie.

1209 : croisade contre les Albigeois. La priorité n’est plus l’Orient pour les souverains occidentaux.

1212 : parmi d’autres pèlerinages guerriers mineurs, ou originaux, se distingue la croisade des enfants. Elle concerne des jeunes gens venus de France ou de l’Empire qui, pris d’une sorte de fièvre mystique, décident de partir pour Jérusalem. La plupart finissent vendus comme esclaves ou s’arrêtent en chemin, mais l’esprit de la croisade est un temps ranimé. La même année est marquée par la victoire décisive des Espagnols sur les Almohades à Las Navas de Tolosa, qui annonce l’avancée inexorable de la Reconquista.

La Cinquième croisade

1213-1221 : Innocent III tient absolument à réparer le fiasco de la Quatrième croisade. Il réunit un concile à Latran en ce sens, en 1213. Une fois encore, les volontaires ne sont pas légion, dans un contexte de guerre mêlant France, Angleterre et Empire (victoire française de Bouvines, 1214). Innocent III meurt en 1216, et son successeur Honorius III relance l’appel. L’empereur Frédéric II se fait désirer, c’est donc Léopold VI d’Autriche qui mène la croisade, une fois encore sans souverain majeur. Profitant des divisions chez les musulmans, les croisés prennent Damiette, en Egypte, en 1219. Cependant, trop isolés, ils doivent abandonner leur conquête dès 1221…

La Sixième croisade

1215-1229 : élu empereur en 1215, Frédéric II repousse sans cesse son départ en croisade, malgré les pressions du pape. Finalement, Grégoire IX l’excommunie en 1227 ! Frédéric II part tout de même l’année suivante pour la Terre sainte, où il se retrouve au milieu des rivalités entre barons et face à l’hostilité des Ordres militaires, les Teutoniques exceptés. Habilement, il joue des faiblesses ayyûbides pour négocier un traité, signé à Jaffa le 18 février 1229 ; c’est une grande victoire diplomatique puisqu’il parvient à récupérer Jérusalem ! Il s’y rend en mars pour son pèlerinage et être couronné, puis rentre en Occident.

1239-1240 : le pape Grégoire IX envoie le comte de Champagne, Thibaud IV, protéger Jérusalem. Les tensions grandissent, à la fois entre les Ordres et les partisans de Frédéric II, et entre les Francs et les Syriens.

1243 : les Mongols défont les Seldjoukides à Kose Dagh, en Anatolie.

1244 : le sultan al-Salîh se sert des Khwarezmiens, qui fuient les Mongols, pour reprendre Jérusalem de force le 23 août. Le 17 octobre de la même année, l’essentiel de l’armée franque est détruit. Le roi de France, Louis IX, décide de se croiser.

La Septième croisade

1248-1254 : partie d’Aigues-Mortes, la croisade de Louis IX débarque en Egypte et prend à son tour Damiette, en 1249. L’armée croisée est toutefois battue à Mansourah l’année suivante par le mamelouk Baybars ; Louis IX est fait prisonnier. Libéré contre une forte rançon, il doit rendre Damiette. Il décide tout de même de se rendre dans les Etats latins, où il reste jusqu’en 1254.

1250 : les Mamelouks assassinent Turân Shah et mettent la main sur l’Egypte. Les Ayyûbides gardent la Syrie.

1256-1264 : les rivalités atteignent leur paroxysme chez les Latins, avec des luttes d’influence entre barons, Templiers et Hospitaliers, auxquels se mêlent les cités italiennes de Gênes et Venise, qui se disputent le contrôle de la Méditerranée orientale. C’est la guerre de Saint-Sabas (du nom d’un monastère d’Acre), essentiellement navale, et dont les enjeux sont Tyr et Acre.

1258 : les Mongols rasent Bagdad et exécutent le calife abbasside !

1259 : les Mamelouks arrêtent les Mongols à Aïn Jalût, et s’approprient la Syrie ayyûbide.

1260-1271 : Baybars devient le sultan des Mamelouks. Il prend aux Francs : Césarée, Arsouf, et surtout Antioche (1268) et le Krak (1271).

1261 : Michel Paléologue reprend Constantinople aux Latins.

1266 : Charles d’Anjou roi de Sicile.

1267 : Louis IX prend à nouveau la Croix.

La Huitième croisade

1270 : conseillé par son frère Charles d’Anjou, le roi de France attaque la Tunisie. Mais le camp croisé est décimé par la maladie lors du siège de Tunis, et Louis IX lui-même décède le 25 août.

1272 : le prince Edouard d’Angleterre, censé être le renfort de Louis IX, débarque en Terre sainte pour quelques chevauchées sans succès. Il fait rapidement demi-tour…

1277 : mort de Baybars, et répit pour les Latins.

1278 : Charles d’Anjou se fait sacrer roi de Jérusalem.

1282-1285 : les Vêpres siciliennes ont des conséquences jusqu’en Terre sainte, où les Angevins sont en difficulté face aux Italiens. La guerre reprend entre Acre et Tripoli. Le sultan mamelouk Qalawûn en profite pour prendre cette dernière en 1289.

1291 : le successeur de Qalawûn, al-Ashraf Khalil, après Tyr, prend Acre suite à un siège de cinq semaines. C’est la fin des Etats latins en Terre sainte.

1297 : Louis IX est canonisé, il devient Saint Louis.

1453 : les Ottomans prennent Constantinople.

1461 : fin de l’Empire grec de Trébizonde, vaincu par les Turcs.

1492 : prise de Grenade par les Rois Catholiques : fin de la Reconquista.

1517 : les Ottomans chassent les Mamelouks d’Egypte.

1571 : bataille de Lépante. La même année, la dernière place franque d’Orient, Chypre, tombe à son tour.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire