Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Histoire Universelle Les héros grecs en Mer Noire

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Les héros grecs en Mer Noire

Mer_Noire_amazoneAvant même d’être nommée « Pont-Euxin » la Mer Noire était évoquée par les Grecs comme « celle qui est malveillante envers les étrangers»… Et effet, battue par des vents contraires, quasi innavigable en hiver, sans port de relais, bordée de peuples barbares, la Mer Noire est réellement vu comme un confins hostile, directement reliée au terrifiant océan qui encercle le monde. Les récits des premiers commerçants aventureux, mêlés de fantasmes, feront de ce territoire le terreau de nombreux mythes où se croisent Hercule, Achille aux pieds rapides, la princesse Iphigénie, Argos le navire parlant et ses téméraires occupants ou encore les terrifiantes et fascinantes Amazones.

 

Un confins hostile

La Mer Noire fut pour les Grecs de l’époque archaïque la limite Nord du monde connu. On ne connaissait pas ses limites et, comme le rapporte Hérodote, on pensait alors qu’elle n’était que le golfe de l’Océan qui encerclait le monde. Cette Mer était d’un accès difficile par les détroits des Dardanelles et du Bosphore battus par des vents contraires. En période hivernale la mer était trop mauvaise pour permettre une navigation sûre. Les marins manquaient aussi de ports d’attache avant le VIème siècle av J-C faute de comptoir et même d’îles pour accoster. Les côtes de l’Ouest étaient occupées par les Thraces, celle de l’Est et du Sud par divers peuples indépendants dont les puissants Colchides dans la plaine de l’Est. Sa plaine fait exception sur ces côtes de l’Est et du Sud où la bande côtière est très étroite, rapidement coupée par d’imposantes montagnes. Au Nord la côte semblait inoccupée, si ce n’est par les Taures dans les montagnes de Crimée. Mais plus profond dans les terres se trouvaient les Scythes et les Cimmériens, peuples d’éleveurs nomades connus pour leur excellents archers montés et leurs razzias. Enfin, comme pour compléter ce tableau de terre hostile la Mer Noire est généralement brumeuse… Ce qui ne fait qu’accentuer la dangerosité de la navigation… D’ailleurs la Mer Noire que les Scythes appelaient « Axaîna » (l’indigo) est appelée par les Grec « Aixeinos » (l’inamicale aux étrangers). Ce n’est qu’après la colonisation des côtes que cette mer, comme pour conjurer le sort, sera renommée « Pontos Euxinos» (la mer amicale).

Le pays de la Toison d’or

Mer_Noire_toison_d_or

Néanmoins, avant même le VIème siècle av J-C quelques objets grecs arrivent sur la côte Nord qui laissent supposer que d’hardis marins se sont laissés entrainer dans cette Odyssée. Les premiers récits servirent de terreaux à plusieurs mythes, en particulier à celui de Jason et des Argonautes. A bord de l’Argos et accompagné de l’élite héroïque grecque Jason aurait atteint la plaine orientale de Colchide pour y voler la fameuse Toison d’or après avoir terrassé une hydre. Lors de cette expédition nous retrouvons entre autres Atalante, Castor, Nestor, Hercule… Pas moins d’une cinquantaine d’hommes et de héros de sang divins ! Ce mythe s’inspire de l’immense richesse, en grande partie surestimée, de cette région. Néanmoins, même si elle est parfois surestimée la richesse de cette région n’est pas totalement mythologique puisque la Colchide est connue pour ses mines de fer, de cuivre et… d’or !

 

Le fantasme des Amazones

Les peuples qui occupaient les littoraux de la Mer Noire n’étaient pas hellénisés et étaient donc considérés comme barbares. D’autant que ces peuples étaient vus comme marginaux, au sens de vivant aux marges du monde. Autour de ces peuples peu connus se tissèrent de nombreux fantasmes dont celui des fameuses guerrières Amazones, localisées en Colchide mais dont l’adresse équestre et les qualités en archerie (elles s’amputaient pour cela d’un sein) ne peuvent manquer de faire penser aux Scythes et aux Cimmériens. Les Amazones sont vues comme de farouches guerrières qui ne côtoient les hommes qu’une fois l’an en vue de procréer et d’entretenir leur tribu. Si le peuple des Amazones est, jusqu’à preuve du contraire, mythologique, il met le doigt sur une certaine admiration pour les grands peuples nomades mêlée d’un fantasme du monde barbare où la femme n’a plus la place qui lui ai attribuée dans le monde grec civilisé.

Le dernier repos d’Achille
Mer_Noire_Achilles_2

Etrangement Achille, héros de l’Iliade, surpasse son statut de héros littéraire pour devenir en Mer Noire une véritable divinité. Non seulement une divinité, mais la principale divinité des colons qui s’installent sur tout le pourtour de cette mère dès le VIème siècle av JC. Le centre de ce culte héroïque original se trouve sur la seule île de grande taille, Leuké, au Nord-Ouest de la mer. On suppose que les premiers colons qui naviguaient dans ce qu’ils croyaient être un océan, virent soudain à travers la brume déchirée apparaître une île, la seule véritable île de ce désert maritime ! Emerveillés ils l’identifièrent comme la mythique île des Bienheureux où reposait le défunt Achille, le plus grand des guerriers. Un sanctuaire lui fut consacré.

Cette Mer, que la nature rendait hostile tant que les vents et courants ne furent pas parfaitement connus, environnée de peuples barbares et mal connus fut donc jusqu’au VIème siècle avant J-C une terre mythologique où se croisèrent de temples en récits les plus grandes figures héroïques comme : Achille, Jason, l’ensemble des Argonautes, mais aussi les Amazones… Une figure féminine tranche néanmoins avec celle de ces guerrières, c’est celle d’Iphigénie. Cette princesse, sacrifiée pour que le vent pousse la flotte achéenne sur Troie, fit l’objet d’un culte en Crimée et tout spécialement dans la cité de Chersonèse. Elle est, avec Achille, l’un de ces exemples atypiques et propres à cette région de héros littéraires réellement divinisés. D’ailleurs Iphigénie est même identifiée à la principale déesse des Taures, peuple local voisin de la cité. Euripide rendit témoignage de cette particularité dans son « Iphigénie en Tauride ».

 

Pour s'initier à la mythologie grecque

- Belfiore J-C, Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine - Nouvelle présentation, Larousse, 2010.

- Commelin P, Mythologie grecque et romaine, Etudes poche, 2002 (réed).

- Hamilton E, La Mythologie, ses dieux, ses héros, ses légendes, Editions Marabout, 2007.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire