Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Histoire Universelle La fin du Congrès de Vienne (9 juin 1815)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

La fin du Congrès de Vienne (9 juin 1815)

Congres_de_vienne9 Juin 1815, à Vienne prend fin le plus important congrès diplomatique du jeune XIXe siècle. Le traité qui en résulte doit mettre un terme définitif aux troubles continentaux hérités de la Révolution Française et instaurer un équilibre européen. Tout à débuté en novembre 1814, lorsque la question de la réorganisation de l’Europe suite à la défaite du 1er Empire (qui ne sera acquise définitivement qu’en juin suivant) s’est faite une fois de plus pressante. Signe de la vigueur renouvelée de la maison d’Autriche, le congrès envisagé se réunit à Vienne. C’est notamment là le résultat du talent et de l’activisme du prince Metternich , ancien ambassadeur à Paris et alors chancelier.

 

Sont conviés à Vienne des représentants des principales puissances de l’époque : Royaume Uni, Royaume de Prusse, Empire de Russie…quant à la France elle est notamment représentée par Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord qui après une brillante carrière politique sous l’Empire s’est rallié aux Bourbons. Enfin d’autres états de moindre importance assistent également au Congrès comme la Suède, les Etats du Pape ou le Royaume de Piémont-Sardaigne.

Le congrès de Vienne : un nouvel équilibre européen

Il apparaît rapidement que St-Petersbourg, Berlin, Vienne et Londres mènent l’essentiel des négociations. Deux camps semblent à première vue s’opposer. Russie et Prusse, puissances dynamiques (et relativement jeunes) mettent en avant un agenda expansionniste. L’Autriche et le Royaume-Uni sont, pour des raisons différentes, partisanes d’un certain équilibre. Ce clivage permettra aux négociateurs français de sortir d’une situation a priori très défavorable.

Au final l’Ordre de Vienne favorisera les options Austro-Britanniques. Aux exigences d’équilibre des puissances et du maintien de l’ordre ancien sont sacrifiés des principes issus de la Révolution Française, dont au tout premier chef, celui de nationalité.

Face à une France ramenée à peu de choses près à ses frontières de 1791, sont érigés des territoires ou des états censés en limiter tout expansionnisme. Ainsi l’actuelle Belgique, pays catholique, est attribuée aux anciennes Provinces-Unies qui deviennent le Royaume des Pays-Bas. Une grande partie de la Rhénanie et de la Westphalie passent sous domination de la Prusse. Quant au Piémont, il obtient Gènes et la côte Ligure, tout en récupérant la Savoie.

La carte politique de l’Allemagne, déjà bouleversée par l’abolition du Saint Empire Romain Germanique (1806) est remaniée, simplifiée par la création d’une Confédération Germanique. Berlin s’y taille la part du lion et profite avec Vienne et St Petersbourg d’un nouveau partage de la Pologne (le 4ème en près de 40 ans ! ).

Le Royaume-Uni, s’il n’a pas obtenu d’importantes concessions territoriales (si ce n’est l’agrandissement du Hanovre), n’en a pas moins renforcé son emprise sur les mers en gardant le contrôle de Malte et d’Helgoland.

Au final, le traité de Vienne semble poser les bases d’un ordre continental stable, mettant un point final aux bouleversements post révolutionnaires. Les idées libérales réprouvées par la quasi-totalité des puissances d’alors, sont condamnées à s’exprimer dans la clandestinité, notamment par le biais de sociétés secrètes (comme la Charbonnerie). Elles reviendront pourtant sur le devant de la scène à peine 15 ans plus tard, en 1830.

Pour aller plus loin

- Le congrès de Vienne : L'Europe contre la France, 1812-1815 de Jacques-Alain de Sédouy. Perrin, 2003.

- Talleyrand au congrès de Vienne, 1814-1815 de Guglielmo Ferrero. Fallois, 1993.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire