Rechercher dans le site
Catégories
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Films/Séries Films La section perdue - Tournage

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

La section perdue - Tournage

 

lsp-Affiche2.0

1954, dans la chaleur moite et étouffante de ce mois de mars, une poignée de soldats français exténués remonte une rivière tonkinoise. Une explosion ! Le mitrailleur s’écroule, l’eau rougie… Les balles soulèvent des gerbes d’eau, la riposte est immédiate, l’élément de tête ouvre le feu en direction du tireur embusqué, la jungle devient muette. Tout va très vite, le Doc est déjà sur le mitrailleur et constate sa mort, impuissant. On récupère le fusil mitrailleur, les munitions, la mort dans l’âme le corps est piégé et la course folle reprend. Une course à la vie, la mort aux trousses, dans cette jungle hostile où chaque racine peut cacher un piège, chaque arbre un ennemi… Essuyant d’un revers de manche la sueur qui dégouline sur leur front, les rescapés remontent les pentes escarpées du talweg, au loin une explosion résonne : un Vietminh a certainement sauté avec le cadavre piégé de leur camarade. « Coupez ! » Les caméramans reprennent leur souffle, le preneur de son repose sa perche : Bienvenue sur le tournage de « La section perdue ».

 

 

Synopsis

Après « Cette nuit là » et « La Faute », Philipe Debost donne vie à ce scénario né durant son service militaire et longuement murit depuis : après avoir repoussé un rude assaut, la section du Ltn d’Hubert reçoit l’ordre de quitter l’avant poste de Dao Banh pour rejoindre les lignes françaises dans la vallée de Muong Than. Au moins cinq jours de marche les attendent, cinq jours dans une jungle hostile, traqués par un Vietminh à la fois insaisissable et omniprésent.

Les hommes ont des profils très différents : ancien de la Légion de Volontaire Français au service de l’Allemagne, exilé du franquisme ou engagé volontaire d’origine polonaise… Tous vont marcher ensemble sous les ordres du Chef Berry, briscard de tous les derniers conflits, et du Lth d’Hubert, jeune sortit des écoles parti volontairement en Indo pour se lancer dans ce qu’il considère comme une croisade contre la menace communiste.

Peu survivront à cette odyssée des temps moderne, mais à travers cette tragédie Philippe Debost cherchera à souligner les motivations et le sacrifice de ces soldats dont la mémoire est trop souvent bafouée sous prétexte « d’anticolonialisme bien pensant ».

LSP-dodge

Le nouveau projet de la LADE PROD

A la tête de la LADE PROD, structure de production audiovisuelle indépendante, Philippe Debost se donne les moyens de réaliser son ambitieux projet : réaliser un moyen métrage sur la guerre d’Indochine qu’il considère comme le dernier conflit chevaleresque.

Avec son collaborateur, Pierre Bonnet, ils obtiennent le soutient moral et financier de plusieurs associations d’anciens combattants et de la collectivité départementale séduites par cette façon de mettre en lumière un épisode clef de notre Histoire : les guerres de décolonisation. Philippe Debost s’adjoint les services de Marie Anglade, Yoann Combronde, Cédric Oléon et Patrice Darnay respectivement pour la réalisation du making of, le suivi photo du tournage, la prise de son et la pyrotechnique. Côté acteurs le réalisateur a fait le choix de recruter quasi essentiellement des camarades issus de la Réserve opérationnelle de l’armée de terre, plus habitués à endosser l’uniforme, à progresser tactiquement, à manipuler de l’armement et à réagir quand un coup de feu éclate. Car un des points crucial recherché est le réalisme et cela passe par le naturel des acteurs mais aussi par la minutieuse exactitude du matériel utilisé (grâce aux prêts de nombreux collectionneurs).

LSP-effet_ancien-0837C’est pour ce réalisme que Philippe Debost filme quasi chronologiquement et le résultat est là : de jour en jour les visages des acteurs se transforment, les barbes poussent, la fatigue creuse les visages, cerne les yeux, exacerbe les sentiments… Mélancolie, désespoir, colère semblent parfois plus vrais que nature…

Après une semaine de tournage dans l’Allier en juillet, il reste à l’équipe une scène de combat, une scène de largage de colis par un Dakota et une scène du retour en France du survivant (là encore les véhicules d’époques seront gracieusement fournis par de nombreux collectionneurs).

D’ors et déjà l’équipe travaille sur le montage du film tandis que le talentueux Alone, compositeur Clermontois, assurera la bande musicale. Très prochainement Philippe Debost nous dévoilera la bande annonce de ce court métrage qui devrait être diffusé en avant première à Saint-Germain-des-fossés à côté de Vichy en février 2011, pour la sortie du DVD, avant de partir à la conquête des festivals des courts et moyens métrages puis du petit écran !

Toujours sur la brèche, l’équipe de rédaction d’HPT suivra avec attention ce projet courageux et nécessaire dans une époque où la mort du général Bigeard passe quasiment inaperçue à côté de celle d’un chanteur de pop anglo-saxonne quelques temps auparavant.

CASTING

groupe

 

 

Lieutenant D'HUBERT : Fabien PACCAUD

 

Sergent-Chef BERRY : Jean-Yves  CASTELAIN

 

Caporal-Chef DEVESO "Doc" : Sergio  PARAFITA

 

Sergent KLEBER : Patrick COFFY

 

Soldat Eddie ALBERT, le radio : Anton IVANOV

 

Soldat GERVAIS, tireur FM : Yoann COMBRONDE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LSP-explo

 

 

 

 

- Pour contacter la production :   Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Le site internet du film (en construction)

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire