Le char dans l'Antiquité

Discussions et échanges autour de l'antiquité, de l'invention de l'écriture à la fin de l'Empire Romain d'Occident.

Le char dans l'Antiquité

Messagepar antharic » 14 Sep 2013, 11:54

A l'époque du Bronze ,le char est une arme courante et terriblement efficace et se décline par "nationalités" : le char égyptien - léger - des troupes du Nouvel Empire ,le char hittite, plus lourd avec trois hommes d'équipage,le char kassite (peuples aux lointaines origines indo-européennes) de Babylonie ou celui encore des Assyriens (3 ou 4 hommes d'équipage ?). Plus récemment,les Celtes en font un usage massif aussi bien sur le continent qu'en Bretagne; Joêl Schmidt (les Gaulois contre les Romains) évoque plus de vingt mille chars à la bataille de l' Allia ,des milliers encore à celle de Cluses (clusium). C'est que le char allie deux atouts considérables à cette époque: le cheval et l'archer ("arme de destruction massive"). Parfois, un lanceur de javelinnes s'associe à cette aéropage. Il faut imaginer le tumulte épouvantable de chars galopant à toute allure (jusqu' à 40 km pour le char égyptien !),soulevant des nuages de poussière, dans un bruit fracassant,à une vitesse de l'éclair, tandis que l'archer ou le lanceur de javelines décoche ses traits avec une précision et une efficacité mortelles.L'impact ,tant psychologique que matérielle sur l'infanterie devait être terrible.

- comment et pourquoi selon vous le char a disparu au début du premier Millénaire avt JC - utlisé PLUS TARDIVEMENT slt par les Celtes à ma connaissance et en Orient par les Indiens ( face à Alexandre Le Grand-bataille de l' Hydaspe) et peut être par les Perses (le fameux char à faux) mais de façon plus parcimonieuse - des champs de bataille,des armées "européennes" ou moyen-orientales ?

J'ai lu qqe part que les Assyriens le remplacèrent par un usage plus massif de la cavalerie légère (archers montés) ,à quelle époque,si qqn a des infos là-dessus ...Le char était il devenu un instrument de guerre dépassé ?
Qui vincit non est victor nisi victus faetur
Avatar de l’utilisateur
antharic
 
Messages: 489
Inscrit le: 16 Oct 2011, 17:57
Localisation: paris

Messagepar Atrahasis » 14 Sep 2013, 14:00

Je n'ai pas souvenir d'un tel constat. Si mes souvenirs sont bons, et pour le cas du Proche-Orient, les chars ne sont pas moins présents dans les témoignages épigraphiques ou scripturaires au premier qu'au deuxième millénaire. Tu dis que les assyriens ont remplacé le char par la cavalerie, je m'en étonne car de toute façon les deux ont une fonction clairement distincte l'une de l'autre. Après, faut voir…
« Lorsque vous avez éliminé l’impossible, ce qui reste, si improbable soit-il, est nécessairement la vérité. »

de sir Arthur Conan Doyle
Le signe des Quatre
Avatar de l’utilisateur
Atrahasis
 
Messages: 843
Inscrit le: 08 Juil 2011, 16:16

Messagepar Théodare » 14 Sep 2013, 14:12

Le char ne pouvait être utilisé que sur un terrain plat et sans obstacles, c'est pourquoi Darius fait déblayer une partie du terrain avant la bataille de Bataille de Gaugamèles, mais Alexandre ne tomba pas dans le piège et il fit partiellement pivoter son armée.
Il était donc bien moins polyvalent que la cavalerie.

A l'époque d'utilisation du char les chevaux étaient encore trop chétifs pour supporter longtemps le poid d'un homme. En revanche avec l'apparition de races chevalines plus solide (et la relative diminution du poid des cavaliers d'après Wikipédia) il devint possible de monter directement à califourchon. Le char était également un instrument généralement plus coûteux que le cavalier.
Il est longtemps resté un instrument de prestige et de parade.

L'impact ,tant psychologique que matérielle sur l'infanterie devait être terrible.

Certes, mais avec des archers, javeliniers ou des frondeurs suffisamment entraînés une attaque de chars pouvait être mise en échec si je me souvient bien..., D'autres fois l'ennemi ouvrait tout simplement ses rangs pour laisser passer les chars, laissant le soin à l'infanterie légère de les neutraliser en toute tranquillité une fois encerclés.
Avatar de l’utilisateur
Théodare
 
Messages: 159
Inscrit le: 22 Déc 2012, 14:48

Messagepar antharic » 14 Sep 2013, 15:43

"D'autres fois l'ennemi ouvrait tout simplement ses rangs pour laisser passer les chars, laissant le soin à l'infanterie légère de les neutraliser en toute tranquillité une fois encerclés".

- le film Alexandre le Grand de Ridley Scot est très instructif là-dessus: on y voit bien comment les peltastes s'y prennent ay débutr de la bataille de Gaugameles pour désarçonner leur conducteur. Mais le char à faux de Darius vise un contact frontal pour provoquer le maximum de dégâts parmi les porteurs de sarisses macédoniens.

[/quote]i]A l'époque d'utilisation du char les chevaux étaient encore trop chétifs pour supporter longtemps le poid d'un homme"[/i]

- humm...j'ai des doutes: les Scytrhes,les Cimmériens possédaient une cavalerie très nombreuse mais pas de chars de combat.

"Il est longtemps resté un instrument de prestige et de parade."

- la preuve que non, par l' Histoire: à la bataille de Qadesh (Egyptiens contre Hittites) au 13° avt jc, ce sont des centaines,des milliers de chars qui se font face. il est une arme fréquente.

"Tu dis que les assyriens ont remplacé le char par la cavalerie, je m'en étonne car de toute façon les deux ont une fonction clairement distincte l'une de l'autre. Après, faut voir…

- effectivement,la cavalerie se substitue progressivement au char ss les Assyriens: une évolution liée à des progrès pour mieux monter les cheveaux ? A voir.C'est vrai que le char est en général peu maniable,ce n'est pas le cas des chars mitaniens ou égyptiens: un documentaire sur Arte a montré récemment la technique utilisée, consistant à s'approcher des lignes de fantassins, puis à les contourner en les assaillant de flèches. Un schéma identique à la "flèche du Parthe"..Le char égyptien était très souple,très rapide tout en assurant à l'archer un confort pour décocher ses flèches.
Qui vincit non est victor nisi victus faetur
Avatar de l’utilisateur
antharic
 
Messages: 489
Inscrit le: 16 Oct 2011, 17:57
Localisation: paris

Messagepar Théodare » 14 Sep 2013, 17:09

la preuve que non, par l' Histoire: à la bataille de Qadesh (Egyptiens contre Hittites) au 13° avt jc, ce sont des centaines,des milliers de chars qui se font face. il est une arme fréquente.

Je parlais pour l'époque grecque( d’Alexandre plus précisément) et romaine. ;)

Mais le char à faux de Darius vise un contact frontal pour provoquer le maximum de dégâts parmi les porteurs de sarisses macédoniens.
J'ai du mal à croire qu'un char lancé contre une forêt de piques puisse faire autre chose que se faire embrocher. Du moment que les hommes sont bien entraînés et disciplinés la formation tient. La cavalerie n'a guère de chance au choc frontale contre des fantassins décidés.

humm...j'ai des doutes: les Scytrhes,les Cimmériens possédaient une cavalerie très nombreuse mais pas de chars de combat.
Il s'agissait de peuples d'origine nomades. Je parlais pour les civilisations sédentaires du pourtour de la méditerranée et du moyen orient. D’ailleurs à cette époque l'utilisation du char déclinait déja.
Avatar de l’utilisateur
Théodare
 
Messages: 159
Inscrit le: 22 Déc 2012, 14:48

Messagepar Eugenius » 14 Sep 2013, 20:16

J'irais plutôt dans le sens de Théodare.
Il me semble que tout dépend en fait de l'époque concernée. L'histoire militaire est dialectique, perpétuellement l'antithèse l'emporta sur la thèse, elle-même vaincue un peu plus tard par la résurgence de la thèse, que ce soit dans le couple infanterie / cavalerie, arme de pénétration / blindage, armement lourd / armement léger, guerre de mobilité / guerre de position, etc.
J'ai vu par ailleurs le très intéressant documentaire d'Arte sur le char égyptien et sa reconstitution moderne, superbe et minutieux travail international et local.
J'ai lu dans le temps des choses sur le sujet dans son ensemble, mais je ne sais plus très bien quoi. Envers une infanterie légère et sans forte cohésion, le char rapide fut une supériorité ; mais la phalange d'infanterie macédonienne, puis la légion romaine qui perfectionna encore son effet de bloc et de rouleau compresseur balayèrent les cavaleries légères et brisèrent les attaques de chars. A la fin de l'empire romain, les cataphractes cuirassés à cheval des Sassanides et l'armement lourd des Germains rendirent la légion inopérante à son tour. Bien plus tard, les chevaliers en armure français se firent clouer par les archers à pied anglais, et revinrent les carrés serrés des lansquenets suisses et des tercios espagnols, etc.
C'est tout à fait fascinant, et ça continue de nos jours...
Eugenius
 
Messages: 38
Inscrit le: 05 Aoû 2013, 09:18

Messagepar Eginhard 38 » 15 Sep 2013, 17:03

antharic a écrit:Mais le char à faux de Darius vise un contact frontal pour provoquer le maximum de dégâts parmi les porteurs de sarisses macédoniens.


À ce sujet, je suis dubitatif sur cette tactique. Un attelage n'aurait eu aucune chance d'enfoncer un mur de sarisses (dont les cinq ou six premiers rangs peuvent pointer en avant de la formation), les chevaux ne se seraient jamais approchés de cette forêt de piques (deux mille ans après Alexandre, la cavalerie avait rarement plus de succès pour enfoncer des carrés pourtant moins impressionnants). Dans la mesure où cette scène du film d'Oliver Stone me semble pourtant réalisée conformément à ce que disent les sources antiques sur cette bataille, quelque chose doit m'échapper je pense...
In hoc signo vinces, coin coin ! - http://leseigneurdesoiseaux.blogspot.com/
Avatar de l’utilisateur
Eginhard 38
 
Messages: 1537
Inscrit le: 20 Sep 2009, 12:52
Localisation: Lyon

Messagepar Desaix » 15 Sep 2013, 20:54

En ce qui concerne les Celtes du continent il me semble que le char est avant tout un objet de prestige et un moyen de locomotion, et pas tellement un engin de combat. Les riches guerriers l'utilisaient pour ce faire déposer dans la mêlée où ils souhaitaient, et ne combattait pas sur le char. Une sorte d'infanterie mécanisée en quelques sortes... A vérifier.
"La guerre ! C'est une chose trop grave pour la confier à des militaires."
Georges Clemenceau
Avatar de l’utilisateur
Desaix
 
Messages: 4402
Inscrit le: 17 Fév 2010, 21:16

Messagepar Diviacus » 15 Sep 2013, 21:46

Desaix a écrit:En ce qui concerne les Celtes du continent il me semble que le char est avant tout un objet de prestige et un moyen de locomotion, et pas tellement un engin de combat. Les riches guerriers l'utilisaient pour ce faire déposer dans la mêlée où ils souhaitaient, et ne combattait pas sur le char. Une sorte d'infanterie mécanisée en quelques sortes... A vérifier.
Les Celtes du continent ont combattu avec leurs chars, mais ont cessé de les utiliser bien avant les Celtes insulaires. La dernière bataille connue au cours de laquelle ils les ont utilisés est la bataille de Telamon en 225 av. JC.
Diviacus
 
Messages: 195
Inscrit le: 18 Aoû 2010, 18:20

Messagepar antharic » 31 Déc 2013, 11:28

Eginhardt a raison: mise à part l'utilisation du char à faux par les Perses, le char est plus utilisé comme arme de rupture que de choc: en fait, il s'agirait d'ébranler l'infanterie adverse afin de créer un mouvement de rupture dans les rangs adverses(rappelons que les chars sont utilisés par centaines dans les armées du Bronze ancien (armées assyriennes,hittites,égyptiennes,...),ce qui permet ensuite la poursuite.L'utilisation plus récente chez les Celtes (Bretons) est différente: arme de prestige, qui sert à transporter des personnages de haut rang ou des encore troupes même si les avis des historiens (Drew) ne sont pas tranchés.

COMMENT expliquer le déclin de la charrerie à la fin de l' âge de Bronze: j'ai une partie de la réponse:
- l"amélioration de la race chevaline: des cheveaux plus forts,solides,plus rapides (premières unités combattants chez les Assyriens 8-7 ° siècle)donc plus performents.
-la dislocation des grands empires centralisés à la fin du Bronze ,notamment de l'Assyrie,de la Babylonie,...le déclin de L'Egypte...il existerait un lien entre "économies palatiales" et capacités financières ,fiscales pour l'entretien d'une imposante charrerie (ex: pour un char à deux roues,utilisation de 3-4 cheveaux avec les remplaçants)
- enfin, le développement d'une infanterie lourde (meilleur exemple: phalange grecque),compacte et fortement cuirassée qui rend impuissante et dangereuse (un cheval ne va pas naturellement au contact)l'utilisation des chars.
Qui vincit non est victor nisi victus faetur
Avatar de l’utilisateur
antharic
 
Messages: 489
Inscrit le: 16 Oct 2011, 17:57
Localisation: paris

Suivant



AUTRES MESSAGES SUR LE MEME THEME


Retour vers Histoire antique

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


cron