Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Guerres La guerre de Sept Ans (1756-1763)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

La guerre de Sept Ans (1756-1763)

Anglais versus français au QuébecLa France, qui s était battue «pour le roi de Prusse» durant la Guerre de la Succession d'Autriche, achevée en 1748, reprend les armes en 1756 pour une guerre de Sept Ans contre l'Angleterre, grande puissance maritime. Ce premier conflit à l'échelle mondiale car se déroulant en Europe et sur toutes les mers du globe, depuis les Antilles jusqu'aux Indes, débute par les succès de Montcalm au Canada avant de tourner au fiasco...

 La Guerre de Sept Ans, premier conflit à l'échelle mondiale

La paix instauré à l'issue de la Guerre de Succession d'Autriche avait laissé tous les belligérants sur leur faim. L'Autriche rêve de revanche sur la Prusse, la France, qui n'a tiré aucun bénéfice de ce conflit, est toujours sous la pression de l'Angleterre dans ses colonies. Face à cette menace, Choiseul, un des rares en France à avoir une vision mondiale des enjeux diplomatiques pousse la France à un retournement d'alliance avec l'Autriche. A Londres, le pendant anglais de Choiseul, William Pitt, soutient une politique d'expansion coloniale agressive et défend une position intransigeante vis à vis de la France.

Bataille de ZorndorfLes rivalités coloniales entre la France et l'Angleterre sont tel­les que, en 1755, les Anglais arraisonnent plusieurs centaines de bateaux de commerce français et s'allient en 1756 à la Prusse de Frédéric II, alors que Louis XV signe la même année avec Marie-Thérèse d'Autriche le traité de Versailles. C'est le début de la guerre de Sept Ans qui va se dérouler sur deux fronts : en Allemagne et outre-mer. En Allemagne, après l'invasion de la Saxe par Frédéric II et l'alliance de la France et de l'Autriche avec la Russie et la Suède, les Prussiens sont chassés de Bohême, battus à Kloster Zeven, puis victorieux à Rossbach et à Leuthen (1757). Puis, en 1759, les Russes écrasent l'armée prussienne à Kunersdorf et occupent Berlin en 1760. Mais l'avènement du germanophile tsar Pierre III amène la signature en 1762 d'une paix séparée entre la Russie et la Prusse.

Vers la victoire anglaise et le traité de Paris

chute de quebecLa France s'enlise alors dans un conflit qui se déroule fort mal, d'autant plus que, sur le deuxième théâtre d'opérations, les trou­pes françaises essuient défaite sur défaite : après avoir repris Minorque envahie par les Français, la flotte anglaise coupe la France de ses colonies. Au Canada, Montcalm, après avoir connu quelques succès, perd la vallée de Saint-Laurent, puis Québec, et se fait tuer à la bataille d'Abraham (159) ; Montréal capitule (1760). Aux Indes, Dupleix, gouverneur de Chandernagor, a consolidé auparavant les positions françaises auprès des princes locaux en échangeant une protection militaire entre des privilèges commerciaux accordés à la Compagnie des lies. Il combat d'abord efficacement les Anglais, la flotte de La Bourdonnais réussissant à s'emparer de Madras en 1746 ; mais Dupleix est rappelé en 1754, et les troupes françaises commandées par Thomas Lally, baron de Tollendal, en difficulté, sont contraintes de capituler à Pondichéry (1762). Enfin, alors que la France tente de s'appuyer sur l'Espagne, l'Angleterre occupe la Floride et Cuba.

Il faut se résigner à la négociation. Par le traité de Paris (février 1763), la France laisse à l'Angleterre le Canada, une partie de la Louisiane et des Antilles, ses possessions au Sénégal, et dédommage l'Espagne en lui cédant le reste de la Louisiane. La France garde la Martinique, la Guadeloupe et Saint-Domingue, mais ne conserve aux Indes que cinq comptoirs sans défense (Pondichéry, Chandernagor, Karikal, Mahé et Yanaon). Les Anglais ont désormais les mains libres.

Curieusement, la perte du premier empire colonial qui assurait notamment la prospérité des ports atlantiques (Bordeaux, La Rochelle, Nantes) laisse indifférente la grande majorité des élites françaises. Voltaire, bien mal inspiré, évoquera ainsi avec mépris les « quelques arpents de neige » (en parlant du Canada perdu). C'est pourtant l'issue de cette guerre qui va permettre à la thalassocratie britannique d'asseoir solidement et pour longtemps sa domination économique et politique sur le monde.

Bibliographie

La Guerre de Sept Ans : Histoire navale, politique et diplomatique, de Jonathan R. Dull, Jean-Yves Guioma. Les Perséides, 2009.

La guerre de Sept Ans en Nouvelle-France, de Laurent Veyssière et Bertrand Fonck. Pups, 2011.

La Guerre de Sept Ans (1756-1763), le premier conflit mondial. Mensuel Guerres & Histoire, octobre 2014

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire