Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Histoire de France Fondation de l'Université de Paris (15 janvier 1200)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Fondation de l'Université de Paris (15 janvier 1200)

blasonupLes deux premières décennies du XIIIè siècle voient naître un peu partout en Europe (en Occident chrétien pour être plus précis) un certain nombre d’universités, à Paris, Bologne, Oxford, Montpellier, Salamanque,…Elles sont un tournant dans l’histoire de l’enseignement, en étant marquées par une réelle autonomie, au contraire par exemple des écoles des monastères. Elles se dotent de règles propres, relativement indépendantes des autorités politiques et religieuses. De plus, leur essor est parallèle à celui des villes en cette période de « beau Moyen Age ».

 

 

La charte de Philippe Auguste

 

Si l’Université de Paris n’existe pas en tant que telle, maîtres et élèves sont déjà réunis dans la capitale, qui compte près de cent mille habitants, au sein de l’école de théologie de Notre-Dame, ou encore d’écoles privées. Les tensions et les rixes avec les bourgeois sont nombreuses, les débats houleux, et cela menace la sécurité au sein d’un Paris que le roi a décidé de favoriser et de chérir. Philippe Auguste décide donc de prendre les choses en main et accorde dans une charte du 15 janvier 1200, le « for ecclésiastique » à tous les membres de la corporation universitas magistrorum et scholarium Parisiensis, apparue à la fin du siècle précédent. C’est la naissance officielle de l’Université de Paris.

 

L'université de Paris, la plus prestigieuse de la Chrétienté

 

 

La charte de Philippe Auguste accorde aux membres de l’Université le statut spécifique de clerc : ils sont exemptés de taxes et de devoirs militaires, et ne dépendent que des tribunaux ecclésiastiques. Qui porte la main sur eux risque l’excommunication ! Elle est reconnue par le pape Innocent III (un ancien étudiant) en 1215, décision papale confirmée en 1231 par Grégoire IX. C’est Robert de Courçon qui l’organise, en posant ses statuts : droit d’exiger de ses membres un serment d’obéissance et d’exclure les récalcitrants ; droit de fixer l’organisation de l’enseignement et de recruter des maîtres, d’élire des responsables pour assurer l’application de ses statuts et la représenter devant les autres pouvoirs, et surtout droit de grève en cas de violation de ces statuts par le roi (le XVè siècle sera parcouru de grèves nombreuses, souvent de plusieurs mois) ! L’enseignement est divisé en quatre facultés (droit canon, médecine, théologie et arts libéraux) et les étudiants logés dans des collèges.

 

L’Université de Paris va voir son influence ne cesser de grandir tout au long de son histoire, souvent en pointe au niveau des idées et rebelle au niveau politique (surtout au XVè siècle), jusqu’à ce qu’elle se soumette à Louis XIV et rejette les idées de Descartes et des Lumières, tombant dans un certain conservatisme…La Révolution achèvera la « vieille » Université, et il faudra attendre la fin du XIXè siècle pour la voir renaître.

 

A lire :

 

-          N. CHEVASSUS-AU-LOUIS, « L’Université : laboratoire de la pensée médiévale », dans Les Cahiers de Science et Vie, n°114, décembre 2009, p 24-31.

 

-          F. MENANT, H. MARTIN, B. MERDRIGNAC, M. CHAUVIN, Les Capétiens : histoire et dictionnaire (987-1328), Robert Laffont, 1999.

 

-          J. FLORI, Philippe Auguste, Tallandier, 2007.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire