Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Histoire de France La Révolution française (1789)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

La Révolution française (1789)

david jeu de paumeEn 1989 était célébré la date du bicentenaire, d'un des évènements historiques les plus importants de l'histoire contemporaine Française, la Révolution Française de 1789, ciment d'une société moderne qui s'installe sur les ruines du monde aristocratique de l'Ancien Régime. Les aspirations à la liberté, à l'égalité et à la fraternité, termes utilisés pour la première fois par Maximilien de Robespierre, pose les jalons d'un système démocratique au sein d'une société nouvelle qui mettra toutefois cent ans « à apprivoiser les droits de l'homme et à fonder la République ». (François Furet).

 

Cet évènement singulier, de par son ampleur et ses conséquences, va conditionner durablement le système politique Français. En 1789, les Révolutionnaires Français renversent les vestiges de plus de 600 ans de règne de la monarchie de Droit Divin héritée de la dynastie Capétienne. Ses institutions sont détruites, un moyen parmi d'autres de montrer clairement une volonté de renverser les piliers d'un monde ancien sclérosé, touché par des crises économiques, sociales, politiques, pour lequel l'opinion publique de cette époque a perdu toute confiance et faisant ainsi de la Révolution le produit conjugué de la faim, de la peur et de l'espoir issu d'un siècle de tourmente. La révolution qui a baptisé ce qu'elle a détruit, « Ancien Régime » se présente comme une rupture avec le passé et se veut le point de départ d'un nouvel avenir. Mais sur quoi repose politiquement cette rupture ? Quelle est l'avenir politique de la France au lendemain de l'année 1789 ?

La Révolution Française : Des signes avant-coureurs dès avant 1789

La Révolution ne fut pas un événement soudain et inattendu comme il s'en produit rarement dans l'histoire, elle naît d'une lente mais progressive crise d'une société Française en perte de ses repères et surtout de sa confiance en son Roi. La crise naît de trois éléments fondamentaux. Le premier est qu'il s'agit d'un profond courant de contestation qui naît au XVIIIème et que l'on appelle plus communément, « le siècle des Lumières », gagnant l'esprit de nombreux Français aux idéaux des philosophes de cette époque. Tout au long du XVIIIème siècle, la contestation envers la monarchie s'intensifie de sorte qu'il est permis de penser que le règne de Louis XIV ait été le règne le plus long de l'histoire de la monarchie Française, mais aussi le plus puissant, parce qu'en effet, la monarchie ne retrouvera dès lors jamais plus sa grandeur d'antan. Après la mort de Louis XIV, le 1er septembre 1715, son successeur Louis XV, alors âgé de cinq ans, ne peut régner selon les lois fondamentales du royaume.

Après une première partie de règne relativement calme marquée par les gloires militaires, facteurs de renforcement du pouvoir royal, le roi Louis XV se trouve contesté et de plus en plus critiqué à partir de 1750. Il se heurte au parlement de Paris qui voulait contrôler les lois et donc limiter les pouvoirs du roi. Au delà d'une contestation de la personne royale, c'est une contestation de l'absolutisme qui se met en place. Le second point fondamental est le blocage des réformes. En effet depuis le milieu du XVIIIème siècle, l'Etat est au bord de la faillite et ses dettes ne cessent de s'accumuler. Pour résoudre ce problème grandissant, facteur d'instabilité, de nombreux ministres (Turgot, Necker entre autres) vont tenter de proposer des solutions diverses dans l'objectif de résoudre la crise financière, sans pour autant parvenir à des résultats, en obligeant les privilégiés a payé leurs impôts, provoquant la colère des nobles et des parlementaires. De telles sortes que la pression fait céder Louis XVI qui voit alors son pouvoir se fragiliser et la situation financière de la France s'aggraver.

etats generaux 1789Suite logique du fondement précédent, une crise économique et sociale s'installe. Les paysans acceptent de plus en plus mal la dureté des impôts et des droits seigneuriaux. La situation va se compliquer encore davantage avec des conditions climatiques catastrophiques à partir de 1785. Les récoltes sont dés lors insuffisantes, ce qui entraîne des disettes. L'augmentation du pain (aliment de base), le chômage grandissant provoquent des émeutes dans de nombreuses villes mêlant le mécontentement populaire à la contestation déjà apparente. La Révolution est en marche, pourtant, elle va être provoqué par un évènement ayant cherché le compromis mais n'y étant pas parvenu, ce sont les Etats-Généraux du 5 mai 1789. Pour sortir la monarchie de la crise financière, Louis XVI se résout à convoquer des Etats-Généraux au sein desquels les français vont pouvoir exprimer leurs doléances. (Plaintes). Le Tiers-Etat réclame l'égalité de justice et de l'impôt remettant en cause les principes même de la monarchie absolue et de ses privilèges.

1789 : La Révolution commence

serment du jeu de paumeLa Révolution Française de 1789 va bouleverser l'ordre politique et social traditionnel de la société Française. Les Révolutionnaires vont provoquer l'effondrement de la monarchie absolue qui découle de l'échec des Etats-Généraux réunis par Louis XVI. En effet, les députés du Tiers-Etat attendent du roi des réformes et qu'il laisse les Etats Généraux élaborer une constitution qui limiterait son pouvoir, comme c'est le cas en Angleterre depuis « la Glorieuse Révolution ». Ces députés remettent tout simplement en cause la monarchie Absolue. Mais le vote des Etats Généraux se fait normalement par ordre ce qui assure la majorité au clergé et à la noblesse (2 voix sur 3). Dès lors, le Tiers-Etats réclame un vote par tête, une voie par personne (le Tiers-Etat représente 98% environ de la population Française). N'obtenant rien du roi, les députés du Tiers-Etats, conscient de représenter l'immense majorité de la nation et soutenus par le peuple de Paris, se proclament en Assemblée Nationale : cet acte est le début fondateur de la Révolution. Le 20 juin, rejoints par les élus du bas clergé, les députés jurent de ne pas se séparer avant d'établir une constitution. Ce sont les mots de Mirabeau, « de ne jamais se séparer jusqu'à ce que la constitution du Royaume soit établie » et sa volonté s'exprime en ces termes, "Nous ne sortirons que par la force des baïonnettes". Le Roi cède et ordonne aux ordres privilégiés de se joindre au Tiers. L'Assemblée Nationale devient alors constituante. C'est la Révolution Politique.

Lallemand - Arrestation du gouverneur de la Bastille - 1790Toutefois ces évènements ne condamnent pas le roi Louis XVI, il tente de faire reculer l'Assemblée en concentrant une armée autour de Versailles. Le peuple de Paris se soulève alors pour soutenir cette Assemblée. Il crée une municipalité et lève une milice, la Garde Nationale commandé par le célèbre Marquis de Lafayette, « L'américain le plus Francophile de l'indépendance Américaine ». Pour s'armer, les parisiens prennent le 14 juillet 1789, la Bastille, une prison ou se trouve essentiellement des munitions, avec très peu de prisonniers, établis au nombre de sept. Bastille qui est le symbole de la monarchie absolue et plus précisément de l'arbitraire royal. Par suite, les villes de province se révoltent à leur tour : c'est la Révolution Populaire qui provoque le renversement de l'ordre social. Dans les campagnes, une peur s'installe. Celle d'un éventuel complot aristocratique. La rumeur que des brigands menacent les récoltes sème la panique. Du 20 juillet au 6 aout, c'est la « Grande Peur » qui se transforme en révolte. Les paysans s'attaquent aux châteaux et en détruisent les Terriers. Inquiets pour leurs biens, les députés décrètent l'abolition des privilèges en tout cas les plus humiliants, dans la nuit du 4 aout 1789 et par suite le 26 aout 1789 est adoptée par vote, la déclaration des droits de l'Homme et du citoyen : Ces deux votent prononcent la sentence, c'est la fin définitive de l'Ancien Régime. Le roi quant à lui refuse de reconnaître ces décrets, les patriotes parisiens, en colère, amènent de force la famille royale à Paris, le 6 octobre. Le roi doit accepter la Révolution.

L'espace d'un instant, la France a connu ce que l'Angleterre a vécu un siècle auparavant. Cette Révolution va donner à la France une nouvelle configuration politique marquant la fin définitive de l'Ancien Régime. Pour autant, une nuance doit être précisée. Les lendemains de la Révolution vont être difficiles, les soubresauts nombreux, ce sont « les lendemains qui déchantent ». La France va entrer dans une phase d'instabilité politique durable au moins jusqu'en 1799. Sur ce tableau, une ombre plane. Les opposants à la Révolution existent et préparent déjà leur revanche à l'Etranger. En cette fin de XVIIIème, il fuit par peur de subir les représailles des Français. Après 1789, la France va connaître une succession intense de régime politique jusqu'au coup d'Etat de Napoléon Bonaparte.

Bibliographie

- François FURET, La Révolution (1771-1814). Pluriel, 2011.

- Jean-Paul Bertaud, La Révolution Française, Tempus, 2004.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire