Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Histoire de France Robert le Fort, l'ancêtre héroïque des capétiens

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Robert le Fort, l'ancêtre héroïque des capétiens

mort de robert le fortA l'automne-été 866 (Le 2 juillet selon La Bessière dans sa Géographie du Maine-et-Loire, en réalité le 15 septembre du calendrier Julien et le 20-21 septembre du calendrier actuel), à Brissarthe, Robert le Fort, noble franc, comte de Tours et d'Anjou, comte de Poitou, abbé laïc de Marmoutier et de Saint-Martin-de-Tours, marquis de Neustrie disposant sur ce territoire d'un grand commandement contre les Vikings et les Bretons, meurt en affrontant les guerriers du Viking Hásteinn.

 

La bataille de Brissarthe

Les circonstances de cette mort sont relatées dans les Annales de Saint-Bertin et la chronique de Réginon de Prüm. : revenu en territoire franc, le chef viking Hásteinn s'introduit de nouveau dans la vallée de la Loire en 866, après avoir écumé la Garonne et la Charente. Ils attaquent et pillent Le Mans. Robert le Fort rassemble ses troupes et, accompagné des comtes Geoffroy et Hervé du Maine ainsi que du comte Ramnulf de Poitiers, il se place sur l'itinéraire de repli des Vikings et les intercepte à Brissarthe.

Il se trouve là un gué qui permet de traverser la Sarthe. Sans doute, Robert et ses hommes assaillent-ils les Vikings alors que ceux-ci s'engagent dans la traversée de la rivière. Bousculés, ceux-ci se réfugient dans l'église fortifiée toute proche.

La journée s'achève ; il fait très chaud. Les hommes de Robert le Fort sont fatigués par la poursuite. Ils installent les tentes, organisent le blocus de l'église et, croyant les Vikings à leur merci, ils se délassent, ôtent casque et cuirasse.

Hásteinn tente alors le tout pour le tout. Il regroupe ses hommes et tente une sortie, par surprise. Les Francs se ruent au combat sans prendre le temps de se réarmer. Robert le Fort tombe mortellement blessé devant la porte de l'église et décède alors que les Vikings se retranchent de nouveau. Le comte Ramnulf est atteint d'une flèche au cou et meurt trois jours plus tard. Privés de leur chef, les Francs abandonnent la lutte.

brissartheDans tout le monde carolingien et plus particulièrement pour les familles du Rhin et du Main, la mort de Robert a un profond retentissement. Sa vaillance est louée ; il est comparé à Judas Maccabée, héros de l'Ancien Testament. Il devient désormais Robert le Fort, du latin fortis, c'est-à-dire courageux.

La famille de Robert le Fort

L'origine de Robert le Fort est restée longtemps obscure. Il est très probablement le fils de Robert III de Hesbaye (mort en 834), comte de Worms et d'Oberrheingau, missus impérial dans la région de Mayence. Cette famille, issue de la vallée du Rhin et du Main, est liée aux Carolingiens ; les ancêtres les plus lointains gravitaient dans l'entourage de Charles Martel. Elle compte en son sein, Cancor, fondateur de l'abbaye de Lorsch.

280px-Kloster Lorsch 01Sa mère est Weltrade, sœur du comte Eudes d'Orléans, père d'Ermentrude, épouse du roi Charles II le Chauve (823, 840, †876). La date exacte de naissance de Robert le Fort est inconnue, mais il est sans doute né entre les années 810 et 820, dans les dernières années du règne de Charlemagne (†814) ou les premières années du règne de Louis le Pieux (781, †840).

Il est lié de plusieurs façons aux Carolingiens :

De par sa mère, fille d'Eudes d'Orléans, père d'Ermentrude, épouse de Charles le Chauve ;

De par son grand-père, frère d'Ingramm, père d'Ermengarde, première épouse de Louis le Pieux.

La légende a cependant longtemps prêté une ascendance saxonne à Robert le Fort. Notamment, les chroniqueurs Aimoin de Fleury, moine de Saint Benoit sur Loire, et Richer, moine de Saint-Rémi de Reims, écrivant au X et XIème siècle, le qualifient comme tel. Son père, un noble saxon du nom de Witichin, aurait fait partie des Saxons déportés par Charlemagne dans les années 794-800.

«Eudes était fils de Robert le Fort, de l'ordre équestre, ; son grand-père paternel fut Witichin, Germain de nation.  Richer, Le Coup d'Etat Capétien, 888 – 997, Paléo

Il a sans doute épousé en secondes noces, Adélaïde, mère d'Hugues l'Abbé, fille de Hugues d'Alsace et veuve de Conrad Ier de Bourgogne. Il a trois enfants :

- une fille, Richilde ;

- Eudes, comte de Paris, roi de Francie Occidentale de 888 à 898, né aux alentours de 860 ;

- Robert, roi de Francie Occidentale de 922 à 923, né après 860, arrière-grand père d'Hugues Capet.

A sa mort, les honneurs et charges de Robert ne reviennent pas à ses fils Eudes et Robert, qui sont des enfants. C'est à Hugues l'Abbé, son cousin, a priori le demi-frère d'Eudes, que Charles le Chauve les transmet. Appartenant à la puissante famille des Welfs, Hugues est notamment abbé de Saint-Martin d'Auxerre, conseiller de Louis II le Bègue (846, 877, †879) puis de ses deux fils Louis III (863, 879, †882) et Carloman (867, 879, †884).

genealogierobertiens

Robert le Fort, marquis de Neustrie

En août 843, les trois fils survivants de Louis le Pieux signent le traité de partage connu sous le nom de « Traité ou Partage de Verdun ». Ce traité met fin à des luttes entre les trois frères qui durent depuis la mort de leur père survenue en 840.

Louis le Germanique (806, †876) reçoit la partie orientale de l'Empire, la Francie Orientale : la Bavière, les provinces d'Alémanie et de Franconie ainsi que la Saxe ;

Charles le Chauve (823, †876) reçoit les terres situées à l'ouest de la ligne Escaut-Meuse-Saône-Rhône, soit la Francie Occidentale, l'Aquitaine, la Septimanie ;

Lothaire (795, †855) reçoit un royaume enserré entre les deux parts de ses frères, la Francie Médiane, qui va de la Frise à la Provence en incluant la Lotharingie et l'Italie. Il garde le titre d'Empereur et son royaume englobe les deux capitales de l'Empire, la capitale politique Aix et la capitale religieuse Rome.

Robert le fortDe longues négociations ont précédé ce partage, chacun des frères tentant de préserver les charges et terres concédées à leurs fidèles. Cependant, certains d'entre eux doivent abandonner ces charges. Ainsi, à cette période, Robert le Fort quitte le royaume de l'Est détenu par Louis le Germanique et vient s'implanter en Neustrie où il prête fidélité à Charles le Chauve. Robert possède dans cette région plusieurs alliés, issus notamment de la famille de sa mère Weltrade, fils du comte Eudes d'Orléans. C'est sans doute celui-ci qui l'invite à les rejoindre.

En 852, il apparaît comme « abbé laïc de Noirmoutier » dans un diplôme. En 853, Charles le Chauve le nomme « missus » pour l'Anjou, le Maine et la Touraine.

La puissance de Robert le Fort va se forger au travers des luttes qui opposent le roi Charles le Chauve aux Bretons et aux Vikings. Fidèle à celui-ci, plusieurs évènements vont pourtant le contraindre à se rebeller lorsqu'il va juger sa position et ses possessions en danger :

En novembre 845, à Ballon, près de Redon, le roi Charles le Chauve affronte les Bretons du duc-roi Nominoë (800, †851). Il subit une cuisante défaite, échappe de peu à la capture et prend la fuite dans la nuit, en abandonnant derrière lui ses insignes royaux. Nominoë saccage l'Anjou et pille Angers, mais il meurt subitement en 851. Charles le Chauve reprend l'offensive et affronte Erispoé (820, † 857), fils et successeur de Nominoë. Le 22 août, lors de la bataille de Juvardel longue de trois jours, le roi franc est de nouveau défait. De nouvelle fois il fuit, puis décide de traiter avec le chef Breton : il reconnaît son titre de roi de Bretagne, lui octroie le pays de Nantes et de Retz ainsi que l'ouest de l'Anjou jusqu'à la rivière Mayenne.

Les Vikings remontent la Loire, s'installent dans l'île Batailleuse et parviennent en 854 à se maintenir un court temps dans la ville d'Angers.

En 858, Charles le Chauve confie le Maine à son fils Louis le Bègue, qu'il projette de marier à la fille d'Erispoë.

charles le chauveLa situation des possessions de Robert le Fort en Anjou est alors délicate, menacée tout à la fois par les Bretons, les Vikings et la venue de Louis le Bègue. Ce dernier ne tarde pas à provoquer le mécontentement des grands laïcs de cette région. Ils s'allient en 858 au roi de Bretagne Salomon, successeur d'Erispoë, chassent Louis le Bègue en le forçant à repasser la Seine. Louis le Germanique, appelé par les insurgés, envahit la Francie Occidentale forçant Charles le Chauve à prendre la fuite.

La victoire de Louis le Germanique est de peu de durée. En 859, il repasse le Rhin, laissant ses alliés dans une position difficile. Des négociations s'engagent qui durent jusqu'en 860 (paix de Coblentz) et apportent le pardon à tous les insurgés et la restitution de tous leurs biens excepté ceux qu'ils détenaient directement du roi Charles. Robert le Fort refuse ces conditions qui ne sont sans doute pas à son avantage, puisqu'il est depuis peu implanté dans la région. En juillet 861, suite au conseil de ses proches, une entrevue a lieu entre Charles le Chauve et Robert : la réconciliation est scellée et Robert le Fort recouvre l'ensemble de ses alleux et bénéfices.

Dès lors, le soutien de Robert à son souverain est sans faille. Il combat les Bretons de Salomon, inflige en 862 deux défaites à Louis le Bègue qui, allié aux Bretons, a envahi l'Anjou.

A plusieurs reprises, il défait également des troupes vikings ; ainsi, en 865, il en massacre 500 et envoie leurs armes et étendards à Charles le Chauve. L'abbaye de Saint-Martin-de-Tours lui est octroyée en récompense. L'année suivante, il s'élance, accompagné du comte de Poitou, sur les traces du Viking Hásteinn qui ravage le Maine, l'Anjou, le Poitou et la Touraine. Il les surprend à Brissarthe et meurt en les repoussant.

imagerbteglisebrissartheIl est enterré par ses proches dans l'église tout proche de Seronne, aujourd'hui Chateauneuf-sur-Sarthe.

Figure 6 : Statue de Robert le Fort, place de la mairie de Chateauneuf-sur-Sarthe

Bibliographie

- Les seigneurs de Châteauneuf-sur-Sarthe en Anjou, Gérard Galand, éditions Cheminements, 2005

- Eudes comte de Paris et roi de France, E. Favre, éditions Champion, 1976

- L'ascension du lignage Robertien : du Val de Loire à la France, Noizet Hélène, Annuaire-Bulletin de la société de l'histoire de France, 2006, p 19-53

- La France avant la France, 481 – 888, Geneviève Bührer-Thierry, Charles Mériaux, Belin

- Les premiers Robertiens et les premiers Anjou (IXe siècle – Xe siècle), Karl Ferdinand Werner, dans Pays de Loire et Aquitaine de Robert le Fort aux premiers Capétiens, Société des Antiquaires de L'Ouest, 1997

- Lot Ferdinand. La Loire, l'Aquitaine et la Seine de 862 à 866. Robert le Fort. In: Bibliothèque de l'école des chartes. 1915, tome 76. pp. 473-510.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire