Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Histoire de France La réforme de l'orthographe, une histoire ancienne

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

La réforme de l'orthographe, une histoire ancienne

dictionnoire2Depuis la première édition du Dictionnaire de l'Académie en 1694, l'orthographe s'est considérablement transformée, tant du fait d'une évolution naturelle que par l'intervention de l'Académie, des lexicographes et des grammairiens. La grande réforme française de 1835 correspond à la publication de la sixième édition. Elle a créé le français moderne.

 

La langue de la Nation

Au Moyen Age, la France connaît une multitude de dialectes, qui varient considérablement d'une région à l'autre. Le français n'est alors qu'un parler parmi d'autres. Une grande partie de la population parle cette langue vulgaire (ou vernaculaire), tandis que le latin est la langue de l'Eglise, des clercs, des savants et de l'enseignement. Même si cette coexistence se prolonge jusqu'au XVIe siècle, le français va connaître un développement progressif pour peu à peu rayonner. 

C'est l'ordonnance de Villers-Cotterêts, signée par François Ier en août 1539, qui précise que pour qu'il y ait compréhension des arrêts de justice, ceux-ci doivent être écrits clairement en langage maternel français afin d'éviter «ambiguïté et incertitude». Ainsi, la vie publique devient indissociable de l'emploi scrupuleux du «langage maternel français». C'est cette même exigence qui conduit à la création de l'Académie française en 1635 par Richelieu. Sa fonction est de travailler, «avec tout le soin et toute la diligence possibles, à donner des règles certaines à notre langue».

Une orthographe complexe

villers cotteret editD'elle-même, l'orthographe s'est transformée naturellement entre 1650 et 1835. Tout démarre au milieu du XVIIe siècle, à la suite des réformes religieuses du XVIe siècle. La réforme protestante fait un devoir aux fidèles de lire la Bible dans une langue nationale. La contre-réforme catholique s'accompagne d'une réforme de l'Eglise qui incite également les fidèles à lire. Partout, des écoles s'ouvrent et l'enseignement de la lecture aux enfants, qui devient graduellement une obligation pour tous, se heurte à une orthographe très complexe (<< jestois » pour « j'étais »). Celle-ci est d'une telle difficulté que l'apprentissage direct de la lecture en français est à peu près impossible. Il faut commencer par apprendre à lire en latin avant de passer au français.

L'orthographe doit être simplifiée pour que tout le monde puisse apprendre à lire. Vers 1650, on commence à supprimer des consonnes muettes à l'intérieur des mots (<< poictrine », « cognoissance », «escrire »), En 1667, soulagement général, les imprimeurs distinguent enfin le «i » du «j », le « u » du «v». C'est le point de départ d'une série de réformes qui s'opèrent en continu durant cent cinquante ans. Les évolutions sont naturelles, sans aucune polémique. La graphie la plus simple s'impose grâce à l' influence des maîtres d'école, qui veulent réussir l'enseignement de la lecture.

La grande réforme

Academie francaiseEn 1835, l'orthographe française connaît sa dernière grande réforme en créant le français moderne avec, entre autres, le passage des formes en «oi » et en «ai» dans de nombreux mots et conjugaisons (je connois /]e connais) et la transformation du pluriel des mots en «-nt », passant de «-ns» à «nts» (des enfans/ des enfants). Les modifications ne se limitent pas à ces deux grands changements. L'uniformité de la prononciation depuis un siècle permet de régulariser en grande partie l'emploi des accents et de supprimer beaucoup de lettres effacées dans la prononciation.

L' écriture des dérivés devient également plus conforme à celle de leurs simples (comme «incongrûment» au lieu d'« incongruernent »). Enfin, l'Académie introduit des traits d'union entre des mots ou des locutions adverbiales. Après 1835, l'orthographe continue d'évoluer. On remplace certains «ë» par des «e» accentués (e poète »), le trait d'union peut se substituer à l'apostrophe (« grand-mère») et la féminisation des noms de métiers est proposée. En 1990, une légère réforme propose de nouvelles modifications (trait d'union, pluriel des mots composés, accent circonflexe, etc.), tout en précisant que «l' orthographe actuelle reste d'usage» et que ce ne sont que des «recommandations». Mais en 2008 sa parution au Journal officiel instaure l'orthographe révisée comme la référence. Depuis cette date, elle est incluse dans les programmes scolaires.

Pour aller plus loin

Histoire de la langue française, de Mireille Huchon. Poche, 2002.

- Introduction à l'histoire de la langue française, de Michèle Perret. Armand Colin, avril 2016.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire