Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Histoire des Inventions L'invention de la carte à puce (1974)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

L'invention de la carte à puce (1974)

cartes-simEn 1974, Roland Moreno invente le dispo­sitif qui va changer le cours de sa vie et celui de millions de personnes : la carte à puce. Sept ans plus tard, celle-ci est utilisée par les Français pour les cartes bancaires. Elle trouve ensuite de nombreuses autres applications: la carte SIM utilisée dans les téléphones portables, la carte Vitale, la carte Moneo, les badges d'accès aux bâtiments ou encore les cartes d'abonnement à des services prépayés comme la carte de téléphone ou les titres de transport.

 Le brevet

L'invention de Roland Moreno - la carte à puce-est un rectangle en plastique d'une épaisseur d'1 mm qui porte un circuit intégré capable mémoriser de façon sécurisée une série d'info tions. Il rassemble un microprocesseur, une mémoire morte (ou ROM), une mémoire de stockage et une mémoire vive d'une taille variable selon la somme la complexité des informations qu'il va contenir. Ce circuit intégré s' appelle à tort une puce, car cette dernière est en réalité située en dessous et est «cachée». Avant d'être mise en circulation, la carte
est encodée afin d'inscrire dans la puce les informations personnelles de l'utilisateur. Le premier brevet est déposé le 25 mars 1974 et décrit «un objet portable à mémoire revendiquant des moyens inhibiteurs» (assurant la protection des données) associé à «un comparateur avec un comparateur d'erreurs» (combinaison utilisée typiquement pour l'utilisation du code secret associé à la carte).

Un inventeur atypique

roland-moreno-carte-puceLinventeur fait partie dès «originaux», plus proche d'un « Géo Trouvetout» que d'un Steve Jobs. Né le 11 juin 1945, au Caire, Roland Moreno est très tôt passionné d'électronique. Il passe son baccalauréat, abandonne la fac et fait alors une multitude de petits boulots: charcutier, maquettiste publicitaire, distributeur de prospectus, employé de bureau, monteur de luges, journaliste-reporter à Détective, garçon de courses à L'Express, éditorialiste, chroniqueur ... Bref, c'est un touche-à-tout autodidacte. Il ne cesse d'inventer tout au long
de sa vie de nouvelles machines plus ou moins délirantes. Parmi ses trouvailles, on peut citer le radoteur (qui permet de créer des mots nouveaux de manière algorithmique), le pianok (piano de poche) ou encore le matapof (machine à tirer à pile ou face). 

En mars 1972, il crée l'association Innovatron puis, dès juillet, une entreprise du même nom «pour vendre des idées ». Celle-ci commercialise à partir de 1975 des noms de marques ou de produits. Il est également l'auteur d'un livre, La Théorie du bordel ambiant, dans lequel il partage l'ensemble de ses réflexions sur le monde.

Quarante-cinq brevets

La protection industrielle de sa carte à puce sera élargie par le dépôt de plusieurs certificats d'addition et brevets -comme le compteur d'erreurs, qui provoque l'autodestruction de la puce en cas de soumission répétée d'un code faux- qui s'appuient sur le brevet de base, et par des dépôts dans onze pays. Grâce à cette technologie, il fait fortune. Elle lui rapporte 150 millions d'euros, ce qui ne va pas sans déclencher des polémiques. En effet, s'il a déposé le brevet, d'autres inventeurs revendiquent la paternité de la carte à puce. Lun des plus véhéments fut un ingénieur du Centre national d'études des télécommunications (CNET) affirmant 'être fait voler son idée en 1973 par l'association Innovatron. Mais malgré de nombreuses plaintes, ses démarches ont systématiquement été rejetées.

terminal carte puceEn 2011, la Cour de cassation a estimé «qu'il n'existait pas de charges suffisantes contre quiconque d'avoir commis les délits reprochés, ni toute autre infraction». D'autres accordent le mérite de l'invention aux Allemands Jürgen Dethloff et Helmut Grôttrup, qui l'auraient mise au point une quinzaine d'années auparavant. Mais toutes ces polémiques n'amoindrissent en rien les travaux de Moreno qui reçoit, en 1996, le prix Eduard Rhein, un prestigieux prix allemand, dans la catégorie technologie. Il est même décoré de la Légion d'honneur en 2009.

Un marché en expansIon

À la fin des années 1990, les brevets de Roland Moreno liés à la carte à puce -comme le porte-monnaie électronique- tombent dans le domaine public, mais il reste à la tête de son entreprise Innovatron. Lorsqu'il meurt à l'âge de 66 ans, le 29 avril 2012, d'une embolie pulmonaire à son domicile parisien, il ne touchait donc plus de royalties sur les cartes à puce, mais percevait encore des droits sur les cartes « sans contacts» de type Velib' ou Navigo. Depuis, le marché de la carte à puce ne cesse de progresser. En 2011, 6,3 milliards d'unités ont été produites. Roland Moreno affirmait que sa carte à puce avait «un nombre d'applications limité» -la banque, le téléphone, les parkings, les décodeurs de télévision et la carte de santé-, et qu'au-delà, il se disait «un peu sceptique». En effet, l'essentiel de la production (75%) est destiné au marché des télécommunications (dont les cartes SIM des téléphones portables) et 16% au paiement (cartes bancaires). Le nombre de paiements par cartes à puce a dépassé celui des règlements par chèque.

Pour aller plus loin

Théorie du bordel ambiant, de Roland Moreno. L'Archipel, janvier 2002.

Les 1001 inventions qui ont changé le monde, de Jack Challoner. Flammarion, 2010.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire