Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Biographies Guillaume Dubois, cardinal libertin (P-A Jamin)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Guillaume Dubois, cardinal libertin (P-A Jamin)

DuboisRaconter Guillaume Dubois, cardinal éreinté par le mémorialiste Saint-Simon qui a pu voir en lui un homme avare, perfide et par trop ambitieux, resté dans les mémoires collectives pour le film de Bertrand Tavernier, "Que la fête commence", c'est la tache que s'était fixée Pierre-André Jamin, jugeant le cardinal sinon relativement inconnu, du moins méconnu.


 

 

Un homme d'Etat compétent au coeur de la Régence

Grand travailleur doté d'une intelligence certaine, fils d'apothicaire de Brive-la-Gaillarde, né en 1656, l'année où Pascal composa ses Provinciales, Guillaume Dubois fit partie de ces hommes d'Eglise - comme l'avaient été un Richelieu ou un Mazarin -, qui furent étroitement liés au pouvoir royal et exercèrent les plus hautes fonctions. Etudiant au collège Saint-Michel de Paris, il dut, en raison de finances bien maigres, enseigner pour subvenir à ses besoins. Parmi ses élèves, citons Choiseul et surtout le duc de Chartres, futur duc d'Orléans. Secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères à partir de 1718, l'archevêque de Cambrai devint cardinal en juillet 1721. C'est sur le tard qu'il parvint à une certaine notoriété, couronnée en 1722 par l'accession au ministériat. A noter qu'après la mort de Mazarin le 9 mars 1661, Louis XIV avait décidé de supprimer la fonction de "premier ministre". C'est donc en faveur de Dubois qu'elle fut rétablie. Diplomate, Guillaume Dubois fut à l'origine de l'alliance franco-anglaise conclue à La Haye en 1718 pour le maintien du traité d'Utrecht. Ayant toujours pour préoccupation de garantir la prospérité de la France, il fit aussi en sorte que la France et l'Espagne se rapprochent. Elu en 1922 à l'Académie française (fauteuil 28), créée en 1635, "l'Immortel" mourut le 10 août 1723 d'un abcès à la vessie.

Si beaucoup d'ouvrages évoquent le cardinal Dubois, très peu finalement ne le concernent directement et exclusivement. Souhaitant comblé ce vide, Pierre-André Jamin a cherché à faire oeuvre d'historien. L'auteur cite en effet ses sources, et a construit une bibliographie formelle. Mais la rigidité, généralement peu appréciée du grand public, propre aux textes des historiens, n'est ici pas toujours présente. Ce qui en fait au final un ouvrage aisé à comprendre. On regrettera cependant les excès de l'éditeur, qui se reflètent dans le prix (29 euros) de cet ouvrage onéreux, et la présentation générale peut-être dotée de trop d'illustrations.

Présentation éditorariale

L'analyse des écrits d'époque montre que celui qui a assuré l'éducation du futur Régent était d'un caractère beaucoup plus complexe: ambitieux, intelligent, drôle, menteur, pervers...

Révolutionnaire avant l'heure et travailleur acharné, il fut aussi fin politique que visionnaire. C'est lui qui mit en oeuvre la politique internationale de Philippe d'Orléans visant à une Europe prospère et pacifique après des années de guerre. Mais son ascension sociale ne lui sera pas pardonnée par le milieu aristocratique de son époque et, plus tard, les chroniqueurs et historiens bien pensants. Ils ne retiendront de lui que sa débauche et son mépris de l'ordre établi.

L'ouvrage de Pierre-André Japin suggère que la vie du cardinal Dubois mérite d'être mieux connue comme en témoignent les opinions et anecdotes de ses contemporains.

L'auteur

Pierre-André Jamin a derrière lui une longue carrière de professeur de Lettres. Familier des recherches bibliographiques et biographiques littéraires, il a choisi cette fois une approche purement historique, à partir d'un ensemble substantiel de documents contemporains ou immédiatement postérieurs à la Régence.

Guillaume Dubois, cardinal libertin de Que la fête commence de Pierre-André Jamin. Athena, 2009.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire