Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Biographies Henri IV : L'unité de la France (N. Milovanovic)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Henri IV : L'unité de la France (N. Milovanovic)

Henri_iv_unitDans la série des biographies rédigées par des intervenants au château de Versailles, voici un nouvel opus concernant Henri IV. Nicolas Milovanovic, conservateur en chef au musée national du château, nous présente la vie privée du jeune Navarre ainsi que toutes ses réalisations pour unifier la France, dans les domaines politique, financier, économique, une fois qu’il accède au trône.

 

Henri IV, l’Unité de la France

Ce bel ouvrage débute avec l’histoire de sa vie privée, agrémentée d’un beau portrait d’Henri enfant, d’une représentation de ses parents, son grand père et du château de sa naissance à Pau, dans un entourage peu favorable : un père catholique, une mère calviniste, avec changement constant de résidence, jusqu’à être sous la garde de Catherine de Médicis.

Marqué par l’assassinat de son oncle à Jarnac, perturbé par son mariage imposé avec Margot, puis par la mort de sa mère, il devient roi de Navarre, échappe à la Saint Barthélémy (pour laquelle l’on découvre plusieurs tableaux) et retourne dans le sud-ouest pour rallier le peuple à sa cause, devenant le chef des protestants et de l’opposition à la Ligue montante. Devant cette montée en puissance, Henri III se rapproche de Navarre qui est presque sur le trône à la mort du duc de Guise, mais « le roi est mort, vive le roi Henri IV ».

Il hérite alors d’une France en pleine crise religieuse et économique après les rudes hivers, mais n’a l’adhésion que d’un sixième des provinces françaises. Il se lance donc dans une série de batailles comme Ivry en 1590, Arques en 1590, le siège de Paris dont nous pouvons admirer les belles représentations visibles d’ailleurs au château de Versailles. Mais face à la puissante Ligue financée par l’Espagne, le roi sent qu’il ne pourra réellement devenir Roi de France qu’en abjurant le calvinisme, ce qu’il fait en juillet 1593, puis vainc les espagnols à Fontaine-Française en 1595.

Henri IV considère qu’il a réussit : l’édit de Nantes est signé en 1598 ; Sully à ses côtés, redresse les finances jusqu’à obtenir des excédents en 1605 ; le mariage avec Margot est annulé ; Henri épouse Marie de Médicis en octobre 1600 et en septembre 1601 nait le dauphin, une vraie famille royale représentée sur un superbe tableau de Peter Paul Rubens. C’est un homme heureux qui s’occupe de sa famille et profite de ses enfants.

Pendant ces trois années de paix, le roi entend reconstruire le royaume : aménager Paris avec le Pont Neuf, la place des Vosges, le Louvre où il installe des ateliers d’artistes et d’artisans afin de créer les produits de luxe en France et non plus les importer, aménager Fontainebleau ainsi que lancer la construction du Château Neuf de Saint Germain. Il n’oublie pas de renforcer les fortifications pour préserver son royaume et les pays aux alentours, pour lesquels Sully propose de créer « une république européenne » avec un rassemblement de quinze pays !

Par contre, il doit sauvegarder la paix et part en campagne déclarer la guerre aux Habsbourg pour récupérer les territoires de Clèves et de Juliers. Mais avant, il lui faut confier le royaume à Marie et la couronner régente en mai 1610. Le lendemain, il est assassiné, après deux tentatives infructueuses par Ravaillac qui nous est présenté de multiples façons ainsi que son supplice.

Le peuple oublie vite ses multiples conversions et ses nombreuses maitresses, le « bon roi Henri » passe dans la légende : élevé « à la dure », le panache blanc comme signe de ralliement, surnommé le « vert galant » (homme jeune, vigoureux, propre à rendre aux dames de bons services), le bon père de famille maître de l’éducation de ses enfants, instigateur de la poule au pot, un des rares rois à avoir été respecté au début de la Révolution jusqu’en 1792 étant épargné dans les chansons des sans-culottes.

 

Notre avis

C’est toujours un plaisir de parcourir une nouvelle biographie vivante dans cette série. Le texte est découpé en petits chapitres, agrémentés de superbes tableaux de maîtres et/ou d’anonymes, visibles en majeure partie au château de Versailles, mais aussi au Louvre. On peut ainsi facilement se représenter le personnage et son environnement familial et politique et la chronologie à la fin de l’ouvrage nous aide à mémoriser l’ensemble de sa vie.

C’est aussi l’occasion d’un rappel de l’Histoire de France, avec les guerres de religion, l’élection d’Henri d’Anjou en Pologne, son accession au trône de France sous le nom d’Henri III, ainsi que sa fin.

Henri IV : L'unité de la France, de Nicolas Milovanovic. Editions Ouest-France, 2012.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire