Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Biographies Dioclétien - L'Empire restauré (Bernard Rémy)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Dioclétien - L'Empire restauré (Bernard Rémy)

diocletien-remyDioclétien (244-311) est un nom relativement obscur pour le grand public. Il fut pourtant un empereur majeur de l'histoire romaine qui grâce à son long règne (20 ans) réforma et transforma durablement l'Empire à la suite des décennies troublées précédentes. Il existe peu d'ouvrages uniquement consacrés à son règne ou au système politique original qu'il mit en place appelé la tétrarchie. Après le Que sais-je Dioclétien et la tétrarchie publié aux éditions PUF, l'auteur Bernard Remy ainsi que Yutaka Oshimizu reviennent sur ce sujet et améliorent considérablement le précédent livre, le transforment et l'actualisent donnant naissance à un nouvel ouvrage intitulé Dioclétien, L'Empire restauré publié aux éditions Armand Colin.

 

Pas seulement une biographie

Le sous-titre indique déjà que ce livre n'est pas une simple biographie de l'empereur. Un tel projet aurait certainement était très difficile voire voué à l'échec étant donné la faiblesse des sources sur le sujet. Il faut plutôt prendre cet ouvrage comme une synthèse sur Dioclétien et l'empire qu'il a réformé et géré. Divisé en dix chapitres thématiques, le texte est clair, précis et les argumentations proposées sont une force incontestable du livre. On apprécie la présence de figures (cartes ou reproduction de pièces de monnaie), les courts résumés en fin de chapitre, le glossaire, les index et les appendices très pertinents. Les notes de bas de page (reléguées en fin d'ouvrage) sont nombreuses et la bibliographie est convenable bien que non pléthorique. On regrette cependant le trop grand nombre de voir sufra ou infra sans indication de pages qui peuvent nuire à la lecture. D'un point de vue scientifique, on apprécie les références à des travaux récents qui permettent de mieux se rendre compte du caractère obsolète de certaines interprétations datées, mais parfois encore présentes. L'auteur n'hésite pas à faire appel à des spécialistes pour compléter ses analyses. En somme, Dioclétien, L'Empire restauré est une très bonne synthèse actualisée sur l'Empire romain à l'aube du règne de Constantin.

Avant de traiter directement du sujet qui nous occupe, il est nécessaire de rappeler à la suite de l'auteur qu'un certain nombre d'éléments mentionnés sont le résultat de sources partielles et fragmentaires. L'historien tente de retrouver la vérité et de mettre de l'ordre et de reconstituer des systèmes faiblement décrits par les contemporains : il est parfois difficile de démêler ce qui a été fait par Dioclétien, ses prédécesseurs ou ses successeurs. La tétrarchie est évidemment une réalisation de Dioclétien qui semble avoir été mis en place de manière pragmatique entre 286 et 293 : les empereurs jovien et herculéen règnent conjointement avec leur César. Le caractère divin de la monarchie est renforcé. Ceci est une cause majeure du conflit avec les chrétiens. Les persécutions des chrétiens ont fait entrer Dioclétien dans la mémoire européenne chrétienne où celui-ci ne tient pas le bon rôle (un chapitre entier est consacré à la postérité de l'empereur). La division du pouvoir est géographique : chaque souverain a sa zone de prédilection. L'empire n'est pas divisé comme l'illustre un nombre important d'inscriptions ou de représentations dans lesquelles les empereurs sont associés. Cette division du pouvoir est soumise à une hiérarchie plus ou moins forte ou symbolique et à la bonne entente ou la bonne volonté des hommes. Bien que ramenant la « tranquillité » selon la propagande officielle dans l'empire, le système politique mis en place ne survivra que peu de temps après l'abdication de Dioclétien détruits par les usurpateurs et les fils des anciens gouvernants refusant la nomination « au mérite ».

Dioclétien réformateur

Nous allons aborder quelques aspects caractéristiques majeurs de la tétrarchie développés dans l'ouvrage. Le système fiscal mis en place par Dioclétien (la iugatio-capitatio) n'a été éclairci que récemment par Jean-Michel Carrié et Aline Rousselle dans leur livre majeur et fondamental L'Empire romain en mutation. La fiscalité sous Dioclétien est un sujet qui a été longuement débattu par les historiens. On a souvent parlé de la lourdeur de celle-ci. Il semble cependant que les impôts ont été largement supportables pour que Constantin puisse se permettre d'en créer un nouveau. Ils étaient motivés pour plus d'égalité au sein de l'Empire. La réforme monétaire a été moins satisfaisante mais perdurera grâce aux ajouts apportés par Constantin. « L'État » romain n'est pas devenu dirigiste et bureaucratique sous Dioclétien ! La centralisation a cependant été accrue grâce au renforcement des compétences judiciaires des gouverneurs, aux divisions des provinces (y compris en Italie) et à la création des diocèses (regroupement de provinces). La mise en place d'un régime stable politiquement et militairement est une priorité. L'ancien usurpateur met en place une série de mesures visant à réduire la menace politique que pouvait constituer le préfet du prétoire. Il réforme considérablement l'armée. Contrairement à une idée reçue, l'armée impériale n'a pas vu ses effectifs croitre considérablement : le nombre de légions augmente mais celles-ci sont certainement composées de moins de soldats. La qualité du commandement n'a pas non plus baissé. Les évolutions sont lentes et progressives. Excepté les annexions en Mésopotamie, les frontières sont stabilisées et renforcées militairement. L'auteur insiste sur les éléments de continuité entre Dioclétien et ses prédécesseurs. Si les réformes nombreuses engagées ont permis de stabiliser l'Empire, elles ne l'ont pas transformé radicalement et sont plutôt conservatrices ou réactionnaires : pour Bernard Remy, l'empereur Dioclétien est le « dernier empereur romain » (p. 219).

Dioclétien, L'Empire restauré est un ouvrage qui remplit bien ses objectifs : proposer une synthèse accessible et actualisée sur la tétrarchie. Très pédagogique et clair, ce livre permettra aux néophytes de découvrir cette période majeure de l'histoire romaine très méconnue. L'auteur informe, éclaire et amende un certain nombre d'idées reçues grâce aux renouveaux historiographiques récents. Une synthèse qui embrasse tous les aspects d'un règne qui n'est pas toujours facile à appréhender.

Dioclétien - L'Empire restauré, de Bernard Rémy. Armand Colin, septembre 2016.

acheter-sur-amazon

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire