Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Beaux Livres Napoléon. Dans l'intimité d'un règne (D. Casali)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Napoléon. Dans l'intimité d'un règne (D. Casali)

Napolon._Dans_lintimit_dun_rgne._3Dimitri Casali, historien, spécialiste de la vulgarisation historique (ancien enseignant en ZEP et créateur du concept Historock alliant Histoire et rock), nous offre un nouvel ouvrage dans la collection « Les documents de l’Histoire » chez Larousse. Feuilletez ce livre synthétique merveilleusement réalisé, émerveillez-vous devant l’abondance des illustrations, tenez entre vos mains des copies de véritables documents d’époque (lettres, gravures, bulletins de la Grande Armée…) et immergez-vous dans cette ère napoléonienne où le génie d’un homme modèle la France et imprègne durablement l’Europe. De page en page, d’animations en documents, découvrez ou faite découvrir de façon ludique l’épopée de l’Aigle.

 

Un sujet traité de façon classique

Le sujet, Napoléon, est traité de façon assez classique. C'est-à-dire une présentation chronologique (de la naissance en Corse à sa mort à Sainte-Hélène) entrecoupée de dossiers thématiques eux aussi sommes toutes classiques : le rapport au travail, le rapport aux femmes, les conspirations contre sa personne, la relation avec ses frères et sœurs… En somme des thèmes bien connus par les amateurs du Premier Empire mais un plan cohérent dans le cadre d’un ouvrage de vulgarisation tel que celui-ci. Nous n’avons pas là une thèse, ni un ouvrage spécialisé sur une facette de l’histoire impériale, mais bien un ouvrage généraliste sur Napoléon destiné à présenter au plus grand nombre ce personnage. D’ailleurs le style d’écriture est suffisamment simple pour que tout un chacun puisse s’y plonger aisément dès le collège. On passe avec facilité de la plume de l’auteur aux nombreux extraits des mémoires des contemporains ou des écrits de Victor Hugo.

Une maquette magistrale

Si la façon de traiter le sujet est classique la présentation est elle des plus originales, ludiques et pédagogiques. Beaucoup d’attention est apportée à l’esthétique de l’ouvrage, avec entre autre un rabat aimanté permettant de fermer le livre tel que le ferrait le ruban rouge dessiné dessus. Mais une fois le livre ouvert on ne peut que remarquer le soin apporté à l’arrière-plan des pages toujours varié et adapté au sujet traité. Les textures participent ainsi à l’immersion du lecteur dans le monde de Napoléon : gravures, plancher, mur de briques, ciel nuageux, fumée des batailles, papier peint des appartements, cartes, texture de papier, tableau… La présentation du livre contribue elle-même à éveiller les sens du lecteur. A cela s’ajoute une multitude d’illustrations, plus de 350 en 123 pages ! Autant dire que le lecteur a toujours de quoi visualiser ce qu’il lit, des dessins de Job aux tableaux de Gros ou de David tout en passant par une multitude de lithographies, de caricatures… Et de cartes ! Car il bien difficile de comprendre les campagnes napoléoniennes sans cartes. Cependant on peut regretter que les cartes de batailles soient systématiquement fixistes, n’offrant qu’une situation à un instant-T sans rendre réellement l’ensemble des manœuvres. Ces cartes sont présentées dans de petits rabats à ouvrir, d’ailleurs le livre regorge de ces petites animations. Ce sont généralement des images qui une fois soulevées ou dépliées offrent un complément d’informations ou un témoignage sur un sujet évoqué dans cette page : cela peut être sur les Chasseurs à cheval, les Mamelouks, la tenue vestimentaire de Napoléon ou les derniers mots du Maréchal Lannes par exemple. A ces dépliants s’ajoutent de nombreux encarts avec des thèmes tout aussi variés de la relation entre Letizia Bonaparte et Marbeuf à l’étiquette de la cour impériale. Au final on compte environ une centaine de ces animations qui permettent de déstructurer (en apparence) le livre pour le rendre plus attractif car non pas présenté comme un « pavé » mais comme une série d’articles très courts autour d’une trame très synthétique.

 

Mais ce qui fait certainement l’originalité de cet ouvrage est bien évidemment la présence de nombreux fac-similés (reproduction de documents d’archives), pas moins d’une quarantaine. Ce principe n’est pas une innovation, il existe déjà d’autres livres historiques utilisant ce principe sur de nombreux thèmes (le Débarquement en Normandie, le Mont Saint-Michel…) dont Napoléon. Nous pensons particulièrement à l’ouvrage de David Chanterrane et Emmanuelle Papot aux éditions Gründ. Les éditions Larousse proposent donc à présent un ouvrage très similaire, moins cher et avec deux fois plus de fac-similés, ce qui avouons le sent fort la contre attaque éditoriale. C’est en tout cas une bonne chose pour le lecteur qui est ainsi toujours plus gâté en copies de documents d’archives, lui permettant de s’immerger toujours plus en lisant lettres et discours, en s’habituant à
Napolon._Dans_lintimit_dun_rgne._1
l’écriture de ce début de XIXème, en tenant dans ses mains une lithographie de Napoléon à Essling, un dessin de Jean-Baptiste Carpeaux sur Waterloo, une image d’Épinal ou un de ces fameux bulletins de la Grande Armée. Si on ne demande pas au lecteur de savoir traiter le document historique comme un historien, on lui permet néanmoins de toucher du doigt l’Histoire à travers ces copies. D’ailleurs si le lecteur avait du mal à lire l’écriture de Joséphine, de son impérial époux ou des greffiers des différents ministères : pas de panique ! Car bien évidemment tous les textes des fac-similés sont retranscrits en fin d’ouvrage.

Nous avons donc entre les mains un ouvrage simple, clair, accessible à tous, merveilleusement illustré et mise en page qui plaira forcément au néophyte mais également peut-être à l’amateur du Premier Empire qui, s’il n’apprendra rien de nouveau, sera toujours heureux de manipuler les fac-similés ! Il ne m’étonnerait pas non plus que certains de ces fac-similés finissent encadrés au dessus d’une collection de petits soldats ou à côté d’une bibliothèque regorgeant d’ouvrages de Tulard, Pigeard, Lentz, Boudon…

La légende dorée de Napoléon ?

Qu’il soit nécessaire de synthétiser dans ce genre d’ouvrage, de faire des impasses, c’est une évidence. On ne peut pas tout dire en 123 pages tout en incluant plus de 300 illustrations. D’ailleurs le grand public néophyte, plus visé par ce genre de livre, se lasserait sûrement vite s’il devait lire une présentation détaillée de Napoléon. Il y a d’autres ouvrages pour cela.

Néanmoins il semble parfois y avoir un certains parti pris dans la façon de traiter les sujets et dans le choix des sujets qui passent à la trappe. Ainsi les campagnes militaires sont très rapidement bouclées, souvent autour de la description d’une bataille (Lodi par exemple pour la première campagne d’Italie). Il en ressort un sentiment de grande rapidité des opérations, chaque campagne se résumant presque à « je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu ». D’ailleurs on peut noter que sur la bataille d’Austerlitz il n’est pas tenu compte des travaux d’Oleg Sokolov qui a prouvé que le plan de bataille fut changé au dernier moment et que par conséquent le discours de la veille qui annonce tout le déroulement des opérations fut réécrit après la victoire. En parlant de victoire on remarque aussi que celles d’Iéna et d’Auerstaedt ne sont qu’évoquées dans le cadre de la « campagne foudroyante » de Napoléon sans dire mot du Maréchal Davout qui fut pourtant le grand vainqueur de cette dernière bataille. En ce qui concerne les batailles on note également que la défaite de Saint-Jean-D’acre n’est pas évoquée non plus (si ce n’est en une ligne, mais non pas sur l’expédition en Egypte mais sur les rapports de Napoléon avec son camarade Phélippeaux à l’école militaire de Paris). D’ailleurs c’est toute la campagne de Syrie qui n’est pas traitée, ce qui permet de ne pas évoquer le sujet polémique des massacres de Jaffa. On ne parle non plus de la réception du départ de Napoléon d’Egypte par ses soldats et généraux… De même, si on parle des complots, celui de Cadoudal, Moreau et Pichegru passe inaperçu. Ce qui permet de ne pas parler de la conséquence directe de ce complot : l’assassinat du duc d’Enghien…

Il y a de nombreux exemples de ce genre, sur des sujets trop partiellement traités, notamment la guerre d’Espagne. Cette guerre est trop synthétisée et de façon peut-être un peu partiale puisque si la guérilla espagnole est présentée pas un mot n’est dit sur la contre guérilla française et son lot d’atrocités. D’ailleurs le contexte de la guerre d’Espagne, le pourquoi de la présence française, n’est pas réellement explicité. La guerre d’Espagne est plus présentée comme une victorieuse campagne de Napoléon dont les bénéfices furent perdus par ses maréchaux incompétents après son absence.

L’image de Napoléon n’est donc jamais réellement mise à mal, même dans sa première relation avec Marie Walewska, présentée comme des plus paisibles, ce sur quoi les sources ne s’accordent pas forcément…

Notre avis

Napolon._Dans_lintimit_dun_rgne._2

« Napoléon. Dans l’intimité d’un règne » est un très bel ouvrage qui fait certes la part belle à la légende dorée de l’Aigle mais qui

par sa présention et son esprit de synthèse est un bon outil pour faire connaitre à tout un chacun, dès le collège, ce personnage

crucial et charismatique de l’Histoire de France. Et ce n’est pas vainement puisque ce genre d’ouvrage va devoir remplacer l’éducation nationale qui aujourd’hui conchie celui qui instaura les lycées en 1802, Napoléon n’étant plus qu’un personnage optionnel, traité seulement si le professeur le souhaite… Mais Napoléon n’en a pas fini de livrer sa dernière bataille, même si le

gouvernement le minimise dans l’enseignement et les cérémonies mémorielles (alors que nous sommes en plein dans les bicentenaires de l’Empire) il reste un des sujets privilégiés de l’Histoire, du roman, de la BD, du cinéma, du jeux vidéo

Casali Dimitri, Napoléon. Dans l'intimité d'un règne, Editions Larousse, Collection "Les documents de l'Histoire", octobre 2011.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire