Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Beaux Livres Les armes secrètes d'Hitler (R. Desquenes)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Les armes secrètes d'Hitler (R. Desquenes)

DesquenesAlors que le IIIème Reich est sur le reculoir à partir de 1943, Hitler joue son va-tout en engageant de nouvelles armes face aux Alliés : les avions V1 puis les fusées V2. Ces armes, dites secrètes en raison de leur caractère innovant, sont accompagnées de la construction de nombreuses infrastructures dans le Nord de la France, dont les traces restent encore visibles aujourd'hui. L'ouvrage de Rémy Desquesnes, Les armes secrètes d'Hitler, s'attache donc à présenter à la fois ces armes révolutionnaires ainsi que les nombreux bunkers et rampes construits par les nazis.

 

Un ouvrage richement illustré

Avant d'orienter notre critique sur le fond, accordons nous le plaisir de remarquer la richesse de cet ouvrage en terme de photos et d'images. Cet ouvrage combine en effet habilement textes explicatifs, plans, photos de bunkers, rampes de lancements et de personnalités importantes ayant joué un rôle dans les programmes V1 et V2. S'il peut paraître parfois trop illustré et si le format du livre ne permet pas toujours de saisir pleinement les subtilités de chacune des photos, il n'en rend pas moins agréable la lecture de cet ouvrage, qui est de ce fait accessible pour tout le monde.

L'invention et la mise au point du V1

L'auteur s'attache donc à décrire tout le processus de construction du missile V1 jusqu'à son utilisation. L'objectif initial était de créer une arme nouvelle et puissante afin de se venger des bombardements britanniques sur l'Allemagne. Plusieurs projets vont se concurrencer. Le choix va donc se porter sur le projet du Fi 103, c'est à dire de mettre en oeuvre une véritable bombe volante, ancêtre des missiles de croisière que nous connaissons aujourd'hui. Parallèlement, l'Organisation Todt entreprend la construction de rampes de lancement, concentrées dans le Nord de la France afin d'atteindre directement l'Angleterre, le plus souvent accompagnées de bunkers.

V1A Pennemunde, base de recherches au Nord Est de l'Allemagne, les recherches progressent, tant et si bien que les premiers lancements sont prévus pour Noël 1943. Mais les bombardements britanniques sur Pennemunde ainsi que sur les principales bases de lancements dans le Nord de la France vont retarder l'utilisation du V1. Il s'agit de l'opération Crossbow, opération alliée visant la destruction des armes secrètes d'Hitler, de décembre 1943 à Août 1944, s'appuyant sur les informations fournies par la Résistance et les photos aériennes. La Résistance a joué en effet un rôle important dans la localisation des différentes rampes de lancement de missiles V1, en étroite collaboration avec le SIS, les services de renseignement britanniques. Par conséquent, les Allemands vont construire des rampes de lancement plus discrètes et dissimulées.

L'utilisation du V1

bunker-la-coupole_de_wizernesS'ensuit une description précise des rampes de lancement et de la bombe volante : une rampe de 42 m, inclinée à 6°, doit propulser l'avions sans pilote à plus de 300 km/h. Le V1 peut ensuite aller jusqu'à 600 km/h à une distance de 250 km. Le premier lancement contre l'Angleterre, après de nombreux retards, est effectué le 13 Juin 1944, durant jusqu'à Mars 1945. En Septembre, les Allemands, sur le reculoir, effectuent les lancements depuis la Hollande. Les premiers lancements ressemblent à un fiasco, avant que peu à peu les V1 ne parviennent à atteindre Londres et ne commencent à démoraliser la population britannique. Dès lors, les Alliés prennent des mesures : des avions sont mobilisés pour prendre en chasse les V1, un dispostif de ballons est mis en place, ainsi que l'utilisation de batteries anti aériennes. Retranchés en Hollande, les Allemands concentrent leurs tirs sur Anvers, afin de retarder les Alliés : cela se revèle peu efficace. Si une version améliorée du V1 est utilisée à partir de Janvier 1945, cela ne changera rien. Au final, de Juin 1944 à Mars 1945, 22 000 bombes volantes ont été tirées et seulement ¼ ont atteint leur cible ( à cause de défaillances mécaniques et grâce au barrage allié), causant 6200 morts et 18 000 blessés en Angleterre.

La Fusée V2 : un engin révolutionnaire

lancement_V2Ce projet, porté par l'armée, est antérieur au V1, mais a pris un certain retard suite au bombardement de Pennemunde. Le V2 est assemblé dans les mines du massif du Harze, dans un réseau de souterrains à l'abri des bombardements, et avec l'appui de la main d'oeuvre concentrationnaire. Cette fusée est une arme révolutionnaire montant à 50 km d'alitutde et allant à plus de 6000 km/h, avant de plonger sur sa cible. Plus lourde et plus grande que le V1, elle provoque le creusement d'un cratère d'une quarantaine de mètres. Des bunkers géants sont construits, notamment dans le Cotentin et dans le Pas de Calais, afin de préparer le stockage puis le lancement de ces missiles, mais sont aussi utilisées de petites stations mobiles de lancements s'appuyant de simples plateformes de béton. Grâce à la résistance polonais, le fonctionnement du V2 est rapidement connu des alliés.

L' opération Pinguin est lancée en Septembre 1944, sous commandement SS. Au total, 162 V2 essentiellement sur Londres, ainsi que quelques cibles continentales ( Paris, Anvers).

Conclusion

Au final, les V1 et V2 ont été des projets très coûteux pour le Reich, évalués à près de 3 milliards de dollars ( contre 2 milliars pour la bombe atomique américaine). Ces deux armes révolutionnaires ont causé 13 000 morts, dont 3000 soldats et 30 000 blessés graves, et ont eu une faible stratégique en comparaison de son coût astronomique. Ce sont donc davantage des armes de propagande, servant à démoraliser les Britanniques et à galvaniser le moral des Allemands. Toutefois, ils inaugurent l'entrée dans une nouvelle ère, celle des missiles de croisière.

Cet ouvrage comporte donc de nombreux atouts : riche illustration, texte synthétique et facilement compréhensible, même si les détails techniques concernant le fonctionnement des rampes et du missile peuvent dérouter. Il comporte également une dimension « patrimoniale », incitant le lecteur à visiter les bunkers construits pour abriter ces armes secrètes, ainsi à Wizernes dans le Nord de la France. Au final, il s'agit d' un livre intéressant et enrichissant pour toute personne portant un intérêt à la 2de Guerre mondiale et aux questions liées à l'armement.

Les armes secrètes d'Hitler, de Rémy Desquesnes. Editions Ouest-France, janvier 2012.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire