Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Beaux Livres Rêves de futurs (N. cartelet)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Rêves de futurs (N. cartelet)

reves futurComme l'approche de l'an 1000, l'an 2000 fut source d'émoi et de questions diverses. La période de 1850 à 1950 fut particulièrement propice aux « Rêves de futurs » après la Révolution industrielle, comme nous le montre Nicolas Cartelet dans son récent ouvrage « quand nos grands-parents imaginaient l'an 2000 ».

 

Rêves, utopies, prédictions

Pendant ces 100 années, de grands auteurs comme Herbert George Wells et Albert Robida proposent leurs visions du futur, avec des projets plus fous les uns que les autres et pourtant certaines prédictions vont se réaliser. Nos grands-parents ont imaginé le progrès matériel, les maisons de demain, le bonheur, les bienfaits de la science, l'immortalité, les voyages aux confins de l'univers.

Le progrès matériel et le tout électrique

Le progrès matériel se retrouverait en priorité dans la maison où nous serions servis et habillés par des robots, la femme serait assistée et n'aurait plus aucunes tâches ménagères à accomplir.
La maison de demain serait « tout électrique », le quotidien simplifié, les courses arriveraient à domicile, la nourriture deviendrait chimique sous forme de cachets ou de tubes, la famine disparaitrait, les cerveaux des écoliers seraient reliés à des machines pour apprendre correctement ; le monde serait saturé d'écrans, d'oreillettes et de fils électriques, le travail facilité par les robots afin que l'homme ne passe que 12 à 20 ans de sa vie au labeur grâce à la mécanisation et les ordinateurs.

Les transports

ville du futurLa population augmentant, on imaginait la disparition des bœufs et des chevaux, remplacés par des transports toujours plus rapides, des voitures roulant sur des rails, des tubes dans lesquels les trains circuleraient à une moyenne de 1600 km/h, des tramways suspendus, une ligne de chemin de fer reliant Londres à Pékin, des trains propulsés par une locomotive-fusée. A partir de 1860, Wells imaginait de grands parkings souterrains où les voitures rechargeraient leurs batteries électriques toute la nuit.
L'Amérique attirant toujours beaucoup d'Européens, on imaginait des bateaux aérodynamiques avec l'aérosteamer New-York Paris dont les gares seraient installées au sommet des hôtels parisiens et new-yorkais ; et le premier avion est élaboré dès 1897 par Clément Ader... on pensait alors à rentrer chez soi en atterrissant sur le toit de son immeuble et à recevoir le courrier à la fenêtre de son balcon.

Les maisons et villes de demain

En 1883, les habitations du futur seraient des tours, de grands gratte-ciels montant jusqu'aux nuages, pourvus de ponts aériens reliant les buildings ; les villes seraient verticales, immenses mais fonctionnelles, comme Paris qui devrait être constituée de 64 arrondissements en 1953 et s'étendant jusqu'à Rouen. Et pour contrer la pollution, il y aurait des parcs, des espaces verts avec des conifères pour apporter de l'oxygène. On prédisait aussi la ville futuriste recouverte d'un dôme ou la ville flottante et voyageuse selon le climat rencontré.

Les rêves spatiaux et la conquête des fonds marins

L'être humain a toujours eu besoin d'explorer et découvrir des terres exotiques. Cyrano de Bergerac avait déjà envoyé son héros dans la lune dès 1657. Jules Verne reliait la terre à la lune en 97 heures 20 minutes. On voulait partir à la conquête du ciel et l'univers avec l'invention de la fusée dont les recherches entamées furent concluantes à partir de 1950. La terre étant surpeuplée, on construirait des villes et vaisseaux-monde où les hommes se succéderaient de génération en génération, partant à la découverte d'autres personnes, éventuellement des extra-terrestres, décrits sous différentes formes munis de tentacules, d'yeux globuleux et à la peau bleue.
La conquête des océans était d'actualité avec des bateaux futuristes, montés sur coussins d'air, grâce aux écrits de Jules Verne qui est à l'origine de la course à la construction des sous-marins du futur. On imaginait aussi explorer les fonds marins et sur le modèle de l'Atlantide, fonder des cités sous-marines.

Le bonheur humain mais contrôlé

Grâce à l'invention du microscope, on éradiquerait les maladies, on remplacerait une partie du corps malade ou accidenté par des membres cybernétiques, on serait protégé par des armures robotiques et immortelles. On aspirait au bonheur, à l'épanouissement de l'homme, à la tolérance, avec des prisons du bien-être où les criminels seraient soignés par la relaxation et les bons traitements.

bourrage de craneMais les prévisions politiques étaient pessimistes, la société du futur serait dirigée dans un souci de sécurité. Cependant cette obsession de l'ordre, entrainait la dictature, contrôlant les individus, sans livres, sans autorisation de penser afin de n'avoir aucun contestataire ; la vie privée serait maitrisée par l'Etat avec limitation de la reproduction, les enfants seraient élevés séparément et instruits en fonction des désirs gouvernementaux. En 1860, on imaginait sélectionner les meilleurs éléments de la race pour la reproduction, sans maladies, sans déficiences...pour aboutir en 1933 à une loi « eugénique » de stérilisation des criminels, votée en Allemagne avec les conséquences que l'on connait aujourd'hui !

Les armes du futur

carte imprimée en mai 1910Quand on parle de révolution industrielle et scientifique, on pense aux guerres et armes. Un auteur prédisait déjà « les mêmes états s'opposeront les uns aux autres jusqu'à la fin des temps, avec une exception : la domination à venir de l'Orient sur l'Occident ». En 1883, on imaginait les hommes cachés et protégés dans des tanks, crachant des gerbes de feux...et Churchill fit construire les premiers tanks en 1916. On évoquait aussi les armes chimiques transmettant les virus de la peste et du choléra ou encore la bombe radioactive. Avec ces nouvelles armes, survenait la peur du terrorisme, l'apparition de groupuscules anarchiques et incontrôlables.

Notre avis

Le progrès a du bon et du mauvais, l'humain réagit heureusement toujours pour résister au mal, c'est « un combat éternel contre l'asservissement des hommes, par les autres races mais surtout pour eux-mêmes ». Certaines imaginations se sont réalisées, d'autres sont toujours à l'état de projets. Rêvons encore et peut-être qu'un jour, en ôtant tout ce qui est farfelu et totalitaire, ces rêves deviendront réalité ! Nicolas Cartelet a rédigé un très bel ouvrage, agrémenté de beaucoup d'illustrations tirées de romans et de revues d'anticipation, nous laissant rêveurs, songeurs ou le sourire aux lèvres en repensant à ce que nous pouvions imaginer de l'an 2000 et de notre futur. C'est en quelque sorte un travail de mémoire sur les aspirations et les visions de l'avenir de nos grands-parents.
Nous avons là un superbe cadeau à l'occasion des fêtes afin que nous les plus jeunes puissions comprendre leurs rêves et pour eux, leur rappeler des souvenirs souvent bons, quelques fois mauvais.

Rêves de futurs : quand nos grands-parents imaginaient l'an 2000, de Nicolas Cartelet. Edtions Ouest-France, octobre 2014.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire