Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Manuels Historiographies. Concepts et débats (collectif)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Historiographies. Concepts et débats (collectif)

histoL’histoire n’appartient pas seulement aux historiens. Les usages publics et sociaux de cette science sont de plus en plus divers, les débats et les récupérations se multiplient, chacun estimant être légitime à « faire de l’histoire ». Les historiens sont poussés à se poser des questions sur leur discipline et sur leur rapport, non seulement à l’histoire, mais également à la société qui les entoure. Se pose la question de l’historicité de la société dans laquelle vit et travaille l’historien. Pour trouver des réponses, l’ouvrage dirigé par C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia et N. Offenstadt a pour ambition de « dresser l’état des lieux de l’histoire comme discipline productrice et de mettre en perspective les usages contemporains du passé ».recommande

 

« Une conscience historiographique »

A l’image de l’ouvrage, l’introduction des auteurs est incontournable. Selon eux, l’histoire est aujourd’hui un « enjeu politique majeur », dans un contexte de « dérèglement des mécanismes de la mémoire », et de débats et polémiques autour de mémoires collectives, comme au sujet de la colonisation ou de l’esclavage. Les exemples récents de la loi Taubira ou de l’article sur « le rôle positif de la colonisation » sont là pour le prouver. De plus, l’histoire est aussi « un objet de consommation » qui a tendance à se démocratiser avec des supports de plus en plus divers.

Au milieu de tout ça, l’historien est parfois un peu perdu, et même contesté (ou concurrencé), tout en étant sollicité. Il doit alors se poser des questions sur l’évolution de sa discipline et sa façon de l’aborder, en tenant compte de ce contexte. Les auteurs insistent sur la nécessité de « défataliser l’histoire » et, parallèlement, pour l’historien de « penser l’historicité propre de son travail ». Grâce à cette « conscience historiographique », les historiens revisitent leur métier et on assiste à une vraie mutation de la discipline. Ce dictionnaire est ainsi destiné à analyser tous ces changements fondamentaux.

L’ouvrage

Les mille trois cents vingt-cinq pages de Historiographies. Concepts et débats brassent une centaine de thèmes, présentés en trois grands axes.

La première partie, Sources, domaines et méthodes, relativement classique mais fondamentale, a pour but de « présenter les catégories instituées depuis longtemps [et des] champs plus récents », ainsi que « les pratiques du métier ». Sont ainsi traités des sujets aussi divers que L’archéologie (Francis Prost), L’enseignement de l’histoire en France (P. Garcia, J. Leduc), l’Histoire globale, histoire connectée (R. Bertrand), le Linguistic turn (C. Delacroix) ou la Socio-histoire (N. Offenstadt).

La seconde partie, Notions, concepts, développe ce qui « [fonde] le métier d’historien », n’hésitant pas à sortir du champ même de la discipline, avec des articles comme Jugement (A. Prost), Objectivité (G. Noiriel), Structuralisme (F. Dosse), ou Vérité (E. Castelli Gattinara). Cette partie peut sembler un peu « sèche », mais elle n’en est pas moins intéressante.

Le dernier axe, enfin, aborde les enjeux actuels et les débats (souvent polémiques, voire politiques) autour de l’histoire. C’est peut-être le chapitre le plus passionnant. Prenons par exemple Antiquité tardive (H. Inglebert), Esclavage, enjeux (M. Cottias), Guerre d’Algérie (R. Branche), Négationnisme (H. Rousso), Passé colonial (E. Saada), Rôle social de l’historien (O. Lévy-Dumoulin) ou Violence et révolution (J-C. Martin).

Ces quelques exemples sont loin de pouvoir résumer la richesse et la diversité de toutes les contributions…

Incontournable

En plus des quatre qui le dirigent, l’ouvrage bénéficie de la contribution de plus de soixante-dix historiens ! Le seul reproche qu’on peut faire, purement pratique, c’est le choix d’avoir mis la table des matières à la fin du deuxième tome, le premier n’en étant pas pourvu. Historiographies. Concepts et débats marque donc bien une date et est incontournable, non seulement pour tout étudiant en histoire, mais aussi tout passionné voire au-delà, ceux qui voudraient en savoir plus sur cette science bien vivante et sortir des idées reçues sur une discipline réservée aux rats de bibliothèque. L’histoire tient bien un rôle fondamental dans les enjeux de société actuels. Et ce dictionnaire en est le meilleur résumé et le plus bel hommage.

 

- C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia, N. Offenstadt (dir), Historiographies. Concepts et débats, Folio histoire, 2010, 2 tomes, 1325 pages.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire