Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Manuels Muhammad, récits primordiaux (A. Nef, V. Van Renterghem)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Muhammad, récits primordiaux (A. Nef, V. Van Renterghem)

muhammadnefL’enseignement du fait religieux pose régulièrement des difficultés aux professeurs. Ces difficultés concernent l’histoire des trois monothéismes. La collection Récits primordiaux, aux éditions de La documentation française, a donc pour ambition de donner des clés aux enseignants pour surmonter les éventuels problèmes rencontrés. Après Abraham et Jésus, est publié un volume consacré à Muhammad. Il a été présenté aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois par ses deux auteures, Annliese Nef et Vanessa Van Renterghem. Voici un résumé de leur intervention, et l’avis d’Histoire pour tous sur l’ouvrage.recommande


 

 

Motivations et présentation de Muhammad

Les deux historiennes ont fait connaissance avec Dominique Borne, de l’Institut européen en sciences des religions (et qui dirige la collection), pendant l’affaire Gouguenheim mais elles ont surtout remarqué qu’elles étaient régulièrement interpellées par leurs collègues du secondaire sur les difficultés rencontrées pour enseigner le fait religieux et l’histoire des religions, que ce soit l’Islam ou l’histoire des Hébreux et des débuts du christianisme. L’envie de participer à cette collection a principalement pour but de répondre à ces difficultés.

A l’instar des autres ouvrages des Récits primordiaux, celui consacré à Muhammad est divisé en six épisodes, avec un préambule, un récit, puis des clés de lecture pour mettre ce récit en perspective. L’idée est bien de s’intéresser aux récits primordiaux, c’est-à-dire de parler des croyances qu’ont les musulmans sur un personnage fondamental de leur religion, pas de faire une biographie historique, ce qui est tout simplement impossible en raison des sources (leur nature ou leur absence). L’une des difficultés est donc de penser des récits se rapportant à un « fondateur » d’une religion, même si au départ il n’y a pas de religion à proprement parler. Le commentaire qui entoure le récit introduit le contexte historique, sur lequel les recherches ont été renouvelées récemment, ce qui a permis de faire passer des idées nouvelles.

Un autre enjeu est de se confronter aux très nombreuses biographies de Muhammad déjà existantes, et ce dès le Moyen Âge, y compris en Occident, sous forme polémique. Il faut attendre toutefois les orientalistes pour avoir des biographies pas neutres forcément, mais en tout cas moins polémiques et surtout plus documentées, car essentiellement le fait d’arabisants. Il y a parallèlement les récits de la tradition musulmane, importants car à la base des croyances des musulmans du monde entier aujourd’hui. Le problème est que ces récits traditionnels prennent l’apparence de récits historiques, et se pose ainsi la question des sources et des enjeux qui ont entouré l’écriture de la biographie du Prophète : écrite a posteriori, par des croyants, pour des croyants, dans un but de construction et de renforcement d’une religion. Les premières biographies datent de plusieurs décennies après sa mort, voire un siècle et demi après pour la plus classique, référence aujourd’hui pour les musulmans (la Sîra). Parmi les autres sources, les principales sont les hadiths et les maghâzi (récits de batailles), mais elles posent les mêmes questions quant à leur fiabilité historique.

Les grandes étapes de la vie de Muhammad

Les six épisodes choisis pour l’ouvrage visent à montrer les grandes étapes de la vie de Muhammad, tout en abordant les thèmes qui posent le plus problème aux enseignants. D’abord, la Révélation, où les auteures montrent comment, selon la Tradition, le message a été annoncé à Muhammad. De la prédication à l’Hégire ensuite, un moment-clé, qui décrit la persécution contre celui qui bouleverse l’ordre établi. Le Voyage nocturne raconte quant à lui l’un des rares épisodes miraculeux de la vie de Muhammad. Le quatrième épisode s’intéresse à la figure de Muhammad comme combattant, quelque chose qui revient régulièrement dans les débats sur le Prophète ; mais les historiennes montrent ici que, si Muhammad a effectivement été un guerrier, la guerre n’est pas une dimension centrale du personnage. L’avant-dernier épisode est la conquête de La Mecque et le pèlerinage de l’Adieu, référence pour le hajj, ainsi que la mort du Prophète, très humaine. Enfin, les auteures évoquent la famille de Muhammad en montrant que les sources mettent l’accent sur ses épouses et ses enfants, ce qui permet entre autres de s’interroger sur les débats actuels au sujet de la place de la femme en Islam. Des encadrés sont également proposés dans l’ouvrage afin de donner des clés sur des questions sensibles comme le voile, l’image et la représentation figurée, ou les différents noms donnés au Prophète (pourquoi Mahomet en Occident, par exemple ?).

La question de l’image et de la représentation de Muhammad

Une des particularités des Récits primordiaux est la place de l’illustration. La collection est richement illustrée, ce qui a permis de revenir sur la question de l’image en Islam et de la représentation du Prophète. Il n’y a pas d’interdit coranique sur l’image et la représentation en général, seulement sur le culte aux idoles, et est ainsi interdite la représentation de l’image de l’homme ou du Prophète. Dans les hadiths, on trouve une méfiance envers toute représentation figurée et envers l’image en général, qui s’accroit avec le temps et les interprétations des exégètes. Cependant, c’est aussi une question d’époque et de lieu : Muhammad n’est pas représenté jusqu’au XIIe, puis l’est régulièrement entre les XIIe et XVIe siècles, sans problème majeur. Sa présence est assez courante dans les manuscrits de luxe pour les entourages princiers. A partir du XVIe siècle, on efface progressivement les traits du Prophète, puis il est représenté symboliquement par une flamme notamment, et sous forme calligraphique (son nom). Il y a un intérêt pédagogique à montrer cette évolution : on a longtemps pensé que cet effacement progressif était le triomphe de l’interdiction juridique, mais des historiens de l’Art comme Christiane Gruber lient la diffusion du nimbe à celle de l’islam mystique. Les débats continuent…

L’avis d’Histoire pour tous

En plus de tout ce qui est ici résumé, l’ouvrage propose des « piste pédagogiques », un lexique, une bibliographie et des sources. Il est donc très complet. Si l’on y ajoute la clarté de la maquette, la beauté de l’iconographie et évidemment l’intérêt du fond proposé par deux historiennes de référence, Muhammad se pose simplement comme un incontournable pour aborder la figure du Prophète, non seulement pour les enseignants (du primaire comme du secondaire), mais également pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’Islam.

 

Les auteures

Annliese Nef est maître de conférences en histoire médiévale à l’université Paris IV-Sorbonne, spécialiste de l’Occident islamique médiéval (en particulier la Sicile) et de l’histoire de l’islamisation. Lire l’entretien avec HPT.

Vanessa Van Renterghem est maître de conférences à l’INALCO, chercheur à l’IFPO, spécialiste de l’histoire urbaine et sociale du Proche-Orient médiéval.

 

- A. Nef, V. Van Renterghem, Muhammad, Récits primordiaux, La documentation française, 2011, 93 p.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire